Fertilité masculine : quand les crèmes solaires perturbent l’activité spermatique

A en croire une récente étude présentée au congrès annuel de la Société d’Endocrinologie à Boston, les crèmes solaires et notamment certains produits chimiques présents à l’intérieur perturberaient le bon fonctionnement de l’activité des spermatozoïdes. Pour les chercheurs danois en charge de cette étude, cette découverte permettrait ainsi de mieux comprendre pourquoi l’infertilité chez l’homme reste tant inexpliquée jusqu’à présent. Des résultats alarmants ont donc été montrés même s’il ne faut pas oublier l’importance d’une protection contre les UV pour éviter des cancers de la peau ! Mais alors, que doit-on faire ?

Un taux de calcium essentiel revu à la baisse

A l’intérieur des crèmes solaires se trouvent des filtres qui pourraient donc être nuisibles aux spermatozoïdes et à leur activité. Pour mieux analyser leurs données, les chercheurs de l’Université de Copenhague ont testé certains filtres luttant contre les ultraviolets qui apparaissaient suspects. Ceux-ci pénètrent dans la peau et vont directement dans l’urine voire dans le sang, comme en attestent les échantillons analysés auprès d’une population américaine et danoise et relevant d’anciens travaux sur la question.

Au total, l’action de 29 des 31 filtres anti-UV présents dans les crèmes scolaires américaines et européennes a été testée après avoir été récoltée sur des donneurs ayant des spermatozoïdes sains. Les cellules prélevées ont ainsi été plongées dans une solution tampon afin de recréer l’environnement des trompes de Fallope (elles permettent de remonter les ovules dans l’utérus féminin) et ainsi le mécanisme de reproduction classique. L’importance de l’évaluation se portait surtout sur le taux de calcium, essentiel lors de la reproduction. Et le constat est sans appel : 13 des filtres anti-UV testés (soient 45% d’entre eux) perturbent le taux de calcium présent dans les spermatozoïdes. De plus, 9 de ces 13 filtres anti-UV imitent même l’effet de la progestérone, hormone sexuelle féminine.

Le problème soulevé via ces crème solaires qui protègent des rayons UV du soleil est essentiellement que les produits chimiques présents pénètrent en profondeur dans l’organisme et notamment dans le sang de l’homme. C’est ainsi que les substances viennent nuire le bon fonctionnement de l’activité spermatique si essentielle lors de la reproduction.

Des résultats à prendre au sérieux mais à analyser

« Ces résultats sont préoccupants et pourraient expliquer en partie pourquoi l’infertilité inexpliquée est tellement répandue », insiste Niels Skakkebaek, chercheur de l’Université Copenhague. Les chercheurs ont en effet compris l’importance d’une telle analyse et surtout l’enjeu que cela représente pour les autorités qui autorisent ce marché. En effet, ils jugent que si la réglementation était plus stricte et plus poussée, on ne pourrait pas retrouver de tels produits contenant de telles substances nocives sur le marché. Sachant que ces mêmes filtres sont présents dans le maquillage et les sticks à lèvres, il est essentiel de comprendre l’enjeu d’une telle commercialisation.


Néanmoins, il ne faut pas oublier que la crème solaire reste le meilleur allier de l’homme (comme de la femme !) pour lutter contre le cancer de la peau. Se protéger contre les rayons UV du soleil reste donc une priorité, même si les filtres nocifs restent encore commercialisés en Europe et aux Etats-Unis… Mais peut-on prévoir une évolution face à cela ? Affaire à suivre.

En attendant, principe de précaution oblige, et si on passait aux filtres minéraux et aux produits bio ? Les coraux et les poissons apprécieront. En effet, les filtres solaires classiques n’ont pas qu’une action délétère sur la fertilité humaine, ils polluent aussi l’environnement, en attestent la mort des coraux et l’évolution constatée d’espèces de poissons vers l’hermaphrodisme…

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire