Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Actus bĂ©bĂ© » Prise Ă  partie par une inconnue concernant l’allaitement, elle prend la parole sur Facebook

Prise Ă  partie par une inconnue concernant l’allaitement, elle prend la parole sur Facebook

©Annie Ferguson Moscato/Facebook

Alors qu’Annie Ferguson Moscato, jeune maman originaire de Floride, aux États-Unis, Ă©tait en train d’acheter du lait infantile au supermarchĂ©, la voix d’une femme s’est Ă©levĂ©e derriĂšre elle. Cette derniĂšre lui a dit : « L’allaitement, c’est mieux ». PeinĂ©e par cette rĂ©flexion de la part d’une inconnue, elle n’a pas su quoi rĂ©pondre sur le moment, mais de retour Ă  la maison, elle a pris la parole sur Facebook.

Quelle maman n’a jamais Ă©tĂ© jugĂ©e de ne pas allaiter son bĂ©bĂ© par choix ou par obligation. AprĂšs cette remarque de la part d’une parfaite inconnue, l’AmĂ©ricaine, qui a de rĂ©els problĂšmes pour allaiter son bĂ©bĂ©, a Ă©crit une lettre qu’elle a publiĂ©e sur son compte Facebook. PubliĂ©e le 16 avril 2016, la lettre commence par « ChĂšre ÉtrangĂšre du supermarchĂ© ». Elle a alors Ă©crit qu’elle n’avait pas besoin de lui dire que « l’allaitement, c’est mieux », puisqu’elle le sait dĂ©jĂ . Tout comme elle sait qu’elle a pris des cours d’allaitement avec son mari juste avant l’accouchement. Elle poursuit en expliquant que dĂšs la naissance de son petit bout, elle a directement fait du peau Ă  peau, et lui a donnĂ© le sein.

Mais de retour Ă  la maison, tout ne s’est pas passĂ© comme prĂ©vu

Elle poursuit : « Je sais que certaines nuits on a pleurĂ© ensemble ». Et mĂȘme si ses amies l’ont beaucoup soutenue dans cette terrible Ă©preuve, elle a dĂ» admettre que ça n’allait pas, que son bĂ©bĂ© pleurait juste aprĂšs avoir mangĂ© tant il avait mal. Alors elle a commencĂ© Ă  pomper son lait… en vain. Et pourtant, la maman mangeait tout ce qu’il fallait pour faire du bon lait, comme du soja, des produits laitiers… Le couple demandait Ă©galement conseil au pĂ©diatre. Mais l’allaitement est restĂ© sans succĂšs. Alors Annie Ferguson Moscato a craquĂ© et a commencĂ© Ă  acheter du lait infantile hypoallergĂ©nique sans protĂ©ines. Depuis ce moment, tout va mieux : « Mon bĂ©bĂ© a commencĂ© Ă  sourire Ă  nouveau. Et elle a commencĂ© Ă  interagir. Et elle a commencĂ© Ă  dormir. Et j’ai pleurĂ©. »

Pour elle, son corps n’a pas rempli son devoir et la culpabilitĂ© la ronge. S’adressant toujours Ă  l’inconnue du supermarchĂ©, elle continue : « Je sais que tu penses que je ne me soucie pas de ma fille ou que je suis nĂ©gligente, ou peut-ĂȘtre pensais-tu sincĂšrement m’aider et que personne ne m’avait jamais dit tous les avantages qu’apporte le lait maternel. Mais tu as tort. » Elle finit par la pointer du doigt, lui disant qu’Ă  prĂ©sent pour elle ce n’est pas allaiter le principal et ce n’est pas le mieux comme le dĂ©crĂšte l’Ă©trangĂšre, car pour cette jeune maman, le principal c’est que sa fille soit nourrie, heureuse et en bonne santĂ©, c’est ça le mieux Ă  ses yeux.

Une diatribe contre les mĂšres qui jugent

Bien qu’adressĂ©e Ă  l’inconnue du supermarchĂ©, cette lettre est en rĂ©alitĂ© destinĂ©e Ă  toutes les femmes qui jugent les mamans qui n’allaitent pas. Et, Ă  travers les derniers mots de cette lettre, on voit bien qu’Annie Ferguson Moscato regrette de ne pas pouvoir nourrir au sein sa petite-fille. Elle termine ainsi : « Alors, chĂšre Ă©trangĂšre, la prochaine fois que tu vois quelqu’un acheter du lait infantile, tĂąche de te souvenir que les mamans doivent se soutenir ». Mais elle ajoute aussi cela : « Pense Ă  tout ce que tu pourrais ne pas savoir. Rappelles-toi que ‘nourrir, c’est mieux' ». 

Une lettre remplie d’Ă©motion et qui nous rappelle qu’une fois de plus ce n’est pas toujours facile d’ĂȘtre une maman.

©Annie Ferguson Moscato/Facebook

©Annie Ferguson Moscato/Facebook

À lire absolument

Laisser un commentaire