Neufmois.fr » Ma Grossesse » Couple » Mythes et lĂ©gendes autour du sexe durant la grossesse

Mythes et légendes autour du sexe durant la grossesse

De nombreuses idées reçues, croyances et interrogations entourent le sexe pendant la grossesse et peuvent mettre à mal les rapports intimes des futurs parents. Neuf Mois fait le tri. Un article à lire à deux.

Faire l’amour dĂ©clenche l’accouchement

La fameuse mĂ©thode du dĂ©clenchement Ă  l’italienne consiste Ă  faire l’amour pour accĂ©lĂ©rer la naissance de bĂ©bĂ©. Effectivement, la prostaglandine contenue dans le sperme est une hormone qui stimule les contractions et peut ĂȘtre un vĂ©ritable coup de pouce en fin de grossesse. L’orgasme provoque des contractions utĂ©rines qui, lorsque la situation est mure, peut ĂȘtre « la petite Ă©tincelle en plus » explique Anne-CĂ©cile Gutier sage-femme Ă  la maternitĂ© de ChambĂ©ry et diplĂŽmĂ©e en sexologie. Mais pour cette derniĂšre, l’idĂ©e est surtout de dĂ©centrer l’attention afin « d’arrĂȘter de se focaliser sur l’accouchement » et de lĂącher-prise Ă  la fin de la grossesse. Un aspect moral et Ă©motionnel pas assez souvent mis en avant !

Faire l’amour peut faire mal au bĂ©bĂ©

Faux ! Les rapports sexuels ne heurtent pas bĂ©bĂ© in-utĂ©ro. Physiologiquement le col de l’utĂ©rus est fermĂ© et le bĂ©bĂ© bercĂ© dans le liquide amniotique est bien protĂ©gĂ© du monde extĂ©rieur, aucun risque donc de lui faire du mal. Au contraire, ce que le fƓtus perçoit c’est le bien-ĂȘtre de la mĂšre qui s’écrĂȘte de l’endorphine (hormone du plaisir), excellente pour la mĂšre et le fƓtus. Cette mĂȘme croyance ressort aussi sous la forme « d’avoir l’impression d’ĂȘtre Ă  trois » prĂ©cise Anne-CĂ©cile Gutier. Le corps de la femme devient ce « temple sacrĂ© » auquel il ne faut pas toucher craignant une fragilitĂ© qui n’est pas lors d’une grossesse physiologique. Elle souligne que le sexe est bon pour l’équilibre du couple, qui vit ensemble chaque transformation.

Une libido exacerbée pendant la grossesse

Oui
 et non ! « La sexualitĂ© ne va pas subitement devenir extraordinaire du fait de la grossesse » prĂ©cise la sage-femme. Il faut mettre en perspective les dĂ©charges hormonales liĂ©es Ă  la grossesse, crĂ©ant une excitation plus importante chez la future mĂšre mais pouvant ĂȘtre inhibĂ© par un contexte de stress, rapport au couple etc. Si cette libido est dĂ©cuplĂ©e, c’est au second trimestre que le couple pourra prendre la mesure. En effet le premier trimestre Ă©tant parfois fatigant et rythmĂ© par les nausĂ©es matinales, la mĂšre n’aura pas forcĂ©ment goĂ»t aux plaisirs charnels. A la fin de la grossesse, le corps devient plus rond, parfois « encombrant », il faudra redoubler d’imagination et adapter ses positions.
A noter que chaque couple vit la grossesse Ă  sa propre façon. La vision du partenaire peut aussi jouer dans les relations du couple et comment se vit la grossesse. La sage-femme et sexologue rappelle l’importance du dialogue et du respect mutuel, le sexe n’étant « ni mieux, ni moins bien durant cette pĂ©riode mais simplement diffĂ©rent ».


Suites de couches, on attend combien de temps aprĂšs la naissance ?

« A chacun son rythme ! » : c’est le mot d’ordre pour la reprise des relations sexuelles aprĂšs l’accouchement. Il n’y a pas de limite de temps, mais de nombreux facteurs comme la fatigue, les douleurs post-partum ou encore la vision parfois biaisĂ© de ce « nouveau corps » peuvent entraver le retour Ă  la sexualitĂ©. Le temps peut passer sans qu’aucun n’ose en parler alors que tout le monde veut. Anne-CĂ©cile Gutier conseille de reprendre « quand vous le souhaitez, quand l’envie revient » mais surtout « avec calme et douceur ». Les deux partenaires doivent ĂȘtre en accord, avec confiance et complicitĂ©. Bien qu’il n’y ait pas de contre-indication particuliĂšre, il est nĂ©cessaire de rĂ©apprendre le corps de l’autre, de s’ajuster, de s’écouter. Un conseil de la sexologue : « le lubrifiant ! Il peut y avoir une sĂšcheresse vaginale lors cette pĂ©riode, qui n’aide pas les rapports. On dĂ©culpabilise alors le couple, cette sĂ©cheresse n’est pas forcĂ©ment dĂ» au manque d’envie mais plus l’apprĂ©hension d’avoir mal, Ă  la fatigue etc. ».
L’occasion pour la sage-femme de rappeler que la sexualitĂ© ne se rĂ©sume pas Ă  la pĂ©nĂ©tration, la grossesse et suites de couches sont une occasion parfaite de « dĂ©couvrir d’autres chemin pour parvenir au plaisir. ».


À lire absolument