Neufmois.fr » La Communauté » Grossesse : 9 mois pour une vie

Grossesse : 9 mois pour une vie

Depuis le temps que cette petite idée te grattouillait l’arrière du crâne, la petite idée a fini par s’engraisser, grossir, devenir énorme, obèse, jusqu’à prendre le contrôle total de tes pensées… Cette petite idée devenue grosse, c’est l’idée qui allait changer le cours de ta vie… Cette petite idée, devenue envie impérieuse, c’était celle d’avoir un enfant. Un mini bout de toi, un mini bout de ton Homme, un petit être indépendant, mais fortement dépendant de toi (au début, du moins…). Cette petite idée, cette grosse envie, vous avez décidé d’y succomber, l’Homme et toi… Et c’est là qu’a commencé la merveilleuse aventure de la vie…

1er mois

Ça fait un moment que tu testes, testes et retestes. L’Homme adore, tu n’as jamais été autant accro aux galipettes que depuis que vous avez décidé de ne plus être deux dans la maisonnette… Toi, tu calcules, tu planifies, tu as déjà tout lu de toutes les théories débiles sur le meilleur moyen d’avoir un beau bébé (et vu le nombre de théories débiles qui existent, autant dire que tu ne lis plus que ça… et que tu lis beaucoup). Bref. Tu es au point (enfin presque). Tu écoutes ton corps (au moins, tu essaies…). Ca fait grosso-modo 15 jours que les visiteuses ont débarqué, donc c’est le moment d’être encore plus sportive que d’habitude !

Comme d’habitude, arrive la période des nouvelles visiteuses, que tu guettes avec appréhension… D’ailleurs, elles auraient dû arriver vers midi, et il est déjà 13 heures ! Ni une ni deux, tu dégaines un test de grossesse (oui, tu en as tout un stock. C’est moins cher en lot…. Et vu le nombre que tu en utilises chaque mois, l’opération a été assez rentable…). Bref. Tu dégaines, tu armes, tu mouilles, tu attends, tu vas voir le cœur battant (comme 5 fois par mois), et tu es fort déçue (comme à chaque fois)…
Mais après-tout, comme tu le sais pertinemment, la concentration est plus forte le matin, et les tests plus sensibles… Alors tu attends.

Et le lendemain matin, alors que les visiteuses n’ont toujours pas montré le bout de leur nez, c’est l’Homme qui te rappelle à l’ordre (oui, l’Homme aime les galipettes, mais l’Homme rêve également du jour où les deux traits apparaîtront enfin sur le bout de plastique !).  Et c’est ensemble que vous déballez le nouveau test. C’est ensemble que vous attendez les deux minutes sans regarder… Et c’est ensemble, main dans la main, que vous allez compter le nombre de petits traits bleus. Il y en a deux. Non, vous n’avez pas la berlue. Un, Deux. Ce n’est pas compliqué de compter, mais vous le faites quand même plusieurs fois chacun. Un, Deux. Désormais, vous n’êtes plus deux, mais trois !
L’émotion est intense, vous pleurez de joie. Les lectures sur comment faire le plus beau bébé du monde laissent la place aux lectures sur la grossesse. Tu deviens vite incollable sur le processus, l’évolution du fœtus et les examens que tu vas subir. La grande aventure a véritablement démarrée.

2e mois

L’aventure te conduit à devenir amie intime avec la cuvette. Tu y passes de longs moments de ta journée, dans cette petite pièce, courbée en deux. Tu sais que certaines personnes y passent toute leur matinée, mais toi, c’est après chaque repas. Au moins, la balance est contente. L’Homme aussi, est content. A défaut d’avoir encore envie de faire des galipettes, ta poitrine est devenue plantureuse. Comme lot de consolation, c’est pas trop mal…

3e mois

La cuvette est toujours ton amie (hé oui….). L’Homme lorgne toujours en dessous de ton visage (hé oui, toujours…). Ton petit invité ne se voit pas encore, mais il est très présent dans ta tête. D’ailleurs, tu organises déjà une partie de ta vie autour de lui. Adieu toute forme d’alcool, adieu tout fromage qui pue, adieu toute charcuterie délicieuse. Il manquerait plus que tu lui fasses du mal sans le vouloir ! D’ailleurs, c’est un poil compliqué : alors que tu adores la bonne chère, comment expliquer autour de toi que tu ne bois plus et que tu ne prends plus que des fromages insipides ??? Alors tu inventes des stratagèmes, avec l’Homme… Pendant l’apéro, chez tes parents, il alternera mine de rien entre ton verre et le sien. Au final, il est bourré, tu es frustrée, mais personne ne se doute de quoi que ce soit (sauf quand l’Homme, légèrement imbibé, commence à faire des blagues débiles… Vous partez donc assez vite).

