Neufmois.fr » Conception » Pourquoi tant d’échecs d’implantation d’embryons ?

Pourquoi tant d’échecs d’implantation d’embryons ?

En France, plus 75% des transferts d’embryons Ă©chouent. GrĂące Ă  l’EmbryoScope, une nouvelle technique d’observation de la qualitĂ© de l’embryon, ce score pourrait ĂȘtre amĂ©liorĂ© de 10%.

 

25% seulement de réussite aprÚs FIV

Cela peut sembler peu, mais seulement les spĂ©cialistes, c’est finalement trĂšs proche des chances de rĂ©ussite de fĂ©condation naturelle par cycle. NĂ©anmoins, quand on s’engage dans un parcours de FĂ©condation In Vitro, un taux d’échec de 75% peut ĂȘtre ressenti comme excessif et surtout excessivement douloureux. Pour amĂ©liorer l’efficacitĂ© de la procrĂ©ation mĂ©dicalement assistĂ©e, il faudrait pouvoir sĂ©lectionner les meilleurs gamĂštes utilisĂ©s et, aprĂšs fĂ©condation, pouvoir identifier les embryons les plus aptes Ă  s’implanter avec succĂšs.

La crĂ©ation d’un nouvel incubateur

Depuis 2010, un nouvel incubateur, dĂ©veloppĂ© par une entreprise scandinave, permet d’observer l’embryon obtenu pendant les cinq premiers jours de son dĂ©veloppement et de repĂ©rer les anomalies Ă©ventuelles, sans avoir Ă  le manipuler. Cet incubateur, baptisĂ© EmbryoScope, permet donc de repĂ©rer les meilleurs embryons et de dĂ©terminer le meilleur moment pour les transfĂ©rer dans l’utĂ©rus. Une Ă©tude a Ă©tĂ© prĂ©sentĂ©e rĂ©cemment Ă  un CongrĂšs sur la fertilitĂ© Ă  Paris, par le Pr Antonio Pellicer, gynĂ©cologue-obstĂ©tricien et directeur d’un centre de procrĂ©ation mĂ©dicalement assistĂ©e Ă  Valence en Espagne, IVI, et, fait rarissime pour un mĂ©decin Ă©tranger, laurĂ©at de l’AcadĂ©mie de MĂ©decine française en 2014.

Le Pr Antonio Pellicer, que Neuf Mois a rencontrĂ© Ă  Paris, nous a expliquĂ© que ses Ă©quipes avaient pu obtenir 10% d’implantation rĂ©ussie en plus grĂące Ă  l’EmbryoScope qu’il utilise depuis quelques annĂ©es dans son laboratoire. Des chiffres qui ont fait rĂ©cemment l’objet d’une publication dans la revue scientifique Fertily and Sterility et d’une communication lors du congrĂšs de mĂ©decin de la reproduction qui s’est tenu Ă  Paris au dĂ©but novembre.

Un bel espoir pour les couples en cours de traitement PMA !

À lire absolument