Enceinte : halte aux infections urinaires

Brûlures, douleurs dans le bas-ventre, envie d’uriner fréquemment, voici les symptômes d’une infection urinaire. Pas très réjouissant comme programme, surtout pendant la grossesse ! Enceinte, la compression de la vessie (qui a grandi sous l’effet des hormones) par l’utérus, la diminution des défenses immunitaires ou encore la difficulté de bien uriner peuvent augmenter les risques de développer une infection urinaire. Comment prévenir ce désagrément, qui touche une femme enceinte sur dix ? Voici quelques astuces pour les prévenir et les soigner le cas échéant.

Buvez !

Votre bouteille d’eau doit devenir votre meilleure amie. L’hydratation permet aux bactéries de ne pas se fixer dans les voies urinaires. Et en plus, cela aide au bon renouvellement du liquide amniotique.

Triez les matières

Lancez la mode rétro au rayon sous-vêtements ! Oubliez les synthétiques et filez droit sur la lingerie en coton. Privilégiez aussi les vêtements amples et aérés car l’humidité encourage la prolifération des bactéries. Et, enceinte, c’est quand même plus confortable, non ?

Cédez à vos « envies »

Enceinte, avec le poids du bébé qui pèse sur la vessie et les quantités d’eau qu’on ingère, on a souvent envie d’aller aux toilettes. Pas question de se retenir ! Ne pratiquez pas non plus le « stop-pipi », la vessie doit être vidée entièrement pour éviter la stagnation des bactéries, sinon c’est l’infection assurée ! Assurez-vous donc de vider entièrement votre vessie à chaque passage aux toilettes.

Passez aux toilettes après chaque rapport sexuel !

Enceinte la libido peut vite grimper sous l’influence des hormones. Après chaque rapport sexuel, il est indispensable d’aller uriner car les relations sexuelles favorisent le passage de micro-organismes à l’intérieur du vagin. De plus, pendant l’acte sexuel l’urètre peut être comprimé et son contenu peut remonter vers les reins. Une seule solution donc : évacuer après chaque rapport.

Utilisez les produits d’hygiène intime avec parcimonie

Lavez-vous à l’eau et au savon ou, si vous le souhaitez, avec un produit pour l’hygiène intime au pH neutre. Mais ne l’utilisez pas plus de deux fois par jour, au risque de fragiliser la flore vaginale !

N’oubliez pas de consulter rapidement au moindre signe d’infection comme de la fièvre, des douleurs au niveau du dos ou des brûlures à la miction.


Voir Aussi

Consommez des baies

La canneberge ou la baie rouge (cranberry) a la réputation de prévenir les infections urinaires et notamment les cystites en empêchant les bactéries d’adhérer aux parois de la vessie. Rien n’empêche d’en consommer au naturel (à savoir que les boissons au cranberry sont totalement inefficaces car insuffisamment concentrées), mais pour les compléments alimentaires, demandez toujours conseil à votre pharmacien.

Un câlin et zou… on élimine !

C’est un principe de précaution à respecter : après les galipettes, on vide sa vessie, cela évite aux bactéries de remonter vers cette poche stratégique… Et si on file sous la douche après, on ne s’en sentira que plus fraîche.

Consultez votre sage-femme ou votre médecin

Enfin, au moindre symptôme d’infection urinaire, parlez-en avec votre sage-femme ou votre médecin. Enceinte, l’infection urinaire peut être cause d’accouchement prématuré.

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire