En train de lire
Pénurie de dons d’ovocytes et de spermatozoïdes : l’Agence de biomédecine lance une nouvelle campagne de sensibilisation

Pénurie de dons d’ovocytes et de spermatozoïdes : l’Agence de biomédecine lance une nouvelle campagne de sensibilisation

Cette semaine, l’agence de biomédecine a lancé une nouvelle campagne de sensibilisation au don de gamètes car les dons actuels sont insuffisants pour répondre aux demandes des couples infertiles. Depuis le 2 novembre, et ce jusqu’au 26 novembre, une grande campagne de sensibilisation et d’information a donc été mise en place par l’Agence de biomédecine, une campagne par ailleurs soutenue par des professionnels de santé et des associations pour faire changer les choses en France.

Le don d’ovocytes et de spermatozoïdes en France, quelle est la situation ?

En France, le don de gamètes, que ce soit le don de spermatozoïdes ou que ce soit le don d’ovocytes, est anonyme et gratuit. Ainsi, contrairement à certains pays qui pratiquent la rémunération pour ces dons, la France a choisi de garder le principe de gratuité. Les dons en France sont très réglementés, il faut demander le consentement du conjoint et être dans un créneau d’âge compatible, ce qui du coup diminue en effet le nombre de donneurs possibles. De plus, il faut savoir que le don d’ovocyte nécessite des stimulations ovariennes et un prélèvement qui peut décourager certaines donneuses potentielles. Enfin, avec l’ouverture des techniques de PMA aux femmes seules ou homosexuelles, il est à noter que la demande en dons va augmenter. Alors pour pallier une possible pénurie, l’agence de biomédecine a décidé de prendre les devants.

Pourquoi a-t-on besoin de dons d’ovules et de spermatozoïdes ?

Certains couples éprouvent de grandes difficultés à concevoir. Dans certains cas, une stérilité peut toucher un des membres du couple : la seule façon de mener à bien une grossesse est alors d’avoir recours à un donneur de spermatozoïdes ou d’ovules. En cas de stérilité masculine, on peut avoir recours à une insémination artificielle avec sperme d’un donneur ou une fécondation in vitro. En cas de stérilité féminine, on peut avoir recours à un don d’ovocyte suivi d’une fécondation in vitro.

Comment se passe un don de gamètes ?

Pour un don de spermatozoïdes, le donneur doit être majeur, avoir moins de 45 ans. Il doit d’abord signer un consentement écrit. Ce consentement doit également être signé par le conjoint si le donneur vit en couple. Des examens médicaux sont réalisés pour vérifier l’état de santé du donneur puis pour étudier la qualité des spermatozoïdes. Enfin, si le don est possible, les spermatozoïdes du donneur sont congelés afin d’être utilisés ultérieurement. En 2013, 268 dons ont permis de pouvoir concevoir plus de 1000 enfants. Ensuite, pour un don d’ovocyte il faut être majeure, avoir moins de 37 ans et le consentement écrit, signé par le conjoint, est aussi obligatoire. Un bilan de santé est effectué ainsi qu’un entretien avec un psychiatre ou un psychologue. Ensuite il faut stimuler les ovaires pour optimiser le prélèvement et surveiller attentivement si cette stimulation a été efficace. Ce dernier s’effectue par voie vaginale sous contrôle échographique. En 2014, un peu plus de 500 femmes ont fait un don d’ovocytes et 239 enfants sont nés.


Voir Aussi

La nouvelle campagne de sensibilisation au don de gamètes de l’Agence de biomédecine, on en parle ?

La campagne, nommée « les plus beaux cadeaux ne sont pas les plus gros » est une campagne de sensibilisation, qui permet de mieux expliquer les étapes du don de gamètes et récapitule à quoi sert ce don. Pour en savoir plus, l’Agence de biomédecine met d’ailleurs à disposition deux pages spécialement dédiées :


Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire