10 bonnes résolutions pour le premier trimestre de grossesse

resolutions-premier-trimestre-grossesse

L’heure est aux bonnes résolutions de début d’année. Si vous entamez votre premier trimestre de grossesse, voilà une raison de plus pour céder à la tradition et promettre, croix de bois, croix de fer, que vous ne dérogerez pas à ces dix promesses !

 

Je me nourris sainement sans trop de calories

Pendant la grossesse, les besoins énergétiques journaliers n’augmentent que de 150 calories soit un yaourt nature et une petite pomme durant le premier trimestre (et de 250 calories et de 300 calories les trimestres suivants). Pas de quoi justifier de faire bombance. En cas de fringale, on commence par boire un grand verre d’eau puis, si cela persiste, par mâcher un chewing-gum. En général, la fringale se fait vite la malle.

Je fais le plein de folates

Et pas seulement en petites gélules. On trouve la vitamine B9, autre nom de l’acide folique ou folates, dans les légumes verts à feuilles notamment. Le brocoli en est particulièrement riche. En soupe, en légume vapeur, c’est un aliment vedette du premier trimestre de grossesse. Pour info, une carence en folates peut être source de malformations chez le fœtus, notamment le spina bifida. Une supplémentation est préconisée car une femme sur deux est en carence et certaines ne métabolisent pas correctement l’acide folique au moment de la digestion. Un complément alimentaire enrichi en métafoline permet de pallier ce dysfonctionnement.

Je m’interdis l’automédication

Pendant le premier trimestre, les organes de bébé se forment et des interactions malheureuses peuvent être provoquées par des actifs médicamenteux. Pas d’automédication : on demande toujours conseil au pharmacien et on se limite à la prescription de la sage-femme ou du médecin. En cas de doute, on consulte le site du CRAT qui précise les risques tératogènes.

On consulte une sage-femme libérale

On l’oublie trop souvent mais les compétences des sages-femmes ne se limitent pas à la préparation à la naissance : elles sont aussi compétentes pour assurer le suivi des grossesses physiologiques, dépister les risques de pathologies et, pour celles qui ont passé un DU d’échographie, effectuer le suivi échographique. Dès le premier trimestre, on peut faire constater sa grossesse par une sage-femme et prendre date pour l’entretien prénatal, qui permet d’aborder toutes les questions en suspens et pas seulement celles d’ordre médical : anticipation du mode de garde de bébé, capacité à être mère, relation de couple, allocations, aides diverses, importance de la préparation à la naissance, choix d’une maternité, projet de naissance…

Je consulte une diététicienne en cas de surpoids

Le surpoids est une constante en hausse chez les femmes enceintes et dans la population générale. Or, un excès de poids peut favoriser l’hypertension artérielle et le diabète gestationnel. La priorité, c’est de diminuer les apports de sel pour éviter les œdèmes et l’hypertension artérielle. L’apport de glucides doit être aussi bien encadré, comme celui des lipides. En cas de surpoids, mieux vaut consulter une diététicienne pour établir un plan de route diététique et éviter une prise de poids trop importante dès les premières semaines. Pour info, un surpoids important est un facteur de risque de césarienne et de naissance prématurée.

Je mise sur l’iode

L’iode joue un rôle important dans le développement du cerveau du fœtus. Pour éviter la carence, il faut consommer des produits de la mer bien cuits, des œufs ainsi que du sel iodé sans oublier les laitages. Parfois, le professionnel de santé prescrit une supplémentation en iode, et cela d’autant plus si on habite dans une région éloignée de la mer.


Je cible les omega-3

Les lipides sont très importants pour la formation du système nerveux du fœtus et notamment les omega-3. On en trouve dans les poissons gras, comme le maquereau, la sardine, le saumon (à limiter pour cause de pollution par les métaux lourds). On peut en puiser également dans les huiles végétales (colza, olive, noix, lin…). Et dans les fruits oléagineux.

Je m’interdis l’alcool et le tabac

Même un petit verre peut faire des dégâts. Impossible de savoir à l’avance comment va réagir le métabolisme. Parfois un simple verre pendant la grossesse peut avoir des conséquences sur le futur bébé. Le principe de précaution prévaut : on s’abstient pour la santé du bébé et en plus cela permet de maintenir son poids dans les clous. Il existe des boissons pétillantes sans alcool qui peuvent donner l’illusion d’une boisson de fête à l’occasion d’un anniversaire par exemple… Quant au tabac, à chaque bouffée de fumée, bébé est « asphyxié ». En conséquence, même règle d’éviction totale pour le tabac et pour toutes les substances toxiques.

Je mets la pédale douce sur les excitants

Café, thé et coca peuvent augmenter le débit cardiaque du bébé et diminuer notre bonne absorption du fer. Attention aussi à l’excès de boissons sucrées, aux édulcorants et notamment la nouvelle boisson au cola aromatisée à la stévia, relativement calorique (environ 90kcal par canette) et pas si naturelle qu’elle pourrait le faire supposer. De l’eau, éventuellement aromatisée avec un filet de citron et une feuille de menthe, des tisanes chaudes ou glacées sont les boissons à privilégier au quotidien. Attention aussi aux fruits pressés, qui peuvent alourdir les apports caloriques de la journée et contribuer à une prise de poids excessive dès le premier trimestre.

Je tiens compte des risques parasitaires et bactériologiques

Listériose et toxoplasmose ne sont pas des risques mineurs même si le nombre de cas est quasiment anecdotique en France chaque année. Mais il suffit d’imaginer être un de ces rares cas, ça calme tout de suite quand on connaît les risques pour le bébé. Pour se protéger et protéger bébé, on cuit plus qu’à point viande et poisson, on évite les fromages au lait cru et les charcuteries, on lave soigneusement les fruits et les légumes, et, au restaurant ou chez des amis, on évite les crudités et les salades de fruits qui peuvent avoir été mal lavés, ainsi que la vinaigrette, la mayo et la mousse au chocolat qui peuvent contenir un œuf cru. Un peu contraignant mais neuf mois sont vite passés et avoir un bébé en bonne santé vaut bien quelques sacrifices, non ?

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire