Faut-il changer de lait infantile quand bébé régurgite trop ?

bébé-régurgite-neuf-mois-lait

C’est la question que se posent toutes les mamans quand leur tout-petit régurgite systématiquement sur le bavoir une bonne partie de ses repas ! Le Dr Franck Dugravier, pédiatre à Pessac, nous explique comment gérer ces moments un peu compliqués.

Faut-il s’inquiéter devant des renvois de lait fréquents et importants chez un bébé ?

La régurgitation, ou les plaintes pour troubles digestifs, c’est 40% des motifs de consultation en pédiatrie. Or les pédiatres reçoivent plus de bébés qui vont bien que de bébés qui vont mal. Aujourd’hui, les parents abordent des situations de bonne santé de l’enfant avec des peurs accrues, liées à l’évolution des techniques de dépistage et de prévention. Un enfant qui régurgite, dans la plupart des cas, n’est pas malade. Les régurgitations sont, le plus souvent, une conséquence de la quantité ingérée par rapport au volume plus réduit du réservoir et de la position allongée. Tant que le bébé a une bonne courbe de croissance, il n’y a pas lieu de s’inquiéter.

Faut-il passer à une autre formule de lait infantile de la même marque ou changer de marque ?

Lait épaissi de type confort, ou selon l’importance des manifestations, lait « antireflux », pourquoi pas. Mais je ne change pas, sauf raison particulière, de marque de lait. Il m’arrive aussi de garder le même lait et d’y ajouter un épaississant. Selon les cas, cela permet une meilleure souplesse, puisqu’on peut alors, selon le besoin, ajouter ou non de l’épaississant. Éviter la « valse » des laits permet aussi aux familles de limiter des dépenses. En effet, ces dernières peuvent devenir importantes quand on doit changer de formule alors que la première boîte est à peine entamée. Et si le suivant ne convient toujours pas, il faudrait donc changer encore après quelques biberons. Cette valse des laits est trop coûteuse pour les familles.

Hormis le « lestage » du lait par un épaississant, existe-t-il d’autres solutions pour limiter les reflux ?

D’autres recommandations ne sont pas inutiles, comme la posture après le repas : pour éviter qu’il ne régurgite, tenir bébé droit le temps qu’il fasse son rot, faire des pauses pendant le repas avec des petits rots intermédiaires pour éviter qu’il n’avale trop d’air, le coucher sur le dos mais la tête légèrement relevée, via des plots sous les pieds du lit par exemple ou un plan incliné pour limiter mécaniquement la remontée de liquide.


Quand faut-il consulter ?

Si, malgré les mesures classiques de prévention évoquées plus haut, bébé régurgite toujours autant et présente d’autres symptomes, comme une courbe de croissance insuffisante, des douleurs exprimées par des pleurs, une difficulté à se nourrir, de petits vomissements teintés de sang, voire des malaises, il faut consulter. Et même si la courbe de croissance est satisfaisante, il vaut toujours mieux consulter. Surtout si le bébé pleure beaucoup et/ou si les manifestations vous alertent. En effet, de parents à bébé, de bébé à parents, l’inquiétude est contagieuse! Et parler du ventre, c’est parler du bébé, car le ventre, c’est bien connu, est le siège des émotions !

Si la mère me dit que son enfant a mal, j’ai pour principe de lui accorder foi. J’examine, je touche le bébé des yeux et des mains largement ouvertes, je fléchis doucement ses jambes sur son ventre, je le « rassemble ». Puis j’encourage les parents à m’imiter, tout en gardant le lien du regard avec le bébé. Idéal pour apaiser tout le monde ! Mais ce n’est pas forcément la solution magique sur l’instant non plus, même en cas de renvois simples. Ceci étant, ces renvois de lait simples finissent en général par se régler au moment du passage à l’alimentation solide ou lors de l’acquisition de la station debout et de la marche.

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire