Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Actus bĂ©bĂ© » NĂ©e il y a 3 ans, cette petite fille est l’une des plus grandes prĂ©maturĂ©es au monde : elle nous donne de bonne nouvelles !

NĂ©e il y a 3 ans, cette petite fille est l’une des plus grandes prĂ©maturĂ©es au monde : elle nous donne de bonne nouvelles !

Lorsque l’on est enceinte il y a toujours la possibilitĂ© que le travail commence plus tĂŽt que prĂ©vu. La nature agissant Ă  son propre rythme. Ainsi certains enfants naissent plus tĂŽt que d’autres, et certains viennent au monde beaucoup trop tĂŽt d’ailleurs. Dans ces cas-lĂ  s’engage alors souvent une bataille pour la survie de l’enfant. C’est le cas pour ce bĂ©bĂ© qui est l’un des plus grands prĂ©maturĂ©s au monde.

Qu’est-ce que la prĂ©maturitĂ© ?

Si une grossesse classique dure normalement 41 semaines d’amĂ©norrhĂ©e, soit un peu plus de neuf mois, un bĂ©bĂ© est considĂ©rĂ© comme prĂ©maturĂ© quand il naĂźt avant la 37Ăšme semaine d’amĂ©norrhĂ©e. Selon l’Institut national de la santĂ© et de la recherche mĂ©dicale il existe trois niveaux de prĂ©maturitĂ© :

  • La prĂ©maturitĂ© moyenne, qui intervient entre 36 et 32 semaines d’amĂ©norrhĂ©e
  • La grande prĂ©maturitĂ© qui intervient entre 32 et 28 semaines d’amĂ©norrhĂ©e
  • La trĂšs grande prĂ©maturitĂ© qui intervient en deçà de 28 semaines d’amĂ©norrhĂ©e

La survie du nouveau-nĂ© n’est thĂ©oriquement pas possible en dessous de 23 semaines. La prĂ©maturitĂ© peut alors entraĂźner des problĂšmes de santĂ© Ă  plus ou moins long terme : difficultĂ©s respiratoires,  problĂšmes cardiaques, problĂšmes de dĂ©veloppement cognitif. En France et dans d’autres pays dĂ©veloppĂ©s comme les États-Unis, on a vu le taux de naissance de bĂ©bĂ©s prĂ©maturĂ©s grimper ces derniĂšres annĂ©es. Il est passĂ©e de 5,9% en 1995 Ă  7,4% en 2010. Ainsi environ 5500 prĂ©maturĂ©s voient le jour chaque annĂ©e. Parmi eux, seuls 5%s sont des trĂšs grands prĂ©maturĂ©s.  L’explication ? L’augmentation des grossesses gĂ©mellaires qui est conjointe Ă  l’augmentation des FIV. Les grossesses multiples arrivent rarement Ă  terme. Les grossesses tardives peuvent aussi favoriser la prĂ©maturitĂ© ainsi que certains modes de vie (consommation de tabac, la fatigue
.). En France, la prise en charge de la prĂ©maturitĂ© se fait dans les maternitĂ©s de niveau 2 pour les bĂ©bĂ©s nĂ©s aprĂšs 33 semaines, et en maternitĂ© de niveau 3 pour la prise en charge de la grande prĂ©maturitĂ©.

400g, c’est le poids que pesait ce bĂ©bĂ© nĂ© sous le seuil de viabilitĂ© Ă  sa venue au monde

Pour Courtney Stensrud les choses sont encore diffĂ©rentes, en effet cette jeune Texane originaire de San Antonio, aux États-Unis a dĂ» mettre sa fille au monde plus tĂŽt puisqu’elle souffrait d’une rupture prĂ©maturĂ©e de la membrane et d’une infection placentaire et intra amniotique. Son bĂ©bĂ© est donc nĂ© Ă  21 semaines et 4 jours en pesant un peu moins de 400 g. Aux États-Unis comme en France rien n’est tentĂ© sur les enfants nĂ©s sous le seuil des 23 semaines. Si des mesures de rĂ©animation sont prises, c’est qu’elles sont liĂ©es Ă  la volontĂ© du corps mĂ©dical et des parents. C’est ce qui s’est passĂ©e pour la fille de Courtney qui a Ă©tĂ© prise en charge par le docteur  Kaashif Ahmad, un mĂ©decin affiliĂ© au Pediatrix MĂ©dical groupe de San Antonio. AprĂšs plus de 4 moins en soins nĂ©onataux, la minuscule petite crevette a pu rentrer chez elle et est aujourd’hui une enfant ĂągĂ©e de 3 ans, Ă©panouie et heureuse. Ces cas de bĂ©bĂ©s grands prĂ©maturĂ©s survivants sous le seuil des 23 semaines restent exceptionnels. Cependant, grĂące aux avancĂ©es scientifiques le taux de survie des prĂ©maturĂ©s au-delĂ  de 28 semaines tend Ă  s’amĂ©liorer.

 

 

À lire absolument