L’étape du 4 pattes : un parcours nécessaire pour apprendre à lire ?

Tous les parents s’attendent à ce que leur tout-­petit crapahute à quatre pattes. Certains, sur­-stimulés, sautent carrément cette étape. Leurs parents y voient souvent une preuve de précocité. Mais, selon le Dr Régine Zekri-Hurstel, neurologue spécialisée dans le traitement des difficultés de lecture et de la dyslexie, ce serait au contraire une source de retard d’apprentissage de la lecture.

Pourquoi ce frein ?

La thèse du Dr Régine Zekri-­Hurstel repose sur l’importance de l’acquisition des repères dans l’espace. En effet, un bébé allongé ou debout regarde parallèlement à son corps, sans effort visuel particulier alors que le « quatre pattes » nécessite un regard de haut en bas, qui développe les mouvements de flexion­-extension de la tête. Sans cette étape, la colonne cervicale sera moins souple et l’adaptation visuelle modifiée : « L’enfant aura ultérieurement des difficultés à adopter la position habituelle de lecture d’un livre et par voie de conséquence moins de facilité à apprendre et à aimer lire, suivre une ligne, aller de gauche à droite et d’une phrase à celle du dessous. », confirme le Dr Lyonel Rossant, pédiatre et auteur de Votre enfant (éd. Robert Laffont).

Bon, les études cliniques ont le chic de faire dans la dramatisation à outrance : disons que pour certains enfants, sauter cette étape est sans doute un facteur de risque supplémentaire de difficultés d’apprentissage mais heureusement tous les enfants qui ne sont pas passés par la phase 4 pattes ne sont pas tous en retard au CP !

Ceci étant, aucun bébé ne se met à crapahuter du jour au lendemain parce que tout d’un coup ça lui chante. En fait, tout est prévu dès la naissance. Bébé, soutenu sous les aisselles par le pédiatre, « pédale » en l’air. Ces mouvements peuvent paraître désordonnés et anodins. « En réalité, ce sont des mouvements réflexes qui font fonctionner les centres nerveux de la marche qui se trouvent dans la moelle, précise le Dr Lyonel Rossant. L’enfant qui gigote quand on lui change sa couche et qui lance les pieds à droite et à gauche en mouvement de pédalage, c’est un enfant déjà au stade de la marche sur le plan neurologique ».

Comment aider bébé ?

Quand bébé est éveillé, il est utile de poser bébé sur le ventre pour qu’il ait le réflexe de ramper (mais il faut toujours rester à côté de lui jusqu’à 6 mois au moins pour vérifier qu’il ne s’effondre pas le nez dans la moquette et ne s’étouffe).


À 2 mois, il arrive à décoller les épaules ; à 6 mois, il soulève la moitié supérieure du corps ; à 7 mois, il est capable de faire porter son poids sur une seule main et de se servir de l’autre pour attraper un objet. Il est alors en position pour aborder la marche à quatre pattes, en rampant d’abord à reculons, puis en avant.

Vers 10 mois, bébé décolle son ventre du sol et s’apprête à crapahuter à quatre pattes. Et là, on n’a pas fini de rigoler, les filles ! Première précaution, ranger les bibelots, raccourcir les nappes et adopter le rangement en hauteur ! Le bon côté c’est que ça va nous faire la taille fine et des triceps de starlette sans même avoir besoin de se ruiner en cours d’haltérophilie.

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire