Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Actus fertilitĂ© » InfertilitĂ© : des chercheurs amĂ©ricains ont rĂ©ussi Ă  crĂ©er des ovaires artificiels fonctionnels

Infertilité : des chercheurs américains ont réussi à créer des ovaires artificiels fonctionnels

Un nouvel espoir est nĂ© pour les femmes souffrant d’infertilitĂ© : des scientifiques amĂ©ricains ont crĂ©Ă© des ovaires de souris sur une imprimante 3D et les ont utilisĂ©s pour produire des descendants sains. Pour la premiĂšre fois, les chercheurs ont imprimĂ© un ovaire artificiel et l’ont implantĂ© dans une souris, qui a continuĂ© Ă  produire des ovules, Ă  s’accoupler avec succĂšs et Ă  donner naissance Ă  des souriceaux en bonne santĂ©. Bien que la procĂ©dure n’ait Ă©tĂ© testĂ©e que sur les animaux jusqu’Ă  prĂ©sent, l’objectif Ă  long terme est d’aider Ă  restaurer la fertilitĂ© et la production d’hormones chez les femmes qui ont subi une chimiothĂ©rapie ou qui souffrent d’autres problĂšmes d’infertilitĂ©, comme les ovaires polykystiques.

Une prouesse scientifique qui pourrait rétablir la fertilité chez les femmes cancéreuses ?

« La vĂ©ritable percĂ©e est de pouvoir construire une vĂ©ritable prothĂšse ovarienne et l’objectif de ce projet est de pouvoir rĂ©tablir la fertilitĂ© chez les jeunes patientes cancĂ©reuses qui ont Ă©tĂ© stĂ©rilisĂ©es par leur traitement contre le cancer« , a dĂ©clarĂ© Teresa Woodruff au Telegraph , directrice des sciences de la reproduction Ă  l’Institut de recherche sur la santĂ© des femmes Ă  Northwestern University dans l’Illinois. « Ă€ l’heure actuelle, nous sommes en mesure de le faire avec de jeunes souris et le but final est de fournir cela aux patients humains « . D’aprĂšs la revue Nature Communications. Les chercheurs ont rapportĂ© que les ovaires prothĂ©tiques ont Ă©tĂ© imprimĂ©s Ă  l’aide de gĂ©latine liquide Ă  base de collagĂšne dĂ©composĂ©, un matĂ©riau naturel qui se trouve dans les ligaments, les tendons, les muscles, les os et la peau. Les parois de l’ovaire ont Ă©tĂ© conçues pour avoir une structure poreuse en forme de treillis, afin qu’elles puissent interagir avec les tissus du corps et ainsi pouvoir dĂ©clencher la production d’ovules, tout en Ă©tant suffisamment Ă©paisses pour supporter l’implantation.

La structure en forme de sac est assez spacieuse et permet aux ovules de mĂ»rir correctement. Cela facilite aussi la formation des vaisseaux sanguins dans l’implant, ce qui permet aux hormones de circuler et de dĂ©clencher une lactation aprĂšs l’accouchement. Monica Laronda, co-auteur principale de la recherche, a dĂ©clarĂ© : « Ce qui arrive chez certaines de nos patientes cancĂ©reuses, c’est que leurs ovaires ne fonctionnent pas Ă  un niveau suffisamment Ă©levĂ© et qu’elles doivent utiliser des thĂ©rapies de remplacement hormonal pour rĂ©enclencher la pubertĂ© « . 

Cette prothĂšse permettra-elle de guĂ©rir l’infertilité ?

L’Ă©tude s’est dĂ©roulĂ©e de la maniĂšre suivante : l’ovaire de la souris a Ă©tĂ© enlevĂ©, puis il a Ă©tĂ© remplacĂ© par une prothĂšse. Une fois la prothĂšse recouverte, les chercheurs ont accouplĂ© ces animaux et observĂ© les rĂ©sultats. L’Ă©quipe travaille maintenant Ă  l’Ă©largissement de la prothĂšse afin qu’elle puisse ĂȘtre testĂ©e sur des animaux plus gros, et finalement sur des humains. Martin Ledwick, l’infirmier responsable de l’information sur le cancer chez Cancer Research UK, a dĂ©clarĂ© au Telegraph au sujet de l’Ă©tude que : « La prĂ©servation de la fĂ©conditĂ© est une question importante pour de nombreux patients dont le traitement est susceptible de les laisser stĂ©riles. Il est bon de voir des recherches sur de nouvelles façons de maintenir la fertilitĂ©. Cependant le travail n’a Ă©tĂ© fait que chez les souris, on ne peut pas encore savoir si cela pourrait ĂȘtre utile pour des personnes Ă  l’avenir ».

Image microscopique d’un fƓtus de souris entourĂ© par les couches de gĂ©latine de la prothĂšse

La souris qui porte la prothÚse avec la portée de souriceaux

souris et son petit

À lire absolument