Voyager malin au troisième trimestre de grossesse : tout ce qu’il faut savoir avant de boucler les valises

Ventre en avant, te voilà prête à boucler le baluchon et à partir batifoler sur les grands chemins ? Holà, j’entends déjà tous les mauvais esprits qui veulent te cloisonner à ton fauteuil ! Si une virée en 4X4 dans les contreforts de l’Atlas est certes totalement déconseillée, il reste tout de même pas mal de pistes à explorer pour passer des vacances sans souci en rêvant de ce beau bébé à naître. Rêver de vagabondages ensoleillés n’est pas une lubie de femme enceinte : c’est le lot de tout un chacun dès que les beaux jours s’installent. Et ce n’est pas parce qu’on attend un bébé que l’on va se résigner à rester vautrée dans son canapé et à faire une croix sur ses vacances. Pour autant, on sait bien qu’on ne partira pas faire le tour du monde à pied, à cheval ou en ballon et pas davantage barouder en Extrême-Orient. Mais si la grossesse se passe bien, rien ne nous interdit de prendre la poudre d’escampette, même au troisième trimestre. Sur la pointe des pieds… autrement dit, avec moult précautions.

Enceinte, quand partir en vacances au bon moment ?

Pas de grossesse pathologique à l’horizon ? En avant ! Évidemment, si tu entames ton huitième mois de grossesse, tu peux aussi aller prendre l’air, à condition d’adapter tes envies d’évasion et tes moyens de locomotion à ton état. Pas trop loin et à proximité d’une maternité. Le mieux est d’avoir préalablement ouvert un Dossier Médical Personnalisé. Pourquoi ? Parce que cela t’évitera de trimbaler dans ton paquetage deux bons kilos d’échographies et de résultats d’examens ! Tout est en ligne et seuls les médecins et sages-femmes autorisés peuvent aller regarder ce qui s’est passé pendant ta grossesse. L’avantage, tu voyages léger et surtout tu ne subis pas, en cas de souci, une pléthore d’examens déjà réalisés et qui coûtent bonbon à la sécurité sociale… Bon, précisions : si tu files buller à l’étranger, tu vas devoir te coltiner ton dossier papier comme une grande….

Enceinte, fais le tri dans tes destinations avant de partir en vacances…

Avant de prendre un billet pour une destination de rêve quelque part entre l’Océan Indien et les Caraïbes, passe en revue les avantages et les inconvénients de chaque destination.

La grossesse et les fortes chaleurs ne font pas bon ménage. Et si tu traînes déjà la patte avec un petit 25°C en ville, tu te vois sous la chape de plomb qui va te tomber dessus si le thermomètre monte de dix dixièmes (à l’ombre !). Et plus si affinités ! Fatigue, transpiration excessive (courante pendant la grossesse), dilatation des vaisseaux sanguins… bonjour l’ambiance !

Pour un peu que ta circulation sanguine ait tendance à se la couler douce, tu rempiles derechef pour la corvée jambes lourdes. Et puis, pense aussi que certaines régions sont franchement déconseillées quand on est enceinte, notamment celles où le paludisme sévit. Forcément : la plupart des traitements antipaludéens sont contre-indiqués dans ton cas.

Idem pour certains produits anti-moustiques, malheureusement les plus efficaces. Il faut donc demander conseil au pharmacien avant de se ruer sur le rayon. Note aussi que certaines vaccinations « exotiques » sont elles aussi contre-indiquées pendant la grossesse …

Book tout de suite une maternité pour accoucher…

Mais il n’y a pas que le climat qui compte ! Imagine une minute que bébé fasse des siennes : il  te faudrait rejoindre très vite un établissement hospitalier capable de traiter les complications obstétricales, d’effectuer une césarienne… et disposant de réserves de sang non contaminé. Sans oublier qu’il faudrait aussi te procurer sur place des médicaments DCI (dénomination commune internationale). Si vraiment on n’a pas réussi à te convaincre que la France, enceinte en dernière ligne droite avant l’accouchement, c’est une destination qui tient la route,  vérifie auprès de l’ambassade du pays où tu rêves de te poser que l’établissement hospitalier qui assure ce minimum syndical existe ailleurs que dans tes rêves d’évasion.


Voir Aussi

Idem pour des vacances en France : seras-tu à moins d’une demi-heure de route d’une maternité bien équipée ? Et puisqu’on en est aux investigations, c’est le moment de vérifier si ton assurance couvre l’acheminement à l’étranger de médicaments jusqu’à ton lieu de villégiature au cas où, hein… Attention, certaines compagnies refusent d’assurer les femmes enceintes à partir du huitième mois de grossesse. Il est plutôt judicieux de passer un coup de fil pour vérifier que l’assureur est bien de notre côté…

Avion, train, voiture, comment voyager enceinte ?

Une fois la destination arrêtée, il va te falloir choisir ton mode de locomotion. L’avion est tout à fait indiqué pour les destinations qui impliqueraient de longues heures de voiture. Mais la plupart des compagnies aériennes refusent d’embarquer les femmes enceintes à partir de 32 semaines d’aménorrhée (7 mois révolus). Si la tienne accepte les femmes enceintes jusqu’à 8 mois pleins, mieux vaut avoir avec toi un certificat médical récent (moins de 8 jours) qui précise que tu es en état de voyager. Pour éviter les varices et les risques d’œdème, rien ne vaut les bas de contention qui facilitent le retour veineux. On demande un siège côté couloir pour pouvoir faire quelques pas dans l’allée aussi souvent que nécessaire sans déranger ses voisins … et filer discrètement au petit coin.

Pour les voyages « longue distance », le train – option couloir également – est aussi une bonne alternative, à condition d’éviter les trajets à correspondances et la station debout pénible sur le quai. En réservant très en amont, tu profiteras de la très confortable première classe à prix réduit. Pour les petits trajets, la voiture reste incontournable, mais pas question d’effectuer plus de 400 km par jour. Ni de se plier en quatre, les genoux jusqu’au menton : il faut reculer le siège passager et l’incliner en arrière afin d’être le plus allongée possible. C’est le meilleur moyen pour éviter de ressentir désagréablement les secousses. Quant à la ceinture de sécurité, sa sangle doit passer sous le ventre et entre les seins. Et toutes les deux heures, pause détente avec un peu de marche au programme. Une halte à vivre comme une parenthèse obligée, en pensant aux bons moments qui t’attendent durant tes dernières vacances avant le passage de la cigogne. Allez, on te souhaite… de bonnes vacances !

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire