Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Actus bĂ©bĂ© » Qu’est-ce que le gastroschisis, l’anomalie dont est atteint ce petit bout ?

Qu’est-ce que le gastroschisis, l’anomalie dont est atteint ce petit bout ?

©Mercury Press/Daily Mail

Alors qu’elle en Ă©tait Ă  sa 12Ăšme semaine de grossesse, Suzanne Burt, une femme de 37 ans, originaire d’Édimbourg (Royaume-Uni), a eu la surprise d’apprendre que son foetus souffrait d’un gastroschisis. Il s’agit d’une anomalie congĂ©nitale qui affecte le dĂ©veloppement de la paroi abdominale du bĂ©bĂ©. Selon elle, la raison de cette malformation proviendrait des ananas dont elle raffolait Ă©tant enceinte, et plus particuliĂšrement des pesticides.

Une envie d’ananas durant sa grossesse

Certaines ont des envies de fraises, d’autres de chocolats, mais pour Suzanne Burt, ce dont elle avait le plus envie durant sa grossesse, c’Ă©tait d’ananas ! Mais selon elle, ce serait aussi ce fruit qui serait la cause de la malformation qui a touchĂ© son bĂ©bĂ©. Lorsqu’elle a appris que son bĂ©bĂ© souffrait d’un gastroschisis, les mĂ©decins lui ont expliquĂ© que cette anomalie est de plus en plus frĂ©quente chez les futures mamans qui fument, consomment de l’alcool, ou prennent des mĂ©dicaments durant leur grossesse, a-t-elle expliquĂ© au site britannique Daily Mail. Mais elle a rĂ©torquĂ© : « Mais mes habitudes ne rentrent dans aucun de ces critĂšres ». Se considĂ©rant comme Ă©tant « saine », elle a alors expliquĂ© ne pas comprendre d’oĂč cela pouvait provenir. Alors, afin d’Ă©viter de continuer Ă  paniquer, elle a fait des recherches. Elle a alors dĂ©couvert qu’auparavant, le foetus d’une autre femme prĂ©sentait un gastroschisis.

Les experts ne savaient pas exactement pourquoi cette pathologie se dĂ©clare chez elle, mais ils ont dĂ©couvert que les pesticides pouvaient augmenter le risque de dĂ©velopper cette malformation. Or, en raison de son travail, Suzanne Burt passe beaucoup de temps dans les champs et les terres agricoles oĂč les pesticides sont prĂ©sents. Or les ananas ont besoin d’une grande quantitĂ© de pesticides. Pour la maman, ces polluants sont la cause de l’anomalie. Toutefois, les mĂ©decins n’ont trouvĂ© aucune preuve…

bebe-ne-gastroschisis-intestins-en-dehors-du-corps-future-maman

La naissance de sa fille

La petite est alors nĂ©e prĂ©maturĂ©ment, en octobre dernier. DĂšs la venue au monde du bĂ©bĂ©, les mĂ©decins ont directement enveloppĂ© ses organes se trouvant en dehors de son ventre afin de les garder au chaud. Malheureusement, tous ses organes n’ont pas pu ĂȘtre entiĂšrement mis Ă  l’intĂ©rieur de son petit corps tout de suite. Ils ont alors Ă©tĂ© placĂ©s durant deux jours dans un sac stĂ©rile avant qu’ils ne se replacent spontanĂ©ment Ă  l’intĂ©rieur du corps de bĂ©bĂ©. Durant cinq semaines, la petite Sofia est donc restĂ©e Ă  l’hĂŽpital pour que les mĂ©decins gardent un Ɠil sur sa santĂ©. Et la petite faisait de trĂšs bons progrĂšs… du moins, jusqu’au mois dernier oĂč le nouveau-nĂ© a dĂ©veloppĂ© un septis, une infection grave de l’organisme. 

Mais Sofia est une vraie battante ! Elle a rĂ©ussi à lutter Ă©galement contre cette maladie, pour enfin rentrer dans son vĂ©ritable foyer. Bien qu’il y ait encore du chemin Ă  faire, la famille de la petite choupette est confiante et fiĂšre des progrĂšs qu’elle a accomplis en si peu de temps. Au Daily Mail, la maman a confiĂ© : « C’est ma petite princesse guerriĂšre ! » On leur souhaite d’ĂȘtre heureux…

bebe-ne-gastroschisis-intestins-en-dehors-du-corps-bebe

Qu’est-ce-que le gastroschisis ?

Le gastroschisis, plus communĂ©ment appelĂ© « laparoschisis », est une malformation congĂ©nitale rare. Selon le site Allodocteurs, cette anomalie congĂ©nitale touche un nourrisson sur 3 300 et survient lors de sa croissance embryonnaire et touche la paroi abdominale. Le bĂ©bĂ© peut ĂȘtre touchĂ© par cette malformation si la future maman consomme de l’alcool ou fume des cigarettes durant sa grossesse. Le bĂ©bĂ© viendra alors au monde avec une partie de ses intestins Ă  l’extĂ©rieur du ventre. Heureusement, cette anomalie est assez vite dĂ©tectĂ©e, en moyenne entre la 10Ăšme et 12Ăšme semaine de grossesse. Mais bien que cette anomalie soit rare, elle est toutefois trĂšs bien soignĂ©e, avec un taux de survie du bĂ©bĂ© de 80 Ă  90%.

À lire absolument