Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Actus grossesse » Les omĂ©ga-3 pendant la grossesse : de bons alliĂ©s contre le risque d’asthme chez l’enfant

Les omĂ©ga-3 pendant la grossesse : de bons alliĂ©s contre le risque d’asthme chez l’enfant

Selon une toute nouvelle Ă©tude publiĂ©e le 29 dĂ©cembre dans le New England Journal of Medicine, se supplĂ©menter en acides gras omĂ©ga-3 (ou n-3) pendant le troisiĂšme trimestre de grossesse diminuerait le risque de respiration sifflante et d’asthme pendant les 5 premiĂšres annĂ©es de l’enfant.

« La supplĂ©mentation en n-3 au troisiĂšme trimestre de la grossesse a rĂ©duit d’environ 30 % le risque absolu de respiration sifflante ou d’asthme et d’infections des voies respiratoires chez les enfants  « , Ă©crit Hans Bisgaard mĂ©decin, spĂ©cialiste de l’asthme chez l’enfant au Copenhague Prospective Studies on Asthma in Childhood (COPSAC2010) et Ă  l’hĂŽpital universitaire de Copenhague.

Une réduction significative

Le Dr Bisgaard et ses collĂšgues ont menĂ© un essai sur 736 futures mamans Ă  24 semaines de grossesse. Pendant que certaines d’entre elles recevaient une dose quotidienne de n-3, d’autres consommaient un placebo. Les femmes ont continuĂ© Ă  prendre les supplĂ©ments jusqu’Ă  une semaine aprĂšs l’accouchement. AprĂšs leur naissance, les enfants ont Ă©tĂ© suivis pendant les 5 premiĂšres annĂ©es de leur vie. Les recherches principales portaient sur la respiration sifflante ou l’asthme. Les rĂ©sultats secondaires portaient sur les infections des voies respiratoires infĂ©rieures, sur les exacerbations de l’asthme (quand une crise dure plusieurs heures voire plusieurs jours, malgrĂ© la prise rĂ©pĂ©tĂ©e d’un traitement bronchodilatateur), sur l’eczĂ©ma et sur la sensibilisation allergique.

Les chercheurs ont dĂ©couvert que la supplĂ©mentation de n-3 pendant le troisiĂšme trimestre de la grossesse rĂ©duisait Ă  hauteur de 30 % le risque de sifflements et d’asthme au cours des 5 premiĂšres annĂ©es de vie. Cela rĂ©duisait aussi le taux d’infections respiratoires chez les enfants. Cependant, il n’y avait pas d’incidence significative sur les risques d’exacerbation de l’asthme, de l’eczĂ©ma ou de la sensibilisation allergique.

Vers une personnalisation des traitements préventifs

Dans un Ă©ditorial accompagnant l’Ă©tude, le Dr Christopher E. Ramsden, chercheur Ă  l’Institut national sur le vieillissement de Baltimore, et l’Institut national sur l’abus d’alcool et l’alcoolisme de Bethesda, dans le Maryland aux Etats-Unis, souligne l’avancĂ©e de l’Ă©tude. Effectivement, il s’avĂšre que selon certains Ă©lĂ©ments prĂ©sents dans le sang de la future maman, les effets prĂ©ventifs des omĂ©ga-3 n’Ă©taient pas les mĂȘmes. Par exemple, ils Ă©taient plus importants chez les enfants de mĂšres ayant une variante du gĂšne associĂ© Ă  une faible capacitĂ© Ă  produire de l’acide eicosapentaĂ©noĂŻque et de l’acide docosahexaĂ©noĂŻque (omega-3).

« Ces observations tendent vers une approche de la mĂ©decine de prĂ©cision dans laquelle des facteurs tels que les niveaux sanguins d’acides gras, le gĂ©notype et les cas d’asthme dans la famille pourraient potentiellement ĂȘtre utilisĂ©s pour adapter les complĂ©ments aux enfants qui sont les plus susceptibles d’en bĂ©nĂ©ficier »,  souligne le Dr Christopher E. Ramsden. Des recherches futures seront nĂ©cessaires pour dĂ©terminer si des doses plus faibles en n-3 pendant la grossesse sont tout aussi efficaces. La mĂ©decine prĂ©ventive n’a pas fini de faire ses preuves…

À lire absolument