Neufmois.fr » Grossesse zen » Droit et argent » Grossesse : quels sont mes droits au travail ?

Grossesse : quels sont mes droits au travail ?

Pregnant Japanese businesswoman using computer

Bien vivre sa maternitĂ© au bureau, c’est possible. De l’annonce de la grossesse au retour de votre congĂ© maternitĂ©, la loi protĂšge les nouvelles mĂšres.

Dois-je annoncer ma grossesse rapidement ?

Rien ne vous y oblige et vous ne pouvez pas ĂȘtre sanctionnĂ©e pour ne pas avoir annoncĂ© votre grossesse, mĂȘme dans le cadre d’un entretien d’embauche. Mais vous avez tout intĂ©rĂȘt Ă  dĂ©clarer votre Ă©tat dĂšs que possible : cela vous permet de bĂ©nĂ©ficier de mesures qui facilitent votre travail au quotidien mais aussi d’ĂȘtre protĂ©ger contre le licenciement.

Vous pouvez Ă©galement demander un changement d’affectation sans perte de salaire. Ces dispositions sont prĂ©vues par la convention collective de l’entreprise ou par le code du travail, la convention s’effaçant devant la loi lorsqu’elle est moins favorable Ă  la salariĂ©e.

Quand puis-je partir en congé de maternité ?

En tant que salariée enceinte, vous devez adresser à votre employeur par lettre recommandée avec accusé de réception votre certificat médical de grossesse et les dates de départ et de retour de congé de maternité. Cependant, certaines femmes enceintes se contentent de donner ces document de la main à la main.


En cas de naissance simple, la durĂ©e du congĂ© maternitĂ© est de seize semaines: six semaines avant et dix semaines aprĂšs votre accouchement. Vous pouvez rĂ©partir ce congĂ© Ă  votre convenance, en prenant au minimum deux semaines avant l’accouchement. Si vous accouchez avant terme, le congĂ© est dĂ©sormais est prolongĂ© en fonction du nombre de semaines de prĂ©maturitĂ©.

Si on me rĂ©clame d’urgence au bureau pendant mon congĂ© de maternitĂ©, que faire ?

Vous n’ĂȘtes pas obligĂ©e de prendre la totalitĂ© de votre congĂ© maternitĂ©. En revanche, vous devez cesser de travailler pendant au minimum huit semaines, dont six aprĂšs l’accouchement. Votre employeur ne peut pas vous faire travailler durant cette pĂ©riode, sinon, gare aux amendes. Le non respect de ces dispositions peut entraĂźner une sanction pĂ©nale.

Financiùrement, comment je fais pour m’en sortir ?

Si vous n’ĂȘtes pas fonctionnaire, votre salaire n’est pas dĂ» pendant ces congĂ©s, sauf convention collective ou accord plus favorables. Vous percevez en revanche des indemnitĂ©s journaliĂšres de la SĂ©curitĂ© Sociale, Ă©gales Ă  votre salaire journalier net, si vous justifiez de dix mois d’immatriculation Ă  la date prĂ©sumĂ©e de l’accouchement, mais Ă©galement d’une durĂ©e minimale de travail et de cotisations.

Suis-je sûre de retrouver ma place à mon retour de congé maternité ?

N’ayez crainte : durant les quatre semaines qui suivent la fin de votre congĂ© de maternitĂ©, votre employeur ne peut pas vous licencier, sauf pour faute professionnelle grave non liĂ©e Ă  votre Ă©tat ou s’il est impossible de maintenir votre contrat pour une raison Ă©conomique (dĂ©pĂŽt de bilan, compression de personnel
).


De plus, selon certaines dispositions europĂ©ennes, Ă  votre retour de congĂ© maternitĂ©, vous devez rĂ©intĂ©grer votre poste ou retrouver un emploi Ă©quivalant en bĂ©nĂ©ficiant des augmentations de salaires et amĂ©liorations des conditions de travail mises en oeuvre pendant votre absence. À savoir, si vous ĂȘtes salariĂ©e, Ă  la reprise de votre activitĂ© aprĂšs votre congĂ© maternitĂ©, vous avez le droit Ă  un entretien avec votre employeur afin de faire le point sur votre orientation professionnelle.

Et si je veux poursuivre mon congé maternité pour allaiter bébé ?

La loi ne prĂ©voit aucun congĂ© spĂ©cifique concernant l’allaitement. La seule solution pour la maman qui dĂ©sire prolonger l’allaitement est de prendre un congĂ© parental d’éducation, si elle justifie d’un an d’anciennetĂ©. En dernier lieu, vous pouvez obtenir un congĂ© pathologique de vingt-huit jour, que les mĂ©decins dĂ©livrent assez facilement. Mais attention, dans ce cas, vous ne serez plus en congĂ© maternitĂ© mais en arrĂȘt maladie.


À lire absolument