Enceinte, j’ai tout le temps envie de…

La grossesse ? Un long fleuve tranquille ? Qui dit grossesse dit envies, plus ou moins agréables, plus ou moins insolites, il faut bien le reconnaître. La faute à qui ? Aux hormones qui vous chamboulent de haut en bas. Courage, 9 mois ça passe vite. Voici une petite liste (non exhaustive, mais tout de même assez récurrente) de ce qui peut vous tomber sur la tête pendant ces quelques mois où votre adorable bout de chou fait son nid.

Faire pipi

Voilà un effet secondaire de la grossesse que vous allez expérimenter dès le début. Cet étrange phénomène qui vous pousse régulièrement à foncer aux toilettes (on vous l’a dit, les toilettes, c’est votre seconde maison ) empire au fil des mois.

Motivant ? Vous pouvez alors faire vôtre le refrain de Cabrel : « C’est que le début, encore et encore. Et ça continue, d’accord, d’accord ! ».  Car au huitième mois, vous deviendrez un urinoir ambulant et en serez quelquefois réduite à demander aux caissières des magasins d’une petite voix plaintive : « Où sont les toilettes, s’il vous plaît ? ». Ceci dit, si la distance entre votre chambre et les toilettes commence à devenir insupportable, (au bout de 11 fois par nuit, on finit par se demander si tel l’escargot transportant sa maison sur le dos, on ne va pas se faire greffer une cuvette de WC portable ), vous pouvez prendre l’option pot de chambre, pas très glamour certes, mais diablement pratique.

Dormir

Vous vous sentez dans un état larvaire, vous qui d’habitude êtes-si active, prête à déplacer de montagnes. Pendant les premiers mois, vous vous transformez en marmotte ou autre animal qui hiberne. Parmi les accessoires indispensables de votre grossesse, le lit et les WC. Votre matelas vous semblera le plus doux des compagnons et vous éprouverez une indicible joie à plonger dans les bras de Morphée pendant que chéri fait la vaisselle et le ménage. Oui, la grossesse c’est fait pour se reposer. Alors on met son homme au boulot.

Faire l’amour

La grossesse n’apporte pas que des désagréments. C’est qui la nouvelle bombe sexuelle ?  Autant prévenir chéri. Bon ok, faites l’impasse sur les restos mais rattrapez-vous sur le sexe et autres nourritures sensuelles. Pendant les six premiers mois (là où l’appétit sexuel est à son apogée, après il faut opter pour la gym acrobatique et l’escalade), vous aurez tout le loisir de potasser votre kamasutra. Préparez-vous un budget « livres coquins ». Et  pourquoi ne pas lire ou relire la saga Fifty Shades of Grey ? Au placard les culottes Petit Bateau et autres pyjamas en pilou pilou. Sortez le grand jeu, place à la dentelle. Votre homme va devoir assurer. Les congés paternité ne sont pas pour tout de suite.

Me gratter

Votre épiderme devient sensible au moindre frottement ? Vous faites des éruptions cutanées au moindre contact ? Eh oui, vous pouvez maudire ces satanées hormones qui vous provoquent des démangeaisons et sont responsables également de poussées d’acné. Oh joie de retrouver ses 15 ans, l’époque lycée où vous étiez une adolescente en pleine fleur de l’âge, bourgeonnant à tout va. Allez, on positive ! C’est l’occasion de chouchouter sa peau et de s’offrir ou se faire offrir des cosmétiques par chéri (pour les seins, pour le ventre) et de vous faire masser.

Manger

Au bout du troisième mois, votre appétit devient gargantuesque. Vous avez tout le temps faim. Les fameuses fringales de la grossesse vous poussent à vous jeter sur les chips, les bonbons, les barres chocolatées. Votre estomac ne cesse de gargouiller. Trois repas vous paraissent désormais une maigre pitance. Et tout à coup, vous vous découvrez des talents d’exploratrice de frigo pour des missions secrètes la nuit (s’extirper du lit sans bruit pour aller dévorer les restes du gratin dauphinois froid dans la cuisine peut se révéler parfois mission impossible). Vous terminez les plats de chéri au restaurant ? Et parfois, oui, vous vous faites peur à avoir des envies de cheeseburger dégoulinant de fromage à 1 heure du matin, alors que vous détestez la viande. Il vous arrivera même de tester des associations inédites et de vous lancer dans des expériences culinaires insolites pour déguster avec délectation des cornichons trempés dans du chocolat sous les yeux effarés de votre Jules.


Pleurer

Vous pleurez devant Beethoven, Pretty Woman, vous vous transformez en tsunami géant lorsque vous regardez l’album photos de vos 10 ans ? Cette surcharge lacrymale est tout à fait normale. Vous avez besoin de vous épancher. Dites à chéri de prévoir le stock de mouchoirs et disposez les paquets aux quatre coins de la maison. Car comme la pluie, ces averses passagères peuvent survenir à toute heure. La météo de la grossesse est très très changeante. Irritabilité, susceptibilité, nervosité à fleur de peau font partie des dépressions allant de pair avec votre état.

Faire les boutiques

Vous avez attrapé le virus des boutiques… Désormais, vous êtes imbattable sur tous les magasins de puériculture. Profitez bien de ces mois où vous pouvez encore vous déplacer dans les rayons des supermarchés et des magasins spécialisés. Gigoteuses, doudous, vêtements naissance et, oh cette mignonne petite vache qui vous interpelle là… allez hop dans le caddie. D’un coup vous vous sentez l’âme généreuse, prête à toutes les folies financières pour combler votre futur bout de chou. Qui passe à la caisse ? Chéri, tu me prêtes ta carte bleue ? C’est pour ton fils ! (ou ta fille !)

D’accoucher

La grossesse est une période merveilleuse, épanouissante … Certes, vous rayonnez aux dires de votre famille, de vos amis…. Mais la fatigue et le mal de dos commencent à se faire sentir. Vous n’avez désormais qu’une envie : accoucher. Patience…. Loulou est bientôt là !

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire