Neufmois.fr » Mon bĂ©bĂ© » Comment prĂ©venir la coqueluche chez le nourrisson ?

Comment prévenir la coqueluche chez le nourrisson ?

Devant le dĂ©saveu des vaccins de plus en plus partagĂ©, quelle alternative pour contrer la coqueluche autour de bĂ©bĂ© ? Si cette maladie est encore peu frĂ©quente en France, elle est en recrudescence du fait du recul de la vaccination. Or, chez un nourrisson, elle peut ĂȘtre mortelle ou s’installer dans la durĂ©e et sĂ©rieusement fragiliser les bĂ©bĂ©s. Alors, quelle solution ?

Comment bébé peut-il attraper la coqueluche ?

La coqueluche, faut pas rigoler avec ça ! C’est un peu le discours que tient depuis des annĂ©es l’Organisation mondiale de la santĂ© (OMS) qui comptabilise quelque 300 000 morts chaque annĂ©e dans le monde. Donc une bonne dizaine en France, avec en premiĂšre ligne les nourrissons de quelques jours Ă  2 mois. Cette maladie infectieuse est trĂšs contagieuse et s’attrape par voie aĂ©rienne. Lorsqu’une personne atteinte tousse, des gouttelettes de salive infectĂ©es par la bactĂ©rie se propagent dans l’air. D’oĂč la contamination des personnes non protĂ©gĂ©es se trouvant Ă  proximitĂ©. BĂ©bĂ© par exemple. Le souci, c’est que la phase de contamination la plus agressive concerne le moment oĂč la maladie n’est pas diagnostiquĂ©e. Les seuls symptĂŽmes apparents relevant plutĂŽt du refroidissement : nez encombrĂ©, petite fiĂšvre et toux sĂšche. C’est au cours de la seconde semaine que les symptĂŽmes se prĂ©cisent : la toux devient rauque et se dĂ©roule en quintes intenses. En gĂ©nĂ©ral, le pic maximum dure trois semaines. Ensuite, la situation s’amĂ©liore mais la toux persiste, parfois pendant deux ou trois mois.

Quels sont les symptĂŽmes de la coqueluche chez le nourrisson ?

Quand l’enfant est infectĂ© Ă  son tour, il peut souffrir de graves problĂšmes respiratoires du fait de l’immaturitĂ© de son organisme. Sa respiration devient sifflante, le manque d’oxygĂšne se traduit par une rougeur intense du visage, des yeux exorbitĂ©s et une langue qui sort de la bouche. Les quintes de toux sont rares chez les tout-petits bĂ©bĂ©s, mais la maladie n’en est pas minorĂ©e pour autant.

Quel traitement contre la coqueluche ?

Certaines complications pulmonaires peuvent se rĂ©vĂ©ler fatales ou provoquer des atteintes neurologiques (convulsions, encĂ©phalites
). C’est pourquoi, chez les bĂ©bĂ©s de moins de 3 mois, l’hospitalisation est souvent inĂ©vitable afin d’assurer une surveillance cardiorespiratoire et des soins adaptĂ©s Ă  la gravitĂ© de l’atteinte : aspirations frĂ©quentes, alimentation fractionnĂ©e, apport d’oxygĂšne
 MĂȘme si les dĂ©cĂšs ne sont pas toujours largement mĂ©diatisĂ©s, chaque annĂ©e en France, on compte plusieurs dĂ©cĂšs de bĂ©bĂ©s des suites d’une coqueluche. En France, cette maladie est la troisiĂšme cause de dĂ©cĂšs par infection bactĂ©rienne chez les enfants.

Quelle prévention pour protéger bébé ?

Le calendrier vaccinal prĂ©conise la vaccination des proches (parents, grands-parents, fratrie si non vaccinĂ©e
) afin d’éviter la contamination par ascendants, de plus en plus frĂ©quente en raison de l’absence de rappels effectuĂ©s Ă  l’ñge adulte. ImmĂ©diatement aprĂšs l’accouchement, la jeune maman peut ĂȘtre vaccinĂ©e si elle n’a pas de couverture vaccinale prĂ©alable. Le papa, les grands-parents et la fratrie peuvent l’ĂȘtre dĂšs le dĂ©but de la grossesse, pour Ă©viter de contaminer la future maman si elle n’est pas Ă  jour de ses rappels.

Quant au bĂ©bĂ©, si jusqu’à 2 mois sa meilleure protection consiste Ă  ne frĂ©quenter de prĂšs que des personnes vaccinĂ©es, et d’éviter le plus possible les lieux publics (transports, magasins
) oĂč la bactĂ©rie pourrait ĂȘtre en suspens, la meilleure des prĂ©ventions consiste en la vaccination Ă  l’ñge de 2 mois. Une prĂ©caution que refusent aujourd’hui de nombreux parents en raison de rumeurs persistantes mais pas toujours fondĂ©es, ou Ă  tout le moins contradictoires selon les sources, sur les effets secondaires de certains vaccins, avec le risque de jeter le bĂ©bĂ© avec l’eau du bain en mettant tout le monde dans le mĂȘme tonneau. Par exemple, les opposants au vaccin contre la grippe brandissent l’épouvantail de l’adjuvant Ă  l’aluminium pour expliquer leur refus de cette vaccination prĂ©conisĂ©e pour les femmes enceintes. Sauf qu’il n’y a pas d’adjuvant dans le vaccin contre la grippe.

En tout Ă©tat de cause, il faut considĂ©rer l’intĂ©rĂȘt du bĂ©bĂ© : sachant que la coqueluche est en recrudescence et au vu de la gravitĂ© des risques, la vaccination des proches avant ses 2 mois est le meilleur moyen de le protĂ©ger tant qu’il n’a pas l’ñge d’ĂȘtre lui-mĂȘme vaccinĂ©.

À lire absolument