Vrai/faux : comment augmenter sa production de lait maternel ?

Comme beaucoup de mamans, vous craignez de manquer de lait pour bébé ? Pas de panique, il existe des solutions… et beaucoup d’idées reçues ! Faites le point avec ce petit test sur vos connaissances en la matière, avec les réponses de Catherine Buzy, puéricultrice et conseillère en lactation pour Nuk.

La plupart des mamans qui allaitent se découragent au bout de quelques semaines

FAUX. La plupart, non, mais la moitié oui ! Une enquête menée récemment au Canada révélait que 90 % des femmes allaitaient dans les jours suivant la naissance mais qu’elles n’étaient plus que 51,7 % à allaiter encore exclusivement trois mois après. L’une des raisons évoquées par ces mamans étant l’insuffisance de production de lait.

La production insuffisante de lait dépend de sa constitution physique

VRAI ET FAUX. Certes, les mamans qui n’ont quasiment pas de poitrine, en raison d’un manque de développement de la glande mammaire, ne pourront sans doute pas allaiter ou moins longtemps. Mais il s’agit d’une particularité physique qui ne touche pas la plupart des mamans. Même avec de petits seins, on peut allaiter bébé pendant plusieurs mois sans problème.

Si on ne vide pas ses seins à fond, on limite la production de lait

VRAI. Si bébé ne tète pas beaucoup, il faut vider ses seins les premières semaines après chaque tétée à l’aide d’un tire-lait électrique. S’il est mal vidé, il se remplira mal et le mécanisme naturel qui orchestre la lactation sera moins efficient. Au bout de quelques semaines, la production devient indépendante de l’importante de la succion de bébé et ce n’est plus nécessaire d’utiliser un tire-lait.

La tétée de nuit est indispensable pour avoir suffisamment de lait.

VRAI. Jusqu’à 3 mois, il faut encourager les tétées de nuit car la prolactine, l’hormone de la lactation, agit la nuit. Quand le bébé tète, il stimule la production de prolactine, donc la production de lait. À partir de douze semaines, la tétée de nuit n’est plus indispensable car l’organisme est régulé pour produire le lait nécessaire. Mais si bébé la réclame, il faut la maintenir !

Les tisanes sont des remèdes de grand-mère sans beaucoup d’efficacité !

FAUX. Les plantes médicinales, fenugrec, galega, anis vert, fenouil, sont connues depuis l’Antiquité pour favoriser l’allaitement. Il suffit de s’en procurer en herboristerie ou magasins de produits naturels et de les laisser infuser en ajoutant un peu de fleur d’oranger pour le goût. Et sans sucre pour éviter les kilos !

La bière permet de produire plus de lait

VRAI.  Mais il ne faut pas en  boire quand on allaite, même s’il s’agit de la bière sans alcool car ces boissons en contiennent tout de même au moins 3°. Pendant l’allaitement comme pendant la grossesse il ne faut pas boire d’alcool. La solution, c’est de recourir à l’orge et à la levure de bière, à saupoudrer sur les salades ou à prendre en gélules.


Les autorités de santé ont interdit le recours à la dompéridone ?

FAUX. L’Afssaps a en effet alerté sur les dangers de recourir sans prescription médicale à ce type de médicaments qui n’est, au départ, pas prévu pour l’allaitement mais pour soigner d’autres maux. Ceci étant, selon une étude canadienne publiée récemment, la dompéridone permet une augmentation significative de la production de lait chez des patientes dont la production était insuffisante après deux ou trois semaines d’allaitement. Mais le risque, c’est que la molécule passe dans le lait maternel et provoque des problèmes de santé, notamment cardiaques, au bébé.

Les effets secondaires néfastes de la dompéridone ne sont pas avérés.

VRAI ET FAUX. Tout dépend de l’usage qui en est fait ! En automédication, cela peut être dangereux car les dosages ne seraient pas adaptés. Mais, soumis à une prescription stricte, cela peut être la solution de dernier recours, après le recours aux méthodes naturelles. Selon l’avis du Centre de Référence sur les Agents Tératogènes (CRAT) « aucun effet indésirable n’est rapporté chez les enfants prématurés et grands prématurés dont les mères ont pris un traitement de dompéridone de 7 à 14 jours, médicalement encadré, pour améliorer leur production de lait. » Autrement dit, il ne faut JAMAIS utiliser ce type de molécule sans prescription.

comment-augmenter-sa-production-de-lait-maternel

Voir les commentaires (2)

Laisser votre commentaire