Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Trop d’antibiotiques, pas bon pour bĂ©bé ?

Trop d’antibiotiques, pas bon pour bĂ©bé ?

Une Ă©tude amĂ©ricaine de l’UniversitĂ© de Pennsylvanie, publiĂ©e dans la revue JAMA Pediatrics s’est intĂ©ressĂ©e aux liens entre prise d’antibiotiques chez le nourrisson et obĂ©sitĂ© de l’enfant. Apparemment, le risque d’obĂ©sitĂ© infantile augmente Ă  partir de 4 prescriptions d’antibiotiques chez le bĂ©bĂ© (avant l’Ăąge de 2 ans).

 

Pour le bien de cette Ă©tude, les chercheurs ont suivi 64 580 enfants entre 2001 et 2013 de leur naissance Ă  leurs 5 ans. Ils se sont intĂ©ressĂ©s Ă  leurs prescriptions d’antibiotiques lors des premiers mois (jusqu’Ă  23 mois) puis Ă  l’obĂ©sitĂ© des enfants de 2 Ă  5 ans. Ils ont analysĂ© les prescriptions, mais aussi les mensurations des enfants ainsi que leur IMC.

Il a Ă©tĂ© dĂ©couvert que 69% des enfants avaient pris des antibiotiques avant 2 ans et en moyenne 2,3 fois. L’Ă©tude rappelle que les prises d’antibiotiques supĂ©rieures ou Ă©gales Ă  4 dans cette tranche d’Ăąge augmentent de 11% le risque d’obĂ©sitĂ©, d’autant plus pour les antibiotiques « Ă  large spectre » (ceux qui agissent sur un plus grand nombre de bactĂ©ries) oĂč le risque augmente de 16%, et plus le bĂ©bĂ© est jeune. Les auteurs de l’Ă©tude invitent Ă  rĂ©flĂ©chir Ă  de nouvelles directives pour limiter la prise d’antibiotiques et Ă  ne pas les prendre de maniĂšre systĂ©matique, ce qui est dĂ©jĂ  le cas en France depuis plus de dix ans, suite Ă  la campagne « Les antibiotiques, ce n’est pas automatique ! », lancĂ©e par la CNAM. Il est Ă©galement conseillĂ© de privilĂ©gier, dans la mesure du possible, les antibiotiques Ă  spectre Ă©troit.

Mais ne cĂ©dons pas Ă  la panique : les mĂ©decins savent ce qu’ils font et savent quand il est nĂ©cessaire ou non de prescrire un antibiotique aux bouts de chou (ou mĂȘme aux adultes). De plus, les auteurs rappellent que la prise d’antibiotiques trĂšs jeune ne serait qu’un facteur parmi d’autres dans les risques d’obĂ©sitĂ©. Il y a aussi le cadre de vie, l’alimentation, l’activitĂ© sportive, l’asthme, la prise de stĂ©roĂŻdes… Bref, des tas de circonstances menaçant la bonne hygiĂšne de vie (et donc parfois facteurs d’obĂ©sitĂ©) qui peuvent ĂȘtre aussi Ă  l’origine du dĂ©veloppement de pathologies nĂ©cessitant la prise d’antibiotiques. Autrement dit, qui de l’Ɠuf ou de la poule Ă©tait lĂ  le premier ?

À lire absolument