Neufmois.fr » Conception » Nidation : les 10 jours dĂ©cisifs oĂč tout se joue 

Nidation : les 10 jours dĂ©cisifs oĂč tout se joue 

Quand le spermatozoĂŻde et l’ovule se rencontrent, l’affaire n’est pas entendue pour autant ! Pour qu’un bĂ©bĂ© naisse de cette rencontre, il faut que l’Ɠuf parvienne Ă  se nicher dans l’utĂ©rus. RĂ©cit des dix jours qui vont changer le cours des choses.

Dans l’imaginaire collectif, bĂ©bĂ© est conçu le jour oĂč le spermatozoĂŻde le plus performant gagne le cƓur de l’ovule. Et ce n’est pas faux. Sauf que l’affaire est un peu plus complexe que cela. Car pour que l’Ɠuf puisse se dĂ©velopper et devenir un embryon puis un fƓtus, il faut qu’il entame une marche du combattant pour s’installer au cƓur de l’utĂ©rus. Un parcours initiatique qui prend un certain temps et qui n’est pas sans difficultĂ©s.

Jour 1

Allez, zou… Un plus un Ă©gale… un ! De la fusion d’un spermatozoĂŻde et d’un ovule naĂźt un Ɠuf qui va devoir descendre le long des trompes de Fallope jusqu’Ă  l’entrĂ©e de l’utĂ©rus. Comment rĂ©alise-t-il cet exploit vu que la nature ne l’a pas dotĂ© de jambes ? Tout simplement en progressant au grĂ© des contractions de la trompe, et en s’aidant des cils prĂ©sents sur la paroi et qui font office de tapis roulant. Une trompe, ce n’est pas le bout du monde mais quand on est un jeune Ɠuf sans beaucoup de moyens, la parcourir peut prendre un certain temps. Trois jours, en fait. Mais pendant ce temps, l’Ɠuf ne se laisse pas vivre au grĂ© de sa balade bucolique : il commence Ă  se dĂ©velopper et pour cela, il faut que ces cellules de base se divisent. En trois jours il va tripler de volume, mais rien de spectaculaire, lĂ  encore : il est toujours microscopique.

Jour 4

Il a enfin atteint l’utĂ©rus. La belle affaire ! L’Ɠuf n’est pas encore en fusion avec son nouvel environnement, il lui faut un peu de temps pour s’acclimater. Mais il poursuit son dĂ©veloppement, continue Ă  grossir. L’utĂ©rus, de son cĂŽtĂ©, interpellĂ© par sa prĂ©sence incongrue, se met en quatre pour accueillir cet hĂŽte de choix : la muqueuse utĂ©rine, l’endomĂštre en termes savants, s’apprĂȘte Ă  l’accueillir Ă  bras ouverts, et lui propose un nid de choix Ă  mi-chemin entre l’embouchure de la trompe de Fallope et du col de l’utĂ©rus.

Jour 7

Une fois le tour du propriĂ©taire fait, l’Ɠuf va faire son nid au cƓur de la muqueuse utĂ©rine, se nichant bien profond. Le trophoblaste, partie externe de l’Ɠuf, secrĂšte des enzymes qui dĂ©truisent des cellules dans l’utĂ©rus, afin de lui permettre de « faire son trou » dans la muqueuse, qui, bonne fille, s’Ă©tait prĂ©parĂ©e avec l’aide de l’ovaire « mĂšre » de l’ovule fĂ©condĂ©, qui a secrĂ©tĂ© de bonnes doses de progestĂ©rone pour inciter la muqueuse utĂ©rine Ă  se montrer accueillante, grĂące Ă  une vascularisation optimisĂ©e.

Au fil des jours, la muqueuse envahie se referme, comme un toit au-dessus de l’Ɠuf nichĂ©. EmmurĂ©, il ne mourra pas de faim les premiers temps car il dispose de rĂ©serves, mais il va lui falloir bientĂŽt trouver de quoi se sustenter pour pouvoir grandir. Le seul moyen possible, annexer les vaisseaux sanguins de la muqueuse qui l’abrite et crĂ©er ainsi des lacs sanguins. LĂ  oĂč le phĂ©nomĂšne vaut son pesant d’or, c’est que cette fusion se crĂ©e sans que le sang du futur fƓtus et celui de sa mĂšre ne se rencontrent. Vases communicants, connaĂźt pas !

Jour 8

A ce stade, il y a eu des laissĂ©s pour compte : selon les biologistes, un Ɠuf seulement sur deux parvient Ă  se nicher correctement et Ă  survivre. La faute aux anomalies chromosomiques, Ă  une muqueuse utĂ©rine peu disposĂ©e Ă  remplir son office et qui prĂ©sente des troubles de la coagulation empĂȘchant la nidation, ou Ă  des dĂ©sĂ©quilibres hormonaux. Quoi qu’il en soit, l’Ɠuf ne se niche pas dans l’utĂ©rus et sa fin passera inaperçue, dans le flux des rĂšgles Ă  venir. L’explication sans doute de certains retards constatĂ©s.

Plus rarement, l’Ɠuf fait fausse route : au lieu de se nicher dans l’utĂ©rus, il s’installe dans la trompe. La fameuse grossesse extra-utĂ©rine. Cette fausse route est due Ă  un mauvais timing sur la route : quand l’Ɠuf est mĂ»r pour la nidation, ou trop Ă©puisĂ© pour poursuivre sa route, il n’attend pas, il creuse son nid. Et tant pis si ce n’est pas le bon terreau. D’oĂč ces grossesses extra-utĂ©rines qui ne peuvent pas Ă©videmment pas aboutir et prĂ©sentant un rĂ©el danger pour la future maman. Les futures mamans fumeuses sont plus exposĂ©es que la plupart des autres, car la nicotine affaiblit la motricitĂ© des fameux cils qui tapissent la trompe. En gĂ©nĂ©ral, des douleurs et des saignements accompagnent cette nidation hors zone, amenant la future maman Ă  consulter.

A l’Ă©chographie, nul embryon n’est dĂ©tectable dans l’utĂ©rus, la poursuite de l’investigation ne tarde pas Ă  dĂ©couvrir le passager clandestin de la trompe qui sera malheureusement dĂ©truit soit par traitement mĂ©dicamenteux, soit par cƓlioscopie s’il est dĂ©jĂ  bien dĂ©veloppĂ©. MĂȘme si la trompe est bien endommagĂ©e par cette aventure, tout espoir de devenir maman n’est pas Ă  enterrer trop vite car la nature a dotĂ© toute femme de deux trompes.

Dans le pire des cas, il ne faut pas oublier que la mĂ©decine fait aujourd’hui des miracles, en termes de procrĂ©ation mĂ©dicalement assistĂ©e.

Jour 10

L’Ɠuf est dĂ©sormais bien nichĂ©, pourvu de sources d’alimentation consĂ©quentes et il est alors possible de faire un test sanguin de dosage des hormones BĂȘta HCG – hormones secrĂ©tĂ©es par le trophoblaste qui deviendra le placenta, pour confirmer les espĂ©rances : bĂ©bĂ© est en route. Mais il a encore devant lui neuf mois de pĂ©rĂ©grinations en tout genre qui ne seront pas sans piĂšges ni sans danger. Tout n’est pas encore jouĂ©, mais heureusement, aujourd’hui, le bon suivi des grossesses permet Ă  l’embryon d’espĂ©rer raisonnablement pouvoir devenir un fƓtus en bonne santĂ©, et enfin, un superbe bĂ©bĂ©.

 

À lire absolument