Neuf Mois pour les sages-femmes 9Love - L'Eshop GrossesseLes meilleures mutuelles grossesse

Mois sans tabac : les femmes enceintes l’écraseront-elles elles aussi ?

La campagne anti-tabac lancée le 1er novembre par le ministère de la Santé sera-t-elle plus mobilisatrice que l’étude ouverte en avril dernier pour juger de la pertinence d’une incitation financière pour décider les 17,8% de futures mères qui fument encore au 3e trimestre de grossesse à renoncer au tabac ?

Le Mois sans tabac, c’est une initiative lancée par ministère de la Santé qui fait un peu figure de concours de patronage, mais c’est pour la bonne cause : celle de la santé de tous. Les fumeurs sont invités à cesser de fumer pendant tout le mois de novembre (et si possible le plus longtemps possible ensuite). Un parcours du combattant pour certains, mais les outils ne manquent pas entre les consultations spécialisées dans les centres de sevrage tabagique, les prescriptions de substituts et autres outils qui ont pour mission de convaincre les accros d’écraser définitivement leur dernière cigarette.

Et les femmes enceintes ?

Parmi les fumeurs ciblés, les femmes enceintes ne sont pas des laissées pour compte. Si la campagne ministérielle ne les distingue pas particulièrement des autres fumeurs, depuis le mois d’avril dernier, seize maternités françaises se sont engagées, indépendamment de la démarche du ministère de la Santé, dans une étude qui veut évaluer l’impact d’une incitation financière pour décider la femme enceinte à arrêter de fumeur. Ces futures mères recevront des bons d’achat à hauteur de 300 euros si elles assistent à 3 à 5 consultations de sevrage tabagique pendant leur grossesse et tiennent leur engagement. On ne connaîtra les résultats de cette étude sur le rôle positif ou pas de l’incitation financière que d’ici deux ans et demi, à la fin de l’étude.

Les dangers du tabac pendant la grossesse

Ils sont nombreux. On connait le retard de croissance intra-utérin, causé par l’apport de monoxyde de carbone via le placenta, et dont la conséquence est une naissance prématurée, et donc un très petit poids de naissance avec toutes les séquelles que cela implique. Mais il ne faut pas oublier les fausses couches au premier trimestre de la grossesse, ainsi que parfois au second trimestre, et les décès in utero, plus rares, mais tout de même. On constate aussi une élévation du risque d’hématome rétro-placentaire ou d’hypertension gravidique chez les femmes enceintes fumeuses.


Récemment, une étude internationale (publiée le 31 mars 2016 dans American Journal of Human Genetics) a établi que fumer pendant la grossesse modifie chimiquement l’ADN du fœtus avec des effets néfastes durables sur l’enfant. 6 600 femmes et leurs enfants avaient été suivis dans différents pays du monde. Les chercheurs ont constaté, en prélevant le sang de cordon de nouveau-nés de mères fumeuses participant à l’étude, des modifications chimiques de l’ADN fœtal identiques à celles constatées chez des fumeurs adultes. Une analyse séparée de ces données démontre que beaucoup de ces altérations dans l’ADN étaient encore constatées chez des enfants plus âgés dont la mère a fumé pendant la grossesse.

Quelles conséquences sur les enfants ?

Environ la moitié de l’ADN affecté par le tabagisme est lié à des gènes jouant un rôle dans le développement des poumons et du système nerveux ainsi que dans des cancers résultant du tabagisme passif ou encore dans des défauts de naissance comme le bec-de-lièvre. Des séquelles suffisamment graves pour qu’on espère que le Mois sans tabac soit suivi par de nombreuses futures mamans fumeuses. Et débouche sur un arrêt définitif du tabac, pour leur santé, mais aussi celle de leurs enfants, lesquels seraient sinon victimes toute leur enfance d’un tabagisme passif.

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire