Neuf Mois pour les sages-femmes 9Love - L'Eshop GrossesseLes meilleures mutuelles grossesse

Comment détecter mon ovulation: Emily Oster nous explique les méthodes de conception qui marchent

  • Il y a trois méthodes pour détecter l’ovulation
  • Mesure de la température
  • Glaire cervicale
  • Test d’ovulation en kit
  • Il y a encore d’autres options high-tech

L’envie de devenir maman est en vous, vous en rêvez mais vous vous posez des tas de questions sur la conception : va-t-on y arriver, est-ce que l’on s’y prend au bon moment, à quel moment dois-je détecter mon ovulation, et comment savoir que j’ovule, à qui demander ses informations, vous êtes perdu sur ce champ de bataille et les méthodes de détection de l’ovulation sont un casse-tête. Economiste de renommée mondiale, quand elle est devenue maman Emily Oster aussi s’est posé des questions et c’est en désirant s’éclairer qu’elle a analysé toutes les données à l’origine des règles qu’on impose aux femmes enceintes et désirant avoir un enfant, qu’elle a tenté de répondre à plein d’interrogations sur ces règles que l’on considère comme importantes à suivre quand on a l’envie de devenir maman. Emily Oster dément ainsi certaines croyances dans son livre « Enceinte libérez-vous des idées reçues » et tente d’éclairer le plus possible les femmes avec des données précises en s’appuyant sur la réalité des chiffres. Ici, c’est la conception que l’on va aborder, comment la maîtriser ? Emily Oster met en lumière cette question dans le chapitre 2 de son livre, une question qui nous tient toutes à cœur quand on a l’envie profonde de fonder sa famille.

Il y a trois méthodes pour détecter l’ovulation

La mesure de la température, le contrôle de la glaire cervicale et les bâtonnets pour analyser l’urine. Les deux premières méthodes sont utilisées depuis de nombreuses années, la dernière est relativement nouvelle.

Mesure de la température

Comme la température corporelle est plus élevée durant la seconde moitié du cycle, c’est-à-dire après l’ovulation, vous pouvez donc déterminer le moment de l’ovulation en prenant votre température tous les jours, de préférence avant de vous lever (car le mouvement augmente votre température), à l’aide d’un thermomètre précis.

Pendant la phase pré-ovulatoire, votre température est généralement inférieure à 37°C. Le lendemain de l’ovulation, elle augmente de quelques dixièmes de degré. C’est le signe que vous avez ovulé. Votre température restera alors élevée jusqu’à la fin du mois, puis baissera le jour du début de vos règles, ou (souvent) la veille. Si vous tombez enceinte, votre température restera élevée. Cette méthode présente des avantages indéniables. La courbe mensuelle vous dira, avec un haut degré de certitude, que vous ovulez et, si vos cycles sont réguliers, le jour de l’ovulation. Vous pourrez ainsi prévoir le jour pour le mois suivant. Elle vous dira aussi si vous êtes tombée enceinte (si la température reste élevée plus de 14 jours consécutifs). Cependant, la méthode n’est pas parfaite. Le plus gros problème, c’est que vous découvrez le jour de votre ovulation après avoir ovulé. Ça ne vous sera donc utile que pour le mois suivant. De plus, prendre sa température n’est pas aussi simple qu’il n’y paraît. Vous devez en effet le faire à la même heure tous les jours, idéalement à la première heure du matin après quatre à cinq heures de sommeil continu. Les résultats peuvent par ailleurs être faussés par le décalage horaire, la fièvre ou encore une mauvaise nuit de sommeil. Personnellement, cette méthode me convenait bien. J’avais l’impression d’être proactive (et je prenais plaisir à récolter des données et à les représenter dans des graphiques). Malheureusement, je n’ai jamais été particulièrement douée pour ça.

Voyez la courbe des températures du mois où je suis tombée enceinte de Pénélope. D’une part, le fait que ma température ait fini par monter et par rester élevée m’a donné un (petit) indice que j’étais enceinte. D’autre part, mes différents déplacements professionnels ont eu un impact sur la qualité de mon sommeil et ont rendu le relevé chaotique. J’ai d’abord cru que j’avais ovulé le 9 juin parce que ma température avait augmenté le 10, puis j’ai réalisé que cette variation correspondait à notre retour du Ghana. La seule chose qui m’a permis de savoir que j’étais tombée enceinte avant ce voyage, c’est que Jesse n’y était pas avec moi !

Ce graphique reflète mon expérience personnelle, mais nous pouvons être un peu plus scientifiques sur l’utilité de cette méthode pour la femme moyenne. À la fin des années 1990, une étude s’est intéressée à la question en suivant un groupe de femmes qui voulaient éviter de tomber enceintes. Les chercheurs avaient pour but d’évaluer l’efficacité de diverses méthodes permettant de repérer l’ovulation. Grâce à un suivi par ultrasons, ils déterminaient la date réelle de l’ovulation. En comparaison, 30% des femmes ont su déterminer avec exactitude le jour de leur ovulation en se basant sur leur température, et 30% sont tombées sur le jour précédent. La veille de l’ovulation étant également un jour propice à la conception, on conclura que la méthode de la température offre 60% de chances de déterminer les deux jours les plus fertiles du mois.

Glaire cervicale

S’il vous tient à cœur de déterminer avec exactitude votre jour d’ovulation en ayant recours à des méthodes naturelles, il vous faudra croiser votre température avec l’analyse de votre glaire cervicale. C’est un peu plus compliqué que de tracer une courbe sur une feuille. La méthode est un peu moins « propre » (du moins selon mes critères). Voici l’idée : autour du moment de l’ovulation, votre corps sécrète un type de mucus idéal pour le passage des spermatozoïdes. Ce mucus se trouve dans et autour du col de l’utérus.

Pour déterminer sa qualité, vous devez insérer votre doigt dans votre vagin. Ça vous permettra de recueillir un peu de ce mucus, que vous pourrez ensuite tester. Juste avant l’ovulation, il sera élastique, un peu comme un blanc d’œuf. Les jours où vous avez ce type de mucus sont idéaux pour la conception. Le mucus est le plus élastique le jour de l’ovulation. Cette méthode présente des avantages. Contrairement à la courbe de température, l’analyse de la glaire cervicale vous indique quand faire l’amour dans le but de concevoir (au lieu de vous apprendre que vous auriez dû avoir des rapports deux jours plus tôt). Le prélèvement peut se faire à tout moment et permet d’obtenir des informations fiables même si vous dormez mal ou si vous avez de la fièvre, etc. Beaucoup de femmes y ont recours en combinaison avec le relevé de la température : en supposant que les deux signes s’alignent, vous développerez une très bonne connaissance de votre cycle. Or, la méthode a aussi ses inconvénients. D’une part, vous pourriez vous sentir mal à l’aise de trifouiller autour de votre vagin et, d’autre part, le sperme a une apparence similaire au mucus de haute qualité, si bien qu’il est indiqué d’attendre un certain temps après le rapport sexuel (idéalement un jour ou deux) pour faire le test. Même si vous n’avez pas eu de rapport sexuel, il peut être difficile d’en évaluer la « qualité » avec précision. Pour beaucoup, ça demande quelques mois de pratique.

L’analyse de la glaire cervicale, pour autant qu’elle soit effectuée correctement, offre une précision similaire au relevé de la température corporelle. Dans l’étude mentionnée plus haut, les chercheurs ont également demandé aux femmes d’identifier leur jour d’ovulation en fonction de la consistance de leur glaire cervicale. Le jour réel de l’ovulation correspondait à la date identifiée dans près de 50% des cas. Dans une autre étude similaire, mais uniquement axée sur la glaire cervicale, l’analyse du mucus a permis de déterminer le jour de l’ovulation dans environ 34% des cas, et le jour précédant l’ovulation dans 25% des cas.

Test d’ovulation en kit

Les méthodes naturelles permettant de déterminer les jours de fertilité ne sont pas récentes. Ma mère se souvient avoir pris sa température lorsqu’elle essayait de concevoir mon plus jeune frère (elle prétend qu’elle n’était pas plus douée que moi). C’est bon marché (quelques euros pour un thermomètre de haute qualité et du papier millimétré), et assez précis, surtout une fois qu’on s’y habitue.

Si vous cherchez une méthode simple pour identifier très précisément le jour de l’ovulation, vous feriez toutefois mieux de faire appel à la technologie en achetant un kit d’ovulation. Ces dispositifs détectent les niveaux élevés d’hormones lutéinisantes (LH), signes d’ovulation, et sont faciles à utiliser. Si vous pensez que vous allez ovuler, urinez sur un bâtonnet tous les matins. Une ligne s’assombrit lorsque les niveaux d’hormones sont plus élevés (certains bâtonnets ont un affichage numérique), ce qui est le cas la veille de l’ovulation. Un résultat positif vous dira donc d’essayer de concevoir dans les 48 heures (c’est-à-dire la veille et le jour de l’ovulation) pour maximiser vos chances de grossesse. Le gros avantage de ces tests est la précision. L’étude déjà mentionnée révèle qu’ils donnent le jour de l’ovulation dans 100% des cas. Une recherche portant sur le test de fertilité Clearblue a révélé que 23% des femmes y ayant eu accès sont tombées enceintes au cours des deux mois de l’étude, contre seulement 15% des femmes qui n’y avaient pas accès. De plus, il vous suffit de faire pipi sur un stick et le tour est joué. L’inconvénient est bien sûr le coût. Comptez entre 25 et 35 euros par mois, multipliés par le nombre de mois nécessaires.


Il y a encore d’autres options high-tech

Par exemple, j’ai brièvement utilisé l’OV-Watch, une montre détectant les hormones de votre peau, avec un panel plus étendu que les bâtonnets. Elle vous signalera ainsi quand vous approchez de l’ovulation et quand vous ovulez. Personnellement, je n’ai pas trouvé ça concluant. Apparemment, je transpire trop, ou pas assez, ou au mauvais moment… En y regardant de plus près, presque toutes les femmes que je connais ont eu recours à une de ces méthodes au moins, en commençant généralement par le relevé de température, avant de passer aux tests d’ovulation si ça ne marchait pas comme elles l’auraient souhaité.

Ces méthodes sont-elles utiles ? Les études démontrent que oui. En ce qui me concerne, elles m’ont surtout permis d’avoir le sentiment de contrôler les choses. Il se dit (et à juste titre) qu’être parent, c’est accepter de ne plus tout contrôler. À ce moment-là, je n’étais pas encore prête à ça.

Emily Oster

Auteure du livre « Enceinte libérez-vous des idées reçues » en vente sur Amazon

Editions Quanto

Recevez chaque semaine votre suivi de grossesse personnalisé

Ma date d'accouchement prévue


Mon E-mail


Mon Prénom


J'ai plus de 18 ans et j'accepte la politique de confidentialité de Neuf Mois.*

OUI je veux recevoir les cadeaux, échantillons et offres de NEUF MOIS et ses partenaires (Envie de fraises, Vertbaudet) à qui j'accepte que mes coordonnées soient communiquées.


* (obligatoire)
Vie privée : Les données recueillies font l'objet d'un traitement informatique, pour la gestion de votre compte utilisateur. Le destinataire des données est le community manager. Vous disposez d'un droit d'accès, modification, rectification et suppression, en vous adressant à webmaster@edlcmail.com.
Consulter la politique de données de NEUF MOIS.
Consulter les politiques de confidentialité des partenaires.