Deux années séparent la naissance de ces frères jumeaux !

Isaac et Olivier Best nés en Grande-Bretagne, sont jumeaux mais ils n’ont pas poussé leur premier cri le même jour, ni la même année. Ces jumeaux sont en effet nés avec deux ans d’écart. Les deux petits proviennent du même lot d’embryons conçus à l’occasion d’une fécondation in vitro (FIV).

Qu’est-ce qu’une Fécondation in Vitro ?

On propose la FIV aux couples qui subissent des difficultés de fertilité en raison de trompes de Fallope bouchées, en cas d’endométriose, mais encore en cas d’ovulations trop peu fréquentes et de mauvais fonctionnement des ovaires (qui nécessitera alors un don d’ovocytes). La FIV est aussi proposée en cas de problèmes de fertilité masculine en raison d’un sperme insuffisamment pourvu en spermatozoïdes ou encore de spermatozoïdes un peu paresseux.

Mais à présent, revenons à notre famille anglaise. Les parents, Rachael et Richard Best, âgés respectivement de 35 et 49 ans, ont souhaité mettre en route un premier enfant. Après avoir tenté d’avoir un petit naturellement en essayant pendant quatre ans, ils ont ensuite eu recours à une FIV. Puis, ils ont décidé de congeler les embryons qu’ils restaient. Neuf mois plus tard, Olivier est né, le 17 mars 2014.

olivier-isaac-deux-ans-separent-jumeaux-youtube

Deux ans plus tard…

La durée de vie d’un embryon est de cinq ans. Mais alors que le couple souhaitait avoir un deuxième enfant, ils ont, une nouvelle fois, eu recours à une FIV.

Voir Aussi

Durant sa deuxième grossesse, la maman apprend qu’elle attend le jumeau de son premier enfant Olivier. Incroyable mais pourtant vrai, deux ans séparent la naissance de chacun de ses loulous, Isaac étant né le 22 mars 2016. Une histoire peu banale qui ne surprend pourtant pas le professeur Samir Hamamah, spécialiste de la Fécondation in Vitro et responsable du département de biologie et de la reproduction du CHU de Montpellier. Interviewé par le site Pourquoi Docteur, il a déclaré : « Lorsque l’on procède à une Fécondation in Vitro, on dispose de six embryons. L’un d’eux est implanté dans l’utérus de la mère. Les autres, s’ils sont de qualité convenable, peuvent être congelés et conservés pendant cinq ans pour une fécondation postérieure. » En tous les cas, pour la mère de ces deux petits bouts, cette situation est complètement « surréaliste ».

 

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire