Neufmois.fr » Conception » Lutte contre l’infertilité : zoom sur les nouveaux traitements et protocoles

Lutte contre l’infertilité : zoom sur les nouveaux traitements et protocoles

En matiĂšre de lutte contre l’infertilitĂ©, de nombreux progrĂšs ont Ă©tĂ© effectuĂ©s ces derniĂšres dĂ©cennies. De nouveaux protocoles et traitements sont actuellement en cours de tests dans diffĂ©rents pays. Neuf Mois fait donc le tour des derniĂšres pistes en matiĂšre de lutte contre l’infertilitĂ©.

Protocoles de stimulation ovarienne : une piste pour diminuer les effets secondaires

La stimulation ovarienne est une Ă©tape souvent indispensable dans un parcours en PMA. Ce protocole permet de stimuler grĂące Ă  des hormones la production de follicules au niveau des ovaires mais s’avĂšre souvent contraignant et douloureux. En effet, cette stimulation peut donner lieu Ă  de nombreux effets indĂ©sirables comme par exemple des maux de tĂȘte, des nausĂ©es, une prise de poids ou des douleurs. De nombreuses Ă©quipes se penchent actuellement sur des nouveaux protocoles qui permettraient de diminuer ces effets secondaires. Cette annĂ©e dĂ©jĂ  l’utilisation de la kisspeptine en stimulation ovarienne a non seulement permis Ă  la naissance d’un enfant via la fĂ©condation in vitro mais Ă©galement de diminuer les effets secondaires liĂ©s Ă  la stimulation ovarienne.

Transfert différé par cryoconservation

La cryoconservation du cortex ovarien est une technique d’autoconservation de follicules ovariens. A l’heure actuelle cette technique peut ĂȘtre utilisĂ©e pour prĂ©server la fertilitĂ© des femmes subissant des traitements gonadotoxiques. Cependant, cette technique reste encore une technique en cours d’évaluation car la rĂ©sistance Ă  la cryoconservation du tissu ovarien et l’efficacitĂ© de cette technique sont encore incertaines. Plus d’une dizaine de naissances (dont 2 en France) ont pu aboutir grĂące Ă  technique. Les recherches s’intensifient pour permettre d’amĂ©liorer cette technique, notamment grĂące Ă  l’emploi conjoint d’ovaires artificiels.

Nouveaux modùles d’embryoscopes/time-lapse

L’embryoscope reprĂ©sente un incubateur d’embryon qui est Ă©quipĂ© d’un systĂšme de camĂ©ras filmant en permanence l’évolution des embryons. Cette technique, dite du time-lapse est une mĂ©thode qui permet de sĂ©lectionner les meilleurs embryons Ă  implanter. De nombreuses associations le dĂ©plorent : la France est trĂšs mal lotie en matiĂšre de d’embryoscopes : elle compte Ă  peine une demi-douzaine d’embryoscopes quand certains pays frontaliers en possĂšdent deux par clinique. Certains hĂŽpitaux comme l’hĂŽpital de Lille ont mĂȘme rĂ©cemment lancĂ© des campagnes de crowdfunding afin de pouvoir s’en Ă©quiper. La technologie du time-lapse se perfectionne chaque annĂ©e pour pouvoir obtenir des clichĂ©s remarquables 24 heures/24 heures des embryons afin d’optimiser les chances de rĂ©ussite d’une fĂ©condation in vitro.

Rajeunissement ovarien par autogreffe

Parce que certaines femmes souffrent d’insuffisance ovarienne prĂ©coce (prĂšs de 1% des femmes), les chercheurs se penchent actuellement sur une façon de pouvoir activer des follicules qui normalement ne se dĂ©velopperaient pas. La technique de rajeunissement ovarien par autogreffe semble prometteuse et a dĂ©jĂ  connu quelques succĂšs en Espagne puisque 4 enfants sont nĂ©s aprĂšs l’utilisation de cette technique. Le rajeunissement ovarien par autogreffe permet d’inverser partiellement le vieillissement de l’ovaire et d’activer les follicules dormants. Deux techniques sont actuellement testĂ©es mais sont dĂ©jĂ  prometteuses : une technique faisant appel aux cellules souches de la moelle osseuse et une technique basĂ©e sur le prĂ©lĂšvement, la fragmentation et la rĂ©implantation du tissu ovarien.

Biopsie d’endomùtre

L’endomĂštre reprĂ©sente la muqueuse de l’utĂ©rus. C’est lĂ  que s’implantent les embryons. Dans certaines infertilitĂ©s, l’endomĂštre peut ne pas se dĂ©velopper suffisamment pour permettre Ă  l’embryon de s’implanter. S’il existe plusieurs mĂ©thodes d’exploration de l’endomĂštre, la biopsie d’endomĂštre pourrait permettre d’optimiser les chances de succĂšs d’une fĂ©condation. Analyser plus finement l’endomĂštre peut permettre de comprendre certaines causes d’infertilitĂ©. RĂ©cemment des travaux ont suggĂ©rĂ© un lien entre la difficultĂ© de concevoir et la prĂ©sence d’un type de virus.

À lire absolument