Neufmois.fr » Mon bĂ©bĂ© » Éveil » L’étape du 4 pattes : un parcours nĂ©cessaire pour apprendre Ă  lire ?

L’étape du 4 pattes : un parcours nĂ©cessaire pour apprendre Ă  lire ?

Tous les parents s’attendent Ă  ce que leur tout-­petit crapahute Ă  quatre pattes. Certains, sur­-stimulĂ©s, sautent carrĂ©ment cette Ă©tape. Leurs parents y voient souvent une preuve de prĂ©cocitĂ©. Mais, selon le Dr RĂ©gine Zekri-Hurstel, neurologue spĂ©cialisĂ©e dans le traitement des difficultĂ©s de lecture et de la dyslexie, ce serait au contraire une source de retard d’apprentissage de la lecture.

Pourquoi ce frein ?

La thĂšse du Dr RĂ©gine Zekri-­Hurstel repose sur l’importance de l’acquisition des repĂšres dans l’espace. En effet, un bĂ©bĂ© allongĂ© ou debout regarde parallĂšlement Ă  son corps, sans effort visuel particulier alors que le « quatre pattes » nĂ©cessite un regard de haut en bas, qui dĂ©veloppe les mouvements de flexion­-extension de la tĂȘte. Sans cette Ă©tape, la colonne cervicale sera moins souple et l’adaptation visuelle modifiĂ©e. « L’enfant aura ultĂ©rieurement des difficultĂ©s Ă  adopter la position habituelle de lecture d’un livre et par voie de consĂ©quence moins de facilitĂ© Ă  apprendre et Ă  aimer lire, suivre une ligne, aller de gauche Ă  droite et d’une phrase Ă  celle du dessous. », confirme le Dr Lyonel Rossant, pĂ©diatre et auteur de Mon enfant (Ă©d. Robert Laffont).

Bon, les Ă©tudes cliniques ont le chic de faire dans la dramatisation à outrance : disons que pour certains enfants, sauter cette étape est sans doute un facteur de risque supplĂ©mentaire de difficultĂ©s d’apprentissage mais heureusement tous les enfants qui ne sont pas passĂ©s par la phase 4 pattes ne sont pas tous en retard au CP !

Ceci Ă©tant, aucun bĂ©bĂ© ne se met à crapahuter du jour au lendemain parce que tout d’un coup ça lui chante. En fait, tout est prĂ©vu dĂšs la naissance. BĂ©bĂ©, soutenu sous les aisselles par le pĂ©diatre, « pĂ©dale »Â en l’air. Ces mouvements peuvent paraĂźtre dĂ©sordonnĂ©s et anodins. « En rĂ©alitĂ©, ce sont des mouvements rĂ©flexes qui font fonctionner les centres nerveux de la marche qui se trouvent dans la moelle, prĂ©cise le Dr Lyonel Rossant. « L’enfant qui gigote quand on lui change sa couche et qui lance les pieds Ă  droite et Ă  gauche en mouvement de pĂ©dalage, c’est un enfant dĂ©jĂ  au stade de la marche sur le plan neurologique ».

Comment aider bébé ?

Quand bĂ©bĂ© est Ă©veillĂ©, il est utile de poser bĂ©bĂ© sur le ventre pour qu’il ait le rĂ©flexe de ramper (mais il faut toujours rester Ă  cĂŽtĂ© de lui jusqu’à 6 mois au moins pour vĂ©rifier qu’il ne s’effondre pas le nez dans la moquette et ne s’étouffe).

À 2 mois, il arrive à dĂ©coller les Ă©paules ; Ă  6 mois, il soulĂšve la moitié supĂ©rieure du corps ; Ă  7 mois, il est capable de faire porter son poids sur une seule main et de se servir de l’autre pour attraper un objet. Il est alors en position pour aborder la marche Ă  quatre pattes, en rampant d’abord Ă  reculons, puis en avant.

Vers 10 mois, bĂ©bĂ© dĂ©colle son ventre du sol et s’apprĂȘte Ă  crapahuter Ă  quatre pattes. Et lĂ , on n’a pas fini de rigoler, les filles ! PremiĂšre prĂ©caution, ranger les bibelots, raccourcir les nappes et adopter le rangement en hauteur ! Le bon cĂŽtĂ© c’est que ça va nous faire la taille fine et des triceps de starlette sans mĂȘme avoir besoin de se ruiner en cours d’haltĂ©rophilie.

À lire absolument