Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Se faire vacciner par sa sage-femme : bientĂŽt possible ?

Se faire vacciner par sa sage-femme : bientÎt possible ?

Du nouveau en ce qui concerne les vaccins : la ministre de la SantĂ©, Marisol Touraine, propose d’autoriser les pharmaciens et les sages-femmes Ă  vacciner les patients. Cet acte ne serait donc plus uniquement rĂ©servĂ© aux mĂ©decins.

Cette annonce n’a pas fait l’unanimitĂ©, loin de lĂ . Les gĂ©nĂ©ralistes, notamment, ne souhaitent pas qu’on retire aux mĂ©decins l’exclusivitĂ© de la vaccination, et appellent Ă  faire grĂšve pendant la semaine de fĂȘtes. Les syndicats de mĂ©decins gĂ©nĂ©ralistes ont tĂ©moignĂ© leur colĂšre. L’Unof-CSMF, estime que « la globalitĂ© de la prise en charge par le mĂ©decin traitant est remise en question ; le pĂ©rimĂštre du mĂ©tier de mĂ©decin gĂ©nĂ©raliste est modifiĂ© ». Quant Ă  Claude Leicher, prĂ©sident du syndicat MGFrance, citĂ© par BFM TV, il pense que la mesure va « dĂ©sorganiser la vaccination », dĂ©plorant notamment le fait que les mĂ©decins n’auront pas le « retour » nĂ©cessaire et ne pourront plus « assurer la traçabilitĂ© » des patients.

Le gouvernement s’explique

Pourquoi le gouvernement a-t-il pensĂ© Ă  cette mesure ? Il espĂšre pouvoir Ă©largir les possibilitĂ©s de vaccination. Ainsi, si une sage-femme acquiert ce droit, elle pourra vacciner l’entourage des femmes enceintes et des nouveau-nĂ©s. Cette mĂ©thode est dĂ©jĂ  pratiquĂ©e chez certains de nos voisins comme le Portugal ou la Grande-Bretagne. De plus, de moins en moins de gens se font vacciner en France, ce qui inquiĂšte le ministĂšre qui souhaite les faire revenir vers cet acte de prĂ©vention essentiel.

BientĂŽt un nouveau statut d’infirmier ?

Autre proposition du ministĂšre de la SantĂ© : crĂ©er un nouveau statut, celui d’infirmier clinicien. Il sera possible de consulter ce professionnel de santĂ© en cas de problĂšme, qui sera apte Ă  prescrire certains mĂ©dicaments…. ce qui ajoute Ă  la fureur des mĂ©decins gĂ©nĂ©ralistes, qui estiment lĂ  aussi qu’on leur retire leur travail. Mais le ministĂšre explique cette proposition en rappelant que les mĂ©decins sont parfois dĂ©bordĂ©s et que les infirmiers cliniciens pourront suivre les maladies chroniques, telles que diabĂšte ou cancers de certains patients. Marisol Touraine a ajoutĂ© qu’il faudra tout de mĂȘme que cet infirmier fasse partie d’une Ă©quipe de soins et ne travaille pas en solitaire pour qu’il puisse faire des prescriptions.

Alors que la ministre de la SantĂ© explique que ces nouvelles mesures se feront en lien avec les mĂ©decins, ces derniers y voient surtout l’arrivĂ©e d’une nouvelle concurrence. Pourtant d’autres pays ont dĂ©jĂ  mis en place ce rĂŽle d’infirmier clinicien. Au Canada notamment, l’infirmier clinicien effectue deux annĂ©es d’études complĂ©mentaires et se voit ensuite affecter Ă  des tĂąches de diagnostic, de prescription et de vaccination, essentiellement pour l’instant en en cardiologie, en nĂ©phrologie et en nĂ©onatologie. L’infirmier peut mĂȘme passer un doctorat en sciences infirmiĂšres (ndlr, en Belgique et en Suisse aussi !) et enseigner Ă  l’universitĂ©. En France, le doctorat en sciences infirmiĂšres serait en cours d’installation.

À lire absolument