Infertilité masculine : un révélateur d’autres pathologies ?

Une étude parue mi-décembre dans la revue scientifique Fertility ans Sterility relève un fait intéressant : les personnes suivies pour des problèmes de fertilité sont souvent atteintes d’autres pathologies sans lien apparent avec la stérilité. De là à penser qu’il y ait cause à effets…

 

Des chercheurs de l’Université de Stanford, aux Etats-Unis, ont analysé le dossier médical de 9 387 patients ayant consulté un médecin pour des troubles de la fertilité, entre 1994 et 2011. Près de la moitié (44%) présentaient au moins une autre pathologie, tout à fait différente des troubles pour lesquels ils étaient venus consulter. Toutes ces pathologies ne présentaient pas le même risque morbide pour la survie du patient. Les chercheurs ont donc eu l’idée de classer ces pathologies en fonction de leur possible dangerosité pour la survie des patients, comme cela se pratique déjà pour analyser le risque de mortalité chez des patients âgés.

Curieusement, il existe une corrélation entre un sperme faiblement chargé en spermatozoïdes ou présentant une mauvaise mobilité des gamètes, et les pathologies les plus lourdes. Les hommes qui présentaient des pathologies du système endocrinien, de l’hypertension, des pathologies cérébrovasculaires, des problèmes de peau ou des troubles génitaux-urinaires figuraient tous parmi les taux les plus élevés d’anomalies du sperme. Les plus touchés étaient les patients souffrants de maladies cardiaques et cérébrovasculaires.

Vers un lien de cause à effet ?

De ce constat ne sort pour l’instant aucune conclusion, tout simplement parce que le moyen de comparaison utilisé, tiré d’une méthode pour évaluer les risques de mortalité en gériatrie, n’est donc pas une référence pour les troubles de la fertilité, d’autant que le niveau de gravité de la pathologie (troubles légers, moyens, sévères…) n’est pas renseigné.


Néanmoins, s’il n’est pas judicieux de tirer des conclusions de liens de cause à effets à ce stade, deux questions restent posées : des soucis de santé peuvent-ils générer des problèmes de fertilité chez les hommes, ou, inversement, faut-il lancer un dépistage de pathologies encore non diagnostiquées en cas de soucis de fertilité ? Quelle qu’en soit la réponse, cette étude a mis le doigt sur une corrélation surprenante qui devrait faire avancer la recherche en matière d’infertilité masculine dans les années qui viennent.

 

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire