La grossesse peut-elle me déclencher un psoriasis ?

Ça gratte… ou des pustules apparaissent ? C’est peut être un psoriasis pustuleux généralisé, qui se déclare parfois au 3e trimestre de la grossesse, le plus souvent chez des femmes enceintes déjà atteintes de psoriasis avant la grossesse.

Le psoriasis pustuleux est une complication assez grave, dont l’origine n’est pas identifiée, qui implique de consulter rapidement. Cette pathologie se déclenche soudainement au troisième trimestre ou même en période de post-partum, ce qui est moins inquiétant car le bébé n’est alors pas exposé aux risques de séquelles des traitements comme c’est le cas in utero.

 Quels sont les symptômes ?

Des pustules, des plaques rouges qui génèrent souvent des démangeaisons, de la fièvre, des nausées, des soucis neurologiques, des problèmes psychologiques. Pas vraiment bénin tout ça pendant la grossesse !

Quel traitement ?

En première intention la cortisone mais qui se révèle souvent insuffisante et doit être associée, pour les cas les plus lourds, à des antibiotiques. C’est un traitement de choc qui a parfois des conséquences sur la suite de la grossesse. Heureusement, les cas de psoriasis pustuleux sont extrêmement rares (et disparaissent en général sans problème après la grossesse).

Ce psoriasis pustuleux n’a rien à voir avec le psoriasis dont vous pourriez souffrir avant d’être enceinte. Si c’est le cas, il est important de le signaler au médecin traitant (et de signaler le désir d’enfant et la grossesse déclarée au dermatologue) car tous les médecins prescrits pour soulager le psoriasis ne sont pas compatibles avec la grossesse.


Certains passent la barrière placentaire et peuvent se révéler toxiques pour le fœtus. Heureusement, il existe des alternatives sans danger, d’où la nécessité d’informer le personnel médical de la grossesse en cours, quand elle n’est pas encore visible ou si un surpoids important peut induire l’équipe médicale en erreur. Les traitements topiques issus de la vitamine D, les crèmes émollientes et les dermocorticoïdes sont sans danger et permettent de soulager l’inconfort.

En revanche, tout traitement non topique doit obligatoirement faire l’objet d’une prescription car certains médicaments peuvent engendrer des malformations au fœtus. La PUVAthérapie, traitement banal du psoriasis, est déconseillée en raison de son effet photo-sensibilisant mais il n’y a pas de contre-indication particulière au traitement à base d’UVB.

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire