Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Le risque de dĂ©pression post-partum diminuĂ© grĂące Ă  la pĂ©ridurale ?

Le risque de dépression post-partum diminué grùce à la péridurale ?

D’aprĂšs une Ă©tude chinoise publiĂ©e dans le numĂ©ro d’aoĂ»t de la revue scientifique Anesthesia & Analgesia, accoucher sous pĂ©ridurale attĂ©nuerait le risque de faire une dĂ©pression aprĂšs la naissance de son enfant. Quel est le rapport entre les deux, nous direz-vous ? Apparemment, la bonne gestion de la douleur serait en cause. De trĂšs fortes douleurs avant et pendant l’accouchement seraient une des causes de la dĂ©pression port-partum. Or, la pĂ©ridurale ayant pour but que vous souffriez moins durant l’accouchement, elle serait bĂ©nĂ©fique pour votre moral suite Ă  l’arrivĂ©e de BĂ©bĂ©.

Que dit l’Ă©tude ?

Les femmes Ă©tudiĂ©es (214 au total) ont Ă©tĂ© sĂ©parĂ©es en deux groupes : celles dont la douleur a Ă©tĂ© attĂ©nuĂ©e mĂ©dicalement, et celles qui ont plus souffert pendant l’accouchement. Chaque groupe comptait 107 femmes. L’Ă©tat Ă©motionnel de ces jeunes mamans a Ă©tĂ© Ă©tudiĂ© 3 jours aprĂšs l’accouchement, puis six semaines aprĂšs.

Parmi le premier groupe, seules 14% ont fait une dĂ©pression six semaines aprĂšs la naissance. Tandis que dans le deuxiĂšme groupe, le taux grimpe Ă  35%. Les femmes ayant suivi des cours d’accouchement durant leur grossesse, et celles allaitant leur enfant durant les semaines qui suivent la naissance, voient Ă©galement le risque de faire une dĂ©pression diminuer. L’Ă©tude montre aussi que 70% des femmes ayant accouchĂ© sous pĂ©ridurale ont choisi d’allaiter leur bĂ©bĂ©, tandis que seule une femme sur deux l’a choisi parmi celles ayant accouchĂ© sans l’injection.

DĂ©pression port-partum et douleurs chroniques et aiguĂ«s seraient donc liĂ©es. Mais rassurez-vous : il est normal de ressentir des Ă©motions mixtes aprĂšs l’accouchement (crises de larmes, anxiĂ©tĂ©, sautes d’humeur…). Les scientifiques ont Ă©galement expliquĂ© que 80% des jeunes mamans ressentent une lĂ©gĂšre dĂ©tresse aprĂšs l’accouchement, les degrĂ©s pouvant varier d’une femme Ă  l’autre. Si les symptĂŽmes durent plus de deux semaines et sont plus sĂ©vĂšres, cela pourrait ĂȘtre une dĂ©pression post-natale. Les chiffres exacts se font rares mais environ 15% des femmes en seraient victimes.

 

Avis aux futures mamans : est-ce que cette Ă©tude vous donne plus envie d’accoucher sous pĂ©ridurale ?

À lire absolument