5 astuces pour avoir un bébé bien éveillé

Comme tous les parents, on a envie que ça marche côté neurones pour bébé. On ne veut pas forcément un petit génie, non, juste un enfant qui aime apprendre. Et si justement on lui apprenait dès le berceau à se concentrer ?

Apprendre à un tout-petit à se concentrer

C’est essentiel  si on en croit les statistiques : 30 % des enfants qui présentent des troubles de l’attention présentent aussi des troubles du langage. Et quand il y a des troubles du langage, il y a souvent des troubles de l’apprentissage de la lecture et de l’orthographe. Autrement dit, la réussite scolaire, ce n’est pas gagné d’office ! Alors, même si tout ne se joue pas avant 4 ans, et que l’intelligence future de votre enfant ne dépend pas uniquement de votre propre capacité à l’éveiller, il n’est jamais trop tôt pour lui donner le goût de se concentrer sur une activité. En état de concentration, les battements du cœur s’accélèrent, les muscles se tendent, la vision et l’audition sont aux aguets : observez un matou dans la rue et ça vous donnera une idée de ce que doit être cet état de vigilance accrue. Même si bébé n’a pas un besoin vital de surveiller ses arrières contrairement aux chats de gouttière, la concentration reste une alliée de taille pour lui puisqu’elle lui permet de gagner en autonomie, de remporter haut les petites mains des challenges comme apprendre à se mettre debout, à poser un pied devant l’autre, etc… La concentration, c’est le premier pas vers l’estime de soi. Mais pour apprendre à votre bébé à se concentrer, il faut plusieurs ingrédients…

La sécurité de bébé

Le premier impératif, c’est que le bébé se sente rassuré. Dès 9 mois, avant même de posséder le langage, il guette déjà l’approbation de sa mère, développant ce que l’on appelle l’accordage affectif. Pour lui, tout passe par les émotions. Pour le Dr Jacques Thomas, psychiatre  : « Si sa maman sourit, un bébé se sentira en confiance et osera persévérer. Si, en revanche, la maman a une vie stressante, qu’elle rentre fatiguée ou qu’elle vient d’avoir un accrochage en voiture ou une prise de tête avec sa mère, il vaut mieux qu’elle se calme un peu avant de s’embarquer dans une séance d’éveil avec son bébé. Car lui, très sensible au ton de la voix, sentira bien qu’elle a autre chose en tête que de lui faire risette ». Et il pourra même se demander ce qu’il a fait de mal pour qu’elle ait tellement la tête dans le sac… bonjour le sentiment d’impuissance et de culpabilité   !

De bonnes fées

Une fois ce climat de confiance instauré, le bébé a besoin de se sentir guidé. Et c’est qui, cette personne bienveillante qui saura l’emmener sur les sentiers de la concentration ? C’est nous ! Mais aussi son papa, sa mamie, sa nounou, bref toute personne familière qui souhaite retenir son attention et prend donc des initiatives dans ce sens. C’est fou ce qu’on compte de bonnes fées autour de nous depuis quelque temps, non   ?

Stimuler l’éveil de bébé

Soyez pipelette ! Dès sa naissance, un bébé est plus attentif à la voix de sa maman qu’aux bruits du couloir. Du coup, les premiers échanges autour du langage sont très intenses : bébé sort un beau « areeuh », maman répète et sourit, bébé répète son aaahreuh, maman félicite à nouveau. Pour bébé, il n’en faut pas plus : c’est la révélation. Un peu comme si nous, nous réussissions l’oral de Sciences Po ou un truc comme ça. Incitant à l’autonomie, le dialogue entre une mère et son enfant, c’est la promesse d’une vie à la fois rassurante et palpitante ! Les mots sont à la base de tout. On peut désigner les objets, expliquer ce que l’on fait et même raconter des histoires… Impossible de savoir exactement ce que comprend le bébé, mais le fait est qu’il est sensible aux intonations de la voix et reconnaît vite plusieurs mots. Tout simplement parce qu’il se concentre…

Voir Aussi

Motiver son enfant à s’éveiller

C’est la clé du succès ! Aimer faire les choses, voilà le moteur pour arriver à concentrer son attention plus longtemps. Si vous prenez du plaisir à lui donner le biberon, à lui raconter une histoire, votre bébé aura envie de s’attacher à ces activités, et, peut-être, d’en découvrir d’autres… « Pour attirer l’attention de son enfant », confie le Docteur Thomas. « Il faut se positionner dans un faire-semblant enrichissant, à la recherche de sens et de plaisirs. On veille à respecter ses hésitations, ses erreurs, tout en encourageant ses réussites. Quand l’enfant est plus âgé, on évite de s’exclamer « Encore en train de jouer ! », car pour lui, « le jeu est un travail qui lui permet de former son intelligence. Et même si on est tenté d’en finir avec ce puzzle simplissime, on ne joue pas à sa place, c’est trop frustrant pour lui ! ».

Aider bébé à développer son équilibre

Le mieux est l’ennemi du bien, c’est bien connu   ! « Tous ces mobiles, ces jolis tapis d’éveil… c’est bien, mais attention à l’hyperstimulation », affirme le psychiatre. « Ça ne donne pas forcément des bébés plus intelligents, au contraire, ils seraient même moins attentifs et plus stressés. Les tout-petits peuvent avoir des problèmes de sommeil, recherchant l’excitation, pouvant même devenir brutaux, avant de sombrer dans l’apathie. Pour éviter d’en arriver à cette saturation, on doit alterner des périodes de repos avec des phases d’excitation ».  A l’inverse, un manque d’excitation peut aussi conduire à une insatisfaction. Le tout est de trouver un équilibre. Pas facile dit comme ça, mais le plus simple, c’est quand même d’écouter son bon sens. Et de ne pas oublier qu’un bébé aussi a le droit de… rêver ! Une autre façon de se concentrer, non   ?


Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire