Enceinte, peut-on faire appel à l’automédication sans danger ?

Enceinte, peut-on utiliser n’importe quel produit courant pour venir à bout de la fièvre et des autres séquelles de maladies ? Les explications du Pr Evelyne Jacqz-Aigrain, chef de service de l’unité de pharmacologie clinique pédiatrique à l’Hôpital Robert Debré (Paris).

L’automédication pendant la grossesse est-elle un phénomène courant ?

L’automédication, dans la population générale ou chez les femmes enceintes, est une habitude bien installée mais nous n’avons malheureusement pas de chiffres précis. Selon les estimations, chaque femme enceinte prendrait en moyenne 10 à 15 médicaments différents pendant les neuf mois de sa grossesse. Bien sûr, il y a ceux, essentiels, qui ne peuvent être arrêtés lors d’une maladie chronique par exemple ou d’autres prescrits par le médecin, inoffensifs comme le fer si on respecte la posologie indiquée ou comme certaines vitamines. Mais 10 à 15 médicaments, ce sont des chiffres très élevés tout de même et, dans la liste, il y en a forcément qui ne devraient pas être pris.

Quels peuvent être les effets toxiques sur l’embryon puis le fœtus ?

Même si l’automédication pendant la grossesse n’est pas à conseiller, il ne faut pas dramatiser : 2 à 3% des enfants naissent avec des malformations mais une origine médicamenteuse ne sera retrouvée que dans 4 à 5% des cas parmi ces 2 à 3%. C’est donc extrêmement rare. Inversement, un médicament réputé tératogène, qui ne devrait absolument pas être prescrit ou pris en automédication pendant la grossesse, induit des malformations dans 20 à 30% des cas, ce qui, bien sûr, est un taux très élevé. Lorsqu’une femme est enceinte, elle doit limiter toute automédication, même pour des produits jugés anodins, et toujours demander l’avis à son médecin ou à son pharmacien.


Quels sont les médicaments sans danger pour le fœtus que l’on peut avoir chez soi quand on est enceinte ?

Du paracétamol (Doliprane ou Efferalgan par exemple) en cas de douleurs, fièvre. Des comprimés de fer (le plus souvent associé à de la vitamine B9), des comprimés de magnésium associés à de la vitamine B6. Des complexes vitaminés spécial grossesse (sans trop de vitamine A). Du spasfon en cas de douleurs abdominales ou ressenti de contractions. Des sachets anti-acides pour calmer les brûlures d’estomac (Gaviscon). Des tubes granules d’homéopathie (Nux Vomica en 5 ou 7 CH pour les nausées, sepia 9 CH pour la constipation, Vipera redi 5 CH pour la sensation de jambes lourdes). La plupart de ces médicaments vous seront prescrits par votre médecin ou votre sage-femme. Pour les autres médicaments, demandez-lui toujours conseil (ou à votre pharmacien) avant de les prendre et quel que soit le médicament, respectez les doses prescrites.

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire