Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Actus bĂ©bĂ© » MĂšres imparfaites, une cĂ©lĂšbre bloggeuse vous donne mille fois raison !

MÚres imparfaites, une célÚbre bloggeuse vous donne mille fois raison !

AprĂšs avoir dĂ©nigrĂ© les diktats de la minceur, Constance Hall discrĂ©dite celui de la mĂšre-Ă©pouse parfaite. Non, cela a assez durĂ©. A 32 ans, cette maman australienne de quatre enfants et auteur du blog « The not so secret life of us » a tenu Ă  montrer son soutien Ă  toutes les mamans du monde, souvent critiquĂ©es par d’autres parents. Ça vous dit de dĂ©culpabiliser un peu ?

Non, personne au monde n’est parfait(e). Regardez un peu, Bree Van de Kamp, dans la sĂ©rie Desperate Housewives, montrait tout de la femme parfaite : l’épouse, la mĂšre et l’hĂŽtesse. Et voyez comment ça a fini aprĂšs les premiĂšres saisons ? Des enfants qui la dĂ©testaient, des amies qui lui tournaient le dos et un enchaĂźnement d’hommes dans son foyer. C’est donc prouvĂ©, il est impossible d’ĂȘtre une mĂšre parfaite. Et bien qu’on se le dise, ça fait du bien aussi de le lire, de voir que quelqu’un est lĂ  pour nous faire dĂ©culpabiliser. Tout simplement : de ne pas se sentir seule ! C’est ce qu’a fait Constance Hall, bien connue des rĂ©seaux sociaux Ă  prĂ©sent, notamment grĂące Ă  ses coups de gueule et son franc-parler.

Un post plein d’honnĂȘtetĂ©

Dans une lettre pleine de vĂ©ritĂ© qu’elle a postĂ©e sur son compte Facebook, la jeune australienne dĂ©crit le quotidien que vit chaque maman, chaque jour de sa vie.


En lisant ces quelques mots, on l’imagine lever son verre Ă  toutes celles Ă  qui elle rend hommage. Tout d’abord Ă  la maman qui accompagne ses enfants au parc, sans pour autant avoir les yeux rivĂ©s sur eux en permanence : « À la femme du parc, qui regarde son tĂ©lĂ©phone et ignore ses enfants, je te salue. Car tu te fous de ceux qui pensent que tu devrais ĂȘtre sous tension 24 heures sur 24. Car tu n’en as rien Ă  faire de ce que le groupe des ‘mĂšres-gendarmes’ pense. » 

Elle lĂšve ensuite son verre Ă  celle qui a du linge en retard mais qui prĂ©fĂšre voir ses copines (parlerait-elle de Lynette, dans Desperate Housewives ?) : « À la femme avec des piles de vaisselle et de linge sale Ă  laver qui sort prendre un cafĂ© avec des amis, je te salue. Être une bonne mĂšre ou une bonne Ă©pouse ou un bon ĂȘtre humain ne signifie pas qu’on doit passer l’éternitĂ© Ă  faire le mĂ©nage chez soi. » En passant, elle parle Ă©galement d’un sujet quelque peu tabou : la maman qui fait une dĂ©pression post-partum : « A la femme en consultation mĂ©dicale, qui attend avec patience qu’on lui donne des antidĂ©presseurs. Je te salue. [
] Trop souvent, la force et la faiblesse sont confondues, la force est de demander de l’aide. [
] Beaucoup de femmes passent exactement par la mĂȘme chose, mais n’en parlent pas. »

Enfin, elle parle de toutes celles qui n’arrivent pas Ă  perdre leurs kilos accumulĂ©s pendant leur grossesse : « A la femme qui n’arrive pas Ă  perdre son corps de grossesse. Je te salue. Un nouveau travail qui dure 24 heures non payĂ© et qui se terminera dans environ 20 ans n’est pas aussi le moment de laisser le gĂąteau. Mange le gĂąteau, mange le foutu gĂąteau et envoie valser toute personne qui osera te dire quoique ce soit. »

Un message poignant auquel on a envie de rĂ©pondre : « Bien dit ! » Constance Hall a fait l’unanimitĂ© grĂące Ă  ses nombreux posts sur son blog et sur Facebook. Celui-ci a d’ailleurs Ă©tĂ© partagĂ© plus de 280 000 fois ! 280 000 fois oĂč, on l’espĂšre, il a rĂ©ussi Ă  dĂ©culpabiliser toutes ces mamans pas parfaites, mais qu’on aime quand mĂȘme.


constance-hall-facebook-maman-parfaite


À lire absolument