Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Actus grossesse » Les gynĂ©cologues s’inquiĂštent du nombre de cĂ©sarienne pratiquĂ©es dans le monde

Les gynĂ©cologues s’inquiĂštent du nombre de cĂ©sarienne pratiquĂ©es dans le monde

Les chiffres sont Ă©loquents : le nombre de cĂ©sariennes pratiquĂ©es dans le monde a quasiment doublĂ© entre 2000 et 2015, selon un dossier publiĂ© par la prestigieuse revue the Lancet. On estime que le nombre de cĂ©sariennes qui sont nĂ©cessaires oscillent entre 10 et 15% mais dans certains pays ce pourcentage explose allant parfois friser avec les 50%. Alors pourquoi le nombre de cĂ©sariennes dans le monde a-t-il explosĂ© et qu’en est-il de la situation en France ?

Trop de cĂ©sariennes dans les pays d’AmĂ©rique du Sud et en Asie

La cĂ©sarienne reprĂ©sente un acte chirurgical qui consiste Ă  extraire le bĂ©bĂ© Ă  naĂźtre directement de l’utĂ©rus en pratiquant une incision de la paroi utĂ©rine. Il existe des indications prĂ©cises Ă  la cĂ©sarienne et dans certains cas (on estime entre 10 et 15%), la cĂ©sarienne est nĂ©cessaire. Mais elle peut ĂȘtre aussi pratiquĂ©e sans raison mĂ©dicale, ce qui est prĂ©occupant car la cĂ©sarienne peut avoir des effets sur la santĂ© des femmes et des enfants. La revue the Lancet pointe l’augmentation de cette pratique, trĂšs souvent sans raison mĂ©dicale. Ainsi prĂšs de 60% des 169 pays analysĂ©s pratiquent plus de cĂ©sariennes qu’il ne faudrait. Si en Afrique Sub Saharienne le nombre de cĂ©sariennes est bien en deçà de la fourchette classique (4.1%), en AmĂ©rique du Sud et dans les CaraĂŻbes, le taux de cĂ©sarienne atteint plus de 44% ! En Asie, le taux de cĂ©sariennes augmente Ă©galement (de 6%) alors qu’au sein de l’Europe la hausse semble ĂȘtre relativement modeste (prĂšs de 2%). Comment expliquer ces chiffres ? Plusieurs raisons sont avancĂ©es : une baisse de compĂ©tence du corps mĂ©dical qui hĂ©site Ă  pratiquer des accouchements par voie basse sensibles, un tarif plus attractif ou encore une facilitĂ© de programmation. La peur de l’accouchement est aussi un Ă©lĂ©ment clé : de nombreuses femmes prĂ©fĂšrent avoir recours Ă  la cĂ©sarienne quand elles ont vĂ©cu un accouchement traumatisant. Le congrĂšs mondial de gynĂ©cologie avance plusieurs pistes pour lutter contre l’augmentation des cĂ©sariennes comme la pratique d’un tarif unique, une meilleure formation des professionnels de santĂ© ou encore une augmentation de l’information aux patients.

La situation en France, dans quels cas pratiquer une césarienne ?

Certaines situations peuvent donner lieu Ă  une indication de cĂ©sarienne mais pas forcĂ©ment. Selon l’HAS (La Haute AutoritĂ© de SantĂ©), un utĂ©rus cicatriciel (c’est-Ă -dire une femme ayant dĂ©jĂ  subit une cĂ©sarienne) n’est pas forcĂ©ment une indication de cĂ©sarienne (sauf en cas d’antĂ©cĂ©dents de plus de 3 cĂ©sariennes). Les grossesses gĂ©mellaires, la prĂ©sentation en siĂšge d’un enfant, la macrosomie (enfant dont le poids de naissance est supĂ©rieur Ă  4000 g) ne reprĂ©sentent pas non plus une indication de cĂ©sarienne programmĂ©e systĂ©matique. En revanche, en cas de diabĂšte associĂ© Ă  une macrosomie ou en cas de macrosomie associĂ©e Ă  un antĂ©cĂ©dent de dystocie des Ă©paules (difficultĂ© d’accouchement), la cĂ©sarienne est recommandĂ©e quand le poids de l’enfant est supĂ©rieur Ă  4500 g. La cĂ©sarienne est aussi recommandĂ©e pour Ă©viter la transmission d’infections virales de la mĂšre Ă  l’enfant. Il existe des cas oĂč la cĂ©sarienne est nĂ©cessaire comme par exemple en cas de placenta praevia recouvrant. Enfin il existe des cas rares oĂč la nĂ©cessite de la cĂ©sarienne doit ĂȘtre discutĂ©e au cas par cas comme par exemple des dĂ©fauts de placentation
 D’aprĂšs the Lancet, en France on constate que le taux de cĂ©sarienne (20.4% en 2016) n’a pas bougĂ© depuis 2010. D’aprĂšs CĂ©dric Grouchka, membre du collĂšge de la Haute AutoritĂ© de SantĂ©, il y a une « stabilisation Ă  la baisse » et on doit bien faire le distinguo entre « Les cĂ©sariennes rĂ©alisĂ©es dans l’urgence, soit aprĂšs un accouchement qui se passe mal soit au cours du travail, qui correspondent Ă  60% du total en France, les cĂ©sariennes programmĂ©es pour raison mĂ©dicale (40%) et celles programmĂ©es pour une raison non mĂ©dicale, Ă  la demande des femmes », qui sont de l’ordre de« moins de 1%. »

À lire absolument