Grippe : le seuil de détection précoce franchi en France

Selon les données de l’IRSAN (Institut de Recherche pour la valorisation de données de Santé), la grippe continue de progresser, avec une augmentation de plus de 50% des cas. Aux abris, les filles !

Chouette ! Après la gastro-entérite déclarée au niveau national le 14 janvier dernier, voilà maintenant… la grippe ! C’est décidé, on déteste carrément ce mois de janvier. L’Institut de Recherches pour la valorisation de données de Santé (IRSAN) est formel : 102 000 nouveaux cas ont été détectés en France, entre le 18 et le 24 janvier 2016 et dans neuf régions de France sur les treize. Alors que la maladie avait un retard de trois semaines sur le calendrier habituel, la seule chose qu’on peut dire, c’est qu’on s’en serait bien passé !

L’IRSAN nous apprend également que le seuil de détection précoce a été franchi et que, comparé à la semaine dernière, 53% de cas supplémentaires ont été constatés. La région PACA (Provence-Alpes-Côte d’Azur), la Normandie, l’Île-de-France, la Bretagne, l’Auvergne-Rhône-Alpes, le Nord-Pas-de Calais-Picardie, la Bourgogne-Franche-Comté et le Pays de la Loire sont les régions les plus atteintes par le virus (154 cas pour 100 000 habitants en début de semaine).

©IRSAN
©IRSAN

La grippe, qu’est ce que c’est ?

La grippe (ou influenza) est une maladie causée par un virus qui s’attaque au système respiratoire. Elle se répercute sur tout l’organisme et dure normalement de 3 à 7 jours. C’est un virus qui se propage facilement, notamment par la toux, la salive ou les éternuements. Une personne peut être contagieuse durant 5 à 10 jours. Alors, le mieux qui reste à faire les filles, c’est rester en quarantaine sous la couette et regarder des bons films !


Quels sont les symptômes ?

La grippe se distingue par plusieurs symptômes comme l’apparition soudaine de frissons, de courbatures, de fatigue, de mal de tête et gorge, de nombreux éternuements et d’une forte fièvre (pouvant aller jusqu’à 40°C). Par la suite, vous aurez une toux plus sèche, le nez qui coule et des douleurs à la poitrine, une perte d’appétit ou encore des sueurs nocturnes. On ne plaisante pas avec la grippe, alors on file prendre rendez-vous chez le médecin dès les premiers symptômes.

Le vaccin contre la grippe chez la femme enceinte

L’Institut de Veille Sanitaire (InVS) rappelle qu’il n’est pas encore trop tard pour se faire vacciner. Et particulièrement pour les femmes enceintes. Il faut tout d’abord savoir que le vaccin contre la grippe n’est pas dangereux pour la future maman car il ne contient pas d’adjuvant à l’aluminium, mais, qu’en revanche, le virus peut être mortel si elle ne se fait pas vacciner. De nombreuses études ont montré que les femmes enceintes ont un risque de mortalité plus élevé en raison de complications cardio-respiratoires possibles. Mais ce n’est pas tout, la maladie n’est pas sans risque pour la future maman et son foetus : fausse couche et transmission du virus au nouveau-né après la naissance sont des complications possibles, d’autant plus problématiques que l’une comme l’autre ont des défenses immunitaires amoindries. Voilà pourquoi le Haut Conseil de la Santé Publique a recommandé la vaccination anti-grippale pour les femmes enceintes depuis 2012. La bonne nouvelle, c’est qu’on peut se faire vacciner à tous les stades de la grossesse et qu’en plus bébé est également protégé.

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire