Neufmois.fr » le blog de la rĂ©daction » L’allaitement est-­il vraiment le remĂšde miracle Ă  tout, comme le prĂ©tend l’UNICEF ?

L’allaitement est-­il vraiment le remĂšde miracle Ă  tout, comme le prĂ©tend l’UNICEF ?

La campagne de communication lancĂ©e par l’Unicef Ă  l’occasion de la Semaine Mondiale de l’Allaitement qui se termine dimanche est­-elle allĂ©e un peu trop loin dans le clichĂ© choc ? À l’en croire, si vous allaitez bĂ©bĂ©, il sera en meilleure santĂ©, plus intelligent et plus riche Ă  l’Ăąge adulte qu’un autre bĂ©bĂ© Ă©levĂ© au lait infantile. Évidemment que le lait maternel est l’aliment le plus naturel, le mieux Ă©quilibrĂ© pour bĂ©bĂ©. Mais quant à savoir si allaiter bĂ©bĂ©, c’est lui dĂ©crocher le gros lot Ă  la loterie du destin, il n’y aurait pas comme un pas Ă  ne pas franchir ?

Il y a des mots qui fĂąchent, surtout quand ils sont sortis de leur contexte. Ainsi, le gazouillis de l’UNICEF sur Twitter a provoquĂ© certains remous justifiĂ©s : « L’allaitement stimule la santĂ© d’un enfant, son QI, ses performances scolaires et son revenu Ă  l’ñge adulte. » Certes, on sait depuis des annĂ©es et des annĂ©es qu’un nourrisson allaitĂ© dĂšs sa naissance bĂ©nĂ©ficie d’un apport salvateur d’anticorps maternels qui permet d’éviter certaines maladies infantiles lors des premiers mois oĂč bĂ©bĂ© est justement trĂšs fragile. Nul ne remet cela en question. On sait aussi qu’allaiter ses enfants rĂ©duit le risque de dĂ©velopper un cancer du sein ou de l’ovaire. D’ailleurs, la campagne de l’UNICEF s’appuie sur une Ă©tude rĂ©cente publiĂ©e dans The Lancet, la revue mĂ©dicale de rĂ©fĂ©rence. Selon cette mĂ©ta-­analyse, qui a analysĂ© plus de 1.300 Ă©tudes scientifiques, allaiter son bĂ©bĂ© les six premiers mois pourrait sauver plus de 800 000 vies chez les moins de 5 ans et Ă©viter 20 000 dĂ©cĂšs des suites d’un cancer du sein ou de l’ovaire chez les mĂšres. La rumeur Ă©voquĂ©e plus haut n’est donc pas une rumeur mais bien des faits avĂ©rĂ©s. Sauf que, mĂȘme dans les pays du tiers­-monde oĂč les enfants sont trĂšs majoritairement allaitĂ©s, la mortalitĂ© infantile suite Ă  une maladie infectieuse atteint encore des records inacceptables.

Le gros lot Ă  tous les coups ?

Ceci Ă©tant, la campagne de promotion de l’allaitement orchestrĂ©e par l’Unicef a peut-­ĂȘtre poussĂ© le trait trop loin en prĂ©tendant que l’allaitement booste le QI, donc les performances scolaires et mĂȘme, allons-­y donc, ses revenus Ă  l’ñge adulte. Nous connaissons tous des adultes qui n’ont pas Ă©tĂ© allaitĂ©s et qui font une belle carriĂšre aprĂšs de belles Ă©tudes et d’autres, a contrario et pourtant allaitĂ©s, qui ont pris le chemin de l’école buissonniĂšre au risque d’un avenir trĂšs prĂ©caire. Forcer le trait pour forcer l’allaitement a pour effet de discrĂ©diter le discours et c’est bien dommage.

Culpabilisation des mĂšres ?

Pour toute femme qui le souhaite et le vit en bonne harmonie avec son conjoint, l’allaitement est un plus pour elle et pour son bĂ©bĂ©. Comme il peut ĂȘtre un frein voire un obstacle douloureux Ă  franchir quand il est imposĂ©. Communiquer sur les bienfaits de l’allaitement, c’est top mais faire assaut de marketing en culpabilisant les femmes (ou les couples) qui font le choix du lait infantile sur l’air de « Ce sera de ta faute s’il aura zĂ©ro en maths plus tard et cherchera fortune en vain toute sa vie » n’est ni Ă©lĂ©gant ni trĂšs honnĂȘte intellectuellement. La rĂ©ussite scolaire et patrimoniale dĂ©pend de facteurs multiples, ce n’est pas un scoop ! Maintenant, ce que j’en dis, moi, hein… c’est qu’il faut faire confiance aux mamans ! Mieux vaut un biberon de lait infantile donnĂ© avec amour et attention qu’un allaitement contraint mal vĂ©cu qui peut avoir des consĂ©quences sur le lien mĂšre -enfant. Mais ça vaut quand mĂȘme le coup d’essayer, d’ailleurs, c’est ce que j’ai dit Ă  mon troisiĂšme poussin, qui, Ă  l’heure oĂč j’écris ces lignes, est entrĂ© Ă  la maternitĂ© pour donner naissance Ă  son premier bĂ©bĂ©. Sera­-t­-elle allaitĂ©e, cette petite princesse ? Je l’espĂšre, mais si ce n’est pas le cas, elle n’en sera pas moins l’une des plus belles et plus merveilleuses petites filles de mon entourage proche. Et elle rĂ©ussira sa vie, tant que sa grand- mĂšre, comme ses parents, ses enseignants et tous les porteurs de savoirs et surtout de valeurs qui croiseront sa route, sauront dĂ©velopper chez elle la curiositĂ©, l’envie d’apprendre et d’entreprendre, et surtout le respect de l’altĂ©ritĂ©. Ce dont a un peu manquĂ© la campagne de communication de l’UNICEF. Mais comme on dit, l’enfer est pavĂ© de bonnes intentions… Allez zou, je retourne zieuter mon phone pour savoir comme se passent les choses Ă  la maternitĂ© de Pontoise, ce matin…

À lire absolument