Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Actus fertilitĂ© » Lorie se confie sur son endomĂ©triose et sa grossesse extra-utĂ©rine dans une interview et un tĂ©moignage, Ă  coeur ouvert

Lorie se confie sur son endométriose et sa grossesse extra-utérine dans une interview et un témoignage, à coeur ouvert

La chanteuse Lorie Pester s’est exprimĂ©e le 20 septembre dernier en interview pour Kombini, partageant son intimitĂ© avec les internautes. Un moment touchant, dans lequel Lorie s’est confiĂ©e sur son endomĂ©triose, dĂ©couverte Ă  la suite d’une grossesse extra-utĂ©rine. Elle a Ă©galement publiĂ© un tĂ©moignage dans lequel elle demande au PrĂ©sident de prendre davantage en compte le problĂšme du refus de congĂ©lation des ovocytes lorsque le stade de la maladie n’est pas jugĂ©e trop grave. La ministre de la SantĂ© AgnĂšs Buzyn y a rĂ©pondu personnellement.

Une interview poignante qui ouvre les yeux sur l’endomĂ©triose

C’est avec beaucoup de courage que Lorie s’est confiĂ©e au micro de Kombini. Un tĂ©moignage qu’elle livre sur sa maladie chronique, l’endomĂ©triose, qui est encore mal diagnostiquĂ©e de nos jours. Preuve en est par son histoire, qu’elle raconte dans son interview : « Au dĂ©part, j’avais des douleurs pendant mes rĂšgles, ma gynĂ©co qui me suivait depuis l’adolescence me disait que c’Ă©tait normal« . Une grave erreur qui aura des consĂ©quences sur la santĂ© de la chanteuse. « Un jour, j’ai fait une grossesse extra-utĂ©rine, mon gynĂ©co a du m’opĂ©rer d’urgence. » Suite Ă  cette opĂ©ration, Lorie a appris qu’elle souffrait d’endomĂ©triose. Soutenue par son Ă©quipe mĂ©dicale, la chanteuse a dĂ©cidĂ© de faire congeler ses ovocytes, une pratique autorisĂ©e en France pour deux cas bien prĂ©cis : si l’on souffre d’endomĂ©triose ou si l’on suit une chimiothĂ©rapie. Mais Lorie n’a pu bĂ©nĂ©ficier de cette intervention, n’Ă©tant pas assez « atteinte » par la maladie. Elle a donc du se rendre en Espagne afin de rĂ©aliser cette opĂ©ration. Une expĂ©rience qu’elle raconte comme une maniĂšre de briser le tabou, et de lever le voile sur une pathologie mĂ©connue.

 

La chanteuse interpelle Ă©galement le PrĂ©sident Macron dans une tribune… et la ministre de la santĂ© rĂ©pond

Lorie ne s’arrĂȘte pas lĂ  dans son combat. Tout rĂ©cemment, elle a publiĂ© une tribune lourde de sens dans le Huffington Post, interpellant directement Emmanuel Macron, partageant une nouvelle fois son tĂ©moignage, et faisant part de son combat au quotidien. « Comme une femme sur dix en France, je crains de ne jamais pouvoir devenir mĂšre, alors s’entendre dire que cette Ă©volution relĂšverait du «confort» est inacceptable et incomprĂ©hensible. » peut-on lire. « Cette loi me pĂšse, nous pĂšse, lourdement, au quotidien. Elle est source de souffrances psychologiques qui s’ajoutent Ă  celles causĂ©es par la maladie elle-mĂȘme. » De mĂȘme, la chanteuse française se demande « Comment justifier alors cette discrimination entre les rĂ©gimes de congĂ©lation de gamĂštes des hommes et des femmes? ». Elle ajoute : « Si l’on m’avait dit qu’Ă  25 ans la probabilitĂ© d’avoir un enfant par cycle Ă©tait de 25%, de 12% Ă  35 et de 6% Ă  40 ans, j’aurais mis toutes les chances de mon cĂŽtĂ©, en congelant mes ovocytes. Plus jeune, je voulais ĂȘtre mĂšre Ă  27 ans, comme mes parents. Je trouvais l’Ă©cart parfait mais il n’en a pas Ă©tĂ© ainsi. Aujourd’hui je suis prĂȘte mais l’endomĂ©triose m’en empĂȘche et le droit me l’interdit. » Et de terminer sur ces mots : « Monsieur le PrĂ©sident, au nom de toutes ces femmes injustement discriminĂ©es dans notre pays je vous implore de joindre les actes Ă  la parole. »

Ce Ă  quoi la ministre de la santĂ© AgnĂšs Buzyn a rĂ©pondu dimanche 21 octobre lors du « Grand Jury » RTL-Le Figaro-LCI, prĂ©cisant qu’elle souhaitait qu’il y ait malgrĂ© tout des « garde-fous » Ă  la congĂ©lation d’ovocytes pour les femmes trentenaires : « Je suis favorable Ă  tout ce qui ouvre et donne plus de libertĂ©, mais je souhaiterais qu’il y ait quand mĂȘme des garde-fous pour que toutes les femmes Ă  l’Ăąge de 30 ans en France ne dĂ©cident pas de congeler leurs ovocytes pour faire des enfants Ă  40 ans. »

L’endomĂ©triose, une maladie trop peu reconnue

Une femme sur dix souffrirait d’endomĂ©triose en France, un chiffre qui n’est pas Ă  prendre Ă  la lĂ©gĂšre. La maladie provoque de fortes douleurs pelviennes, et entraĂźne parfois une infertilitĂ©. Et malgrĂ© la proportion assez importante de femmes souffrant de cette pathologie, des zones d’ombre persistent, sa cause principale Ă©tant encore inconnue aujourd’hui. Avec cette interview et cette tribune publiĂ©es sur Internet, Lorie espĂšre ainsi lever le voile sur cette maladie. « Je me suis rendue compte qu’il y avait vraiment beaucoup de femmes dans le mĂȘme cas que moi. Et que c’est un sujet qui reste encore tabou« , tĂ©moigne t-elle. Un message important qui n’a pas tarder Ă  ĂȘtre largement relayĂ© autour de lui, les internautes Ă©tant touchĂ©s de la sincĂ©ritĂ© et de l’honnĂȘtetĂ© de la star.

 

À lire absolument