Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Actus fertilitĂ© » Comment ces scientifiques chinois ont-ils rĂ©ussi Ă  modifier l’ADN d’un embryon ?

Comment ces scientifiques chinois ont-ils rĂ©ussi Ă  modifier l’ADN d’un embryon ?

PubliĂ©e dans la revue scientifique Molecular Genetics and Genomics, une nouvelle Ă©tude montre que le gĂ©nome d’une cellule d’embryon humain a pu ĂȘtre modifiĂ© grĂące Ă  la technique de chirurgie du gĂ©nome CRISPR-Cas9. Le gĂ©nome dĂ©signe ici l’ADN, ou l’ensemble du matĂ©riel gĂ©nĂ©tique d’un embryon. Les chercheurs de l’universitĂ© de mĂ©decine de Canton, en Chine, ont ainsi pu corriger des cellules porteuses d’une mutation gĂ©nĂ©tique Ă  l’origine de deux types d’anĂ©mie : la thalassĂ©mie bĂȘta et le favisme. Ces maladies gĂ©nĂ©tiques hĂ©rĂ©ditaires affectent les Ă©lĂ©ments qui composent le sang (source : Vulgaris Medical).

La chirurgie du gĂ©nome CRISPR-Cas9, qu’est-ce que c’est ?

La chirurgie de gĂ©nome CRISPR-Cas9 permet de supprimer, de modifier ou d’ajouter des gĂšnes chez quasiment n’importe quel organisme vivant. Pour cette Ă©tude rĂ©alisĂ©e par les chercheurs chinois, c’est sur l’Ɠuf humain composĂ© d’une seule cellule (qui s’est formĂ©e aprĂšs que l’ovule ait Ă©tĂ© fĂ©condĂ© par un spermatozoĂŻde) que la modification a Ă©tĂ© apportĂ©e. La technique, ultra prĂ©cise, consiste à modifier une infime sĂ©quence de l’ADN pour enrayer la maladie gĂ©nĂ©tique. PrĂ©cisions que les embryons qui ont servi Ă  l’expĂ©rience provenaient de donneurs consentants, candidats Ă  la FIV. Ils ont Ă©tĂ© dĂ©truits deux jours aprĂšs la modification.

Une nouvelle étape franchie dans la modification du génome

C’est la premiĂšre fois qu’une telle expĂ©rience pour corriger des cellules porteuses de mutations gĂ©nĂ©tiques a Ă©tĂ© menĂ©e Ă  bien. Auparavant, deux essais de modification de l’ADN avaient dĂ©jĂ  Ă©tĂ© tentĂ©s, en 2015 et 2016 par deux autres Ă©quipes de scientifiques chinois. Ces expĂ©riences n’avaient pas Ă©tĂ© concluantes et la correction de la mutation gĂ©nĂ©tique, lorsqu’elle Ă©tait rĂ©ussie, avait entraĂźnĂ© d’autres modifications de l’ADN et la totalitĂ© des cellules n’étaient pas corrigĂ©es. Cette fois-ci la rĂ©Ă©criture de l’ADN a Ă©té plus efficace et surtout plus prĂ©cise.

Une modification possible en France ?

En France une expĂ©rience comme celle-ci n’est pas possible. En effet, en 1997, le pays a signĂ© la Convention d’Oviedo. Cette derniĂšre a pour but d’interdire toute correction du gĂ©nome humain. NĂ©anmoins, pour Ă©viter certaines maladies gĂ©nĂ©tiques hĂ©rĂ©ditaires, un diagnostic prĂ©implantatoire est possible. Il consiste Ă  analyser et Ă  Ă©carter les embryons porteurs de maladie gĂ©nĂ©tique. Les embryons sains sont quant Ă  eux gardĂ©s pour ensuite ĂȘtre utilisĂ©s pour la FIV.



À lire absolument