Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Actus bĂ©bĂ© » Une protĂ©ine du lait maternel permettrait de rĂ©duire les staphylocoques chez les bĂ©bĂ©s nĂ©s prĂ©maturĂ©s

Une protéine du lait maternel permettrait de réduire les staphylocoques chez les bébés nés prématurés

La lactoferrine est une protĂ©ine prĂ©sente dans le lait maternel. GrĂące Ă  cette protĂ©ine, les bĂ©bĂ©s nĂ©s prĂ©maturĂ©s ou par cĂ©sarienne auraient moins de risques d’infections Ă  staphylocoques, selon une Ă©tude rĂ©alisĂ©e par le professeur Michael Sherman et son Ă©quipe de scientifiques en mĂ©decine nĂ©onatale de l’UniversitĂ© du Missouri, aux États-Unis, et publiĂ©e dans la revue mĂ©dicale Journal of Pediatrics.

Par d’autres Ă©tudes, des chercheurs ont montrĂ© que le lait maternel possĂ©dait des bienfaits pour les bĂ©bĂ©s prĂ©maturĂ©s. Pour cette Ă©tude, les experts ont donnĂ© de la lactoferrine deux fois par jour Ă  60 bĂ©bĂ©s nĂ©s prĂ©maturĂ©s et dont le poids Ă  la naissance ne dĂ©passait pas 1,5 kilo. Par la suite, ils ont comparĂ© la composition bactĂ©rienne de leur matiĂšre fĂ©cale Ă  celle de 60 autres bĂ©bĂ©s qui ont reçu un placebo qui n’avait pas cette protĂ©ine. RĂ©sultat ? Les bĂ©bĂ©s nĂ©s prĂ©maturĂ©s ayant reçu cette protĂ©ine avait des bactĂ©ries intestinales bien plus variĂ©es. Et ce n’est pas tout, ils ont Ă©galement moins dĂ©veloppĂ© d’infections nosocomiales (infection contractĂ©e au cours d’une hospitalisation). En effet, ces bactĂ©ries qui favorisent les risques d’infections Ă  staphylocoques Ă©taient quasiment tous Ă©vincĂ©s. Toutefois, le professeur Michael Sherman, principal auteur de l’Ă©tude a tenu à dĂ©clarer que « si c’est l’Ă©limination ou l’enrichissement du microbiote intestinal qui rĂ©duit le nombre d’infections nosocomiales et qui favorise une flore saine dans les intestins des prĂ©maturĂ©s nĂ©s avec un trĂšs petit poids de naissance », d’autres recherches seront effectuĂ©es.

Les bĂ©bĂ©s nĂ©s prĂ©maturĂ©s ne peuvent pas tous ĂȘtre allaitĂ©s

La santĂ© de certains bĂ©bĂ©s nĂ©s prĂ©maturĂ©s fait qu’ils ne peuvent pas ĂȘtre allaitĂ©s par leur mĂšre. Ainsi, suite aux rĂ©sultats de cette Ă©tude, les scientifiques souhaitent que cette protĂ©ine leur soit administrĂ©e par voie orale. Le professeur a insistĂ©, en s’exprimant sur le site EurelAlert : « Ces bĂ©bĂ©s vulnĂ©rables ont besoin de toute l’aide possible pour combattre ces infections« . Et au vu des rĂ©sultats, le professeur Sherman demande qu’un essai soit rĂ©alisĂ© Ă  grande Ă©chelle sur « la lactoferrine et sur son Ă©quivalent dĂ©rivĂ© du lait de vache, la lactoferrine bovine« . Affaire Ă  suivre donc…

À lire absolument

Laisser un commentaire