En train de lire
Dons d’ovocytes et de spermatozoïdes en France : zoom sur la nouvelle campagne de sensibilisation de l’Agence de la biomédecine

Dons d’ovocytes et de spermatozoïdes en France : zoom sur la nouvelle campagne de sensibilisation de l’Agence de la biomédecine

L’Agence de la biomédecine lance en ce mois de novembre une grande campagne d’informations et de sensibilisation au don de gamètes. En effet, le don est encore faible en France même si on note une amélioration ces dernières années… Quelle est donc la situation du don de gamètes dans notre pays ? Comment peut-on faire un don ? Explications avec le Dr Françoise Merlet, médecin de la reproduction, en charge de l’Assistance Médicale à la Procréation à l’Agence de la biomédecine.

Quelle est la situation actuelle du don de gamètes en France ?

La mobilisation pour le don de gamètes s’est confirmée en 2015 : 540 femmes ont donné des ovocytes (+ 8 % par rapport à 2014) et 255 hommes ont donné des spermatozoïdes (+ 7 % par rapport à 2014). Pourtant cette générosité n’est pas encore suffisante pour permettre aux centres d’AMP de prendre en charge l’intégralité des couples concernés par une infertilité médicale nécessitant le recours à un don de gamètes. Derrière les 3500 couples qui s’inscrivent chaque année pour bénéficier d’un don, ce sont des femmes et des hommes pour qui un don d’ovocytes ou de spermatozoïdes représente l’espoir de pouvoir vivre une grossesse et donner naissance à un enfant. L’Agence de la biomédecine estime que pour résorber les listes d’attente et atteindre l’équilibre, il faudrait au total chaque année 1400 dons d’ovocytes et 300 dons de spermatozoïdes dans notre pays, tout en diversifiant les origines géographiques des donneurs.

Pourquoi y-a-t- il pénurie de gamètes ?

Aujourd’hui, on manque toujours de donneurs et de donneuses notamment parce que le public ne connaît encore pas assez l’existence du don de gamètes et ses modalités. Donner des ovocytes ou des spermatozoïdes est le fruit d’une décision personnelle, mûrement réfléchie. Il est donc nécessaire de poursuivre les efforts d’information et de pédagogie sur le sujet pour accompagner les Français et les Françaises dans leur réflexion et inciter les donneurs potentiels à poursuivre leur démarche jusqu’au don. L’Agence de la biomédecine, avec les centres d’assistance médicale à la procréation, a donc lancé une nouvelle campagne nationale d’informations et de recrutement qui durera jusqu’au 26 novembre.

Comment se décline la nouvelle campagne pour le don ?

Le don de gamètes est un sujet sur lequel l’Agence de la biomédecine communique chaque année depuis 2008 avec la mise en place de campagnes d’envergure nationale à destination du grand public mais aussi  des actions spécifiques envers les professionnels de santé pour faire connaître le don de gamètes auprès de leurs patients. La nouvelle campagne 2017 poursuit ces objectifs d’informations et de recrutement avec la diffusion de 3 spots sur des radios nationales à large audience, une série de 10 chroniques sur de nombreuses radios régionales et locales, des bannières animées sur Internet renvoyant vers un programme d’informations personnalisé et la projection de 2 films d’animation en bandes-annonces au cinéma.


Voir Aussi

Où les donneurs potentiels peuvent-ils se renseigner pour faire un don de gamète ?

Pour donner des ovocytes ou faire don de spermatozoïdes, il y a deux conditions simples à remplir : être âgé de moins de 37 ans pour les femmes ou moins de 45 ans pour les hommes ; et être en bonne santé. Pour en savoir plus ou localiser le centre de don le plus proche de chez soi, il suffit de consulter les sites de référence www.dondovocytes.fr et www.dondespermatozoides.fr . Un numéro vert est également à la disposition du grand public : 0800 541 541.

Comme tous les autres dons d’éléments du corps humain, le don de gamètes est gratuit, anonyme et librement consenti. L’activité de don est encadrée par une agence publique rattachée au ministère de la santé, l’Agence de la biomédecine ; et est réalisée dans des services hospitaliers bénéficiant d’une autorisation spécifique.


Voir les commentaires (1)
  • L’agence de Biomédecine doit accentuer ses campagnes de sensibilisations afin d’inciter plus de femmes à donner leurs ovocytes pour permettre aux couples souffrant d’infertilité de retrouver le sourire. Nous avons besoin de telles actions pour raccourcir un tout petit peu les délais d’attente comme c’est le cas dans plusieurs d’Europe dont l’Ukraine, l’Espagne et bien d’autres encore.

Laisser votre commentaire