Neufmois.fr » Ma Grossesse » Accoucher » Comment j’ai vĂ©cu ma cĂ©sarienne programmĂ©e

Comment j’ai vĂ©cu ma cĂ©sarienne programmĂ©e

Bonjour les futures mamans ! Moi, c’est Christelle, je voulais vous raconter mon histoire Ă  propos de la cĂ©sarienne programmĂ©e.

AprĂšs une grossesse (plus que dĂ©sirĂ©e), trĂšs dure physiquement et psychologiquement, pour des raisons que je ne peux pas Ă©voquer, j’ai finalement eu un bĂ©bĂ© en bonne santĂ©, mais qui n’a pas voulu se retourner… A la derniĂšre Ă©chographie, il Ă©tait en siĂšge dĂ©complĂ©tĂ© et Ă  moitiĂ© en transverse, donc une derniĂšre Ă©chographie Ă©tait prĂ©vue trois semaines avant le terme. Il n’avait pas bougĂ©, il Ă©tait « calĂ© », donc j’avais deux solutions : tentative de manƓuvre externe ou cĂ©sarienne (ils ne font pas d’accouchement par voie basse en siĂšge pour le premier dans cette maternitĂ© et je n’aurais pas voulu).

J’ai refusĂ© la manƓuvre externe, donc c’Ă©tait une cĂ©sarienne programmĂ©e… Mais on a gardĂ© la date secrĂšte pour tout le monde, comme pour un accouchement « normal ». Pour nous, pas de surprise du jour Ă  perdre les eaux, avoir des contractions et vite faire la route, mais tant pis… Le principal Ă©tant que nous allions bien tous les deux !

 Grosse dĂ©prime dans la chambre d’hĂŽpital

Je suis rentrĂ©e Ă  la maternitĂ© la veille. J’ai eu une Ă©chographie pour vĂ©rifier que bĂ©bĂ© n’avait pas bougĂ©, un monitoring d’environ une heure, puis installation dans la chambre. Le soir, toute seule dans la chambre d’hĂŽpital, grosse dĂ©prime ! C’Ă©tait ma premiĂšre fois Ă  l’hĂŽpital, mon mari Ă©tait reparti, et je rĂ©alisais que c’Ă©tait les derniers moments avec bĂ©bĂ© dans le bidon ! A deux heures du matin, je ne dormais toujours pas, je pleurais et je filmais mon ventre qui bougeait…

A six heures, les sages-femmes m’ont rĂ©veillĂ©. Prise de tension, prise de sang, re-monitoring, douche, puis pose de la sonde et de la perfusion. On ne m’avait pas donnĂ© d’heure, donc mon mari est venu tĂŽt pour ĂȘtre sĂ»r de ne pas me louper (je voulais le voir avant). Il a dĂ» arriver vers 7 heures 30. Finalement, ils sont venus me chercher vers 9 heures 30 : descente au bloc, mais attente dans le couloir, car le bloc vient de se libĂ©rer et ils le nettoient… Puis tout s’enchaĂźne : arrivĂ©e au bloc, pose de la rachianesthĂ©sie, le gynĂ©cologue arrive, mes jambes s’endorment quasiment aussitĂŽt, elles m’allongent (le seul homme Ă©tait le gynĂ©cologue), installation du champ, du capteur, etc… Au-dessus de ma tĂȘte, une gentille dame qui me parle et me rassure, tout le long, elle a Ă©tĂ© gĂ©niale ! J’Ă©tais relativement zen. Le 12 dĂ©cembre 2014, Ă  10 heures 22, bĂ©bĂ© Ă©tait lĂ …

J’ai tout senti, mais sans aucune douleur

Au premier cri, j’ai fondu en larmes. J’ai tout senti, mais sans aucune douleur. La sensation quand bĂ©bĂ© sort, wouah ! C’est inexplicable, bizarre, mais gĂ©nial ! Moi qui avait fait le deuil de l’accouchement par voie basse et qui me disais : « Tant pis, je ne vais rien sentir (oui je dois ĂȘtre maso !), mais le principal, c’est que tout se passe bien », et bien j’ai tout senti ! Je sais que certaines femmes vivent/vivraient mal la cĂ©sarienne, mais personnellement, j’ai trĂšs bien vĂ©cu cette derniĂšre, malgrĂ© les douleurs qui suivent… J’espĂšre quand mĂȘme pouvoir vivre un accouchement par voie basse pour le prochain, on verra…

Mon mari ne voulait pas assister Ă  l’accouchement, il ne voulait pas me voir souffrir, puis Ă  force de lui dire que je voulais/avais besoin qu’il soit lĂ , j’ai rĂ©ussi Ă  le convaincre, mais pour rien, puisque j’ai eu une cĂ©sarienne ! Et lĂ , il Ă©tait catĂ©gorique, c’Ă©tait non. Et le gynĂ©cologue ne voulait pas non plus, donc il a attendu que la pĂ©diatre remonte. Les seuls « regrets » que j’ai, c’est que je n’ai pas pu voir sa rĂ©action et que j’ai su le sexe avant lui (on avait gardĂ© la surprise). A part ça, tout va bien !
baby bump christelle

 

>

À lire absolument