Et vient enfin le jour tant attendu où vous avez rendez-vous avec votre tout-petit. Vous allez enfin le découvrir à la télé ! L’émission est en noir et blanc, avec très peu d’action, c’est un one-(wo)man-show non comique, mais tellement émouvant ! D’ailleurs, l’Homme et toi, vous pleurez de concert en voyant le petit haricot bouger ses petits bouts de jambes dans le noir abyssal du dedans de toi. Et tandis que l’échographiste, très professionnel, prend les mensurations de votre Amour, vous vous tenez la main, l’Homme et toi, les yeux dans les yeux, le cœur battant à tout rompre, à l’unisson… En sortant, avec les photos de votre tout petit à la main, vous comptez déjà les jours qui vous séparent de votre prochaine rencontre…

4e mois

Voilà, tout est dit ! Vous avez lâché le morceau aux parents. Qui ont éclaté en sanglots aussi : ils vont bientôt avoir de nouveau des cris dans leur maison ! Ils vont enfin pouvoir faire de bons gâteaux au chocolat, ressortir la maquette de bateau et acheter le petit avion télécommandé sur lequel ton père lorgnait sans avoir d’excuse valable pour l’acheter ! Et une fois que vous avez fuité auprès des parents, vous proclamez à la Terre entière le bonheur qui vous submerge… La vie est belle ! D’ailleurs tu as délaissé la cuvette. Ayé, fini. Tu savoures la vie. Ton bidou pointe son nez, tu commences à le mettre en valeur, tu le caresses, tu lui parles, tu l’admires…

5e mois

Nouvelle rencontre avec votre petite star personnelle… Et quelle rencontre ! Vous allez pouvoir admirer votre tout-petit en gros plan, admirer chaque recoin de son anatomie, et savoir (enfin) quelle couleur de peinture acheter pour sa première chambre ! Vous êtes émus, vous êtes suspendus aux lèvres de l’échographiste qui a tout un tas de mesures sérieuses à prendre avant, et pour qui la présence ou non d’une nouille n’a vraiment aucune importance… Sauf que vous, c’est la raison principale de votre venue (avec, bien sûr, le besoin pressant de s’entendre dire que tout va bien). Alors vous patientez, sourire aux lèvres. « Vous voulez savoir le sexe ? » Bien sûr ! Vous êtes trop curieux ! Et alors vous savez. A 99,9% de chances (histoire de se dédouaner si …). Vous pleurez encore. Quoi qu’on vous ait dit, d’ailleurs. Mais le fait de savoir rend ce petit visiteur si présent, si concret… Vous l’imaginez encore mieux. Vous le visualisez. Vous le personnifiez. C’est à ton petit visiteur de faire maintenant des galipettes (pas les mêmes, on est d’accord…). Et toi, tu ne t’en lasses pas. Que c’est bon de sentir ses petits coups de pied, de poing… Ton ventre tendu vibre à l’unisson… C’est beau, c’est bon…

6e mois

La chambre est peinte, le lit, le landau, la poussette, les turbulettes, les biberons, le stérilisateur (tu veux allaiter, mais sait-on jamais… Beaucoup de spécialistes réfutent son utilité, mais sait-on jamais… Tu veux le mieux pour ton bébé… Mais si au final tu ne l’utiliseras jamais !), le chauffe-biberon, presque les premiers petits pots pour dans 9 mois… Tu veux que tout soit prêt pour l’accueillir… C’est ton tout petit, ton amour, ton mini-toi, la prunelle de tes yeux, ton petit cœur… Il faut que tout soit parfait, que tout soit prêt !

7e mois

Là, y’a pas, il va vraiment falloir trouver le prénom. Vous hésitez entre trois, l’Homme et toi. Mais tu hésites, tu n’es pas sûre… C’est quand même le prénom que ton bébé va porter toute sa vie ! Il ne faut pas se tromper…

Les cours de préparation à l’accouchement ont commencé. Bien sûr, tu les suis. Tu en rajoutes, même, pour être ultra-prête. Tu as hâte et tu es inquiète en même temps. Ce sera un jour important. Tellement important !

8e mois

Ton bidou devient énorme. On ne te loupe plus, chacun voit que tu es enceinte. Et tu es tellement fière que tu le mets en valeur, ce bidou. Les vêtements sont ajustés autour de lui, les t-shirts serrés le moulant. Tout le monde le voit, sauf les personnes assises dans le bus et ceux qui font la queue à la caisse des supermarchés. Pour une raison inconnue, ton bidou qui te semble énorme est transparent pour eux…

En attendant, ton bidou est tellement énorme qu’il en devient encombrant. Surtout la nuit. Alors entre ton bidou, toi et tes nombreux coussins pour te caler dans le lit, ton Homme se plaint du tout petit peu de place qui lui reste pour se reposer. Et toi, tu grognes… Il en a de belles, lui ! Ce n’est pas lui qui a de longues insomnies toutes les nuits !
La dernière échographie arrive. Tu dis « à bientôt » au bébé de la télé. Tu as vraiment hâte de pouvoir l’embrasser… Il a tellement grandi qu’il ne rentre plus en entier sur l’écran. N’empêche… il est toujours aussi beau !

9e mois

Ta valise est prête, celle de bébé aussi. Les enveloppes des faire-part sont rédigées, la maquette de celui-ci est prêt dans l’ordinateur. Il ne reste plus que les derniers détails à y être intégrés… Et là, brusquement, alors que tu ne t’y attends pas, là, brusquement, ton corps se tord, se crispe, se contracte… Ton corps entame son sprint final… Il est temps de partir à la maternité, ton amour adoré va arriver…

Le blog de Marie : www.mon-nid.net

 

À lire absolument