En train de lire
Née il y a 3 ans, cette petite fille est l’une des plus grandes prématurées au monde : elle nous donne de bonne nouvelles !

Née il y a 3 ans, cette petite fille est l’une des plus grandes prématurées au monde : elle nous donne de bonne nouvelles !

Lorsque l’on est enceinte il y a toujours la possibilité que le travail commence plus tôt que prévu. La nature agissant à son propre rythme. Ainsi certains enfants naissent plus tôt que d’autres, et certains viennent au monde beaucoup trop tôt d’ailleurs. Dans ces cas-là s’engage alors souvent une bataille pour la survie de l’enfant. C’est le cas pour ce bébé qui est l’un des plus grands prématurés au monde.

Qu’est-ce que la prématurité ?

Si une grossesse classique dure normalement 41 semaines d’aménorrhée, soit un peu plus de neuf mois, un bébé est considéré comme prématuré quand il naît avant la 37ème semaine d’aménorrhée. Selon l’Institut national de la santé et de la recherche médicale il existe trois niveaux de prématurité :

  • La prématurité moyenne, qui intervient entre 36 et 32 semaines d’aménorrhée
  • La grande prématurité qui intervient entre 32 et 28 semaines d’aménorrhée
  • La très grande prématurité qui intervient en deçà de 28 semaines d’aménorrhée

La survie du nouveau-né n’est théoriquement pas possible en dessous de 23 semaines. La prématurité peut alors entraîner des problèmes de santé à plus ou moins long terme : difficultés respiratoires,  problèmes cardiaques, problèmes de développement cognitif. En France et dans d’autres pays développés comme les États-Unis, on a vu le taux de naissance de bébés prématurés grimper ces dernières années. Il est passée de 5,9% en 1995 à 7,4% en 2010. Ainsi environ 5500 prématurés voient le jour chaque année. Parmi eux, seuls 5%s sont des très grands prématurés.  L’explication ? L’augmentation des grossesses gémellaires qui est conjointe à l’augmentation des FIV. Les grossesses multiples arrivent rarement à terme. Les grossesses tardives peuvent aussi favoriser la prématurité ainsi que certains modes de vie (consommation de tabac, la fatigue….). En France, la prise en charge de la prématurité se fait dans les maternités de niveau 2 pour les bébés nés après 33 semaines, et en maternité de niveau 3 pour la prise en charge de la grande prématurité.

400g, c’est le poids que pesait ce bébé né sous le seuil de viabilité à sa venue au monde

Pour Courtney Stensrud les choses sont encore différentes, en effet cette jeune Texane originaire de San Antonio, aux États-Unis a dû mettre sa fille au monde plus tôt puisqu’elle souffrait d’une rupture prématurée de la membrane et d’une infection placentaire et intra amniotique. Son bébé est donc né à 21 semaines et 4 jours en pesant un peu moins de 400 g. Aux États-Unis comme en France rien n’est tenté sur les enfants nés sous le seuil des 23 semaines. Si des mesures de réanimation sont prises, c’est qu’elles sont liées à la volonté du corps médical et des parents. C’est ce qui s’est passée pour la fille de Courtney qui a été prise en charge par le docteur  Kaashif Ahmad, un médecin affilié au Pediatrix Médical groupe de San Antonio. Après plus de 4 moins en soins néonataux, la minuscule petite crevette a pu rentrer chez elle et est aujourd’hui une enfant âgée de 3 ans, épanouie et heureuse. Ces cas de bébés grands prématurés survivants sous le seuil des 23 semaines restent exceptionnels. Cependant, grâce aux avancées scientifiques le taux de survie des prématurés au-delà de 28 semaines tend à s’améliorer.


Voir Aussi

 

 


Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire