Pourquoi faut-il éviter la carence en vitamine B12 pendant la grossesse ?

Manquer de vitamine B12 durant la grossesse aurait des répercussions sur l’avenir de bébé. En effet, selon une étude présentée au congrès annuel d’endocrinologie à Brighton (Royaume-Uni), bébé risquerait de développer un diabète de type 2 ainsi qu’une obésité.

La vitamine B12, qu’est-ce-que c’est ?

La vitamine B12, ou cobalamine, fait partie des co-enzymes essentiels qui participent au métabolisme des cellules reproductrices comme la formation des globules sanguins, les nerfs, mais aussi la génétique ainsi que le métabolisme des protéines. On trouve de la vitamine B12 essentiellement dans la viande, le poisson, le fromage, le jaune d’œuf ou encore le lait. En soi, les futures mamans végan manquent de vitamine B12. Cette vitamine joue également un rôle important quant au bon fonctionnement du système neurologique.

Pour cette étude, les chercheurs issus de l’université Warwick, située en Angleterre (Royaume-Uni), ont analysé une centaine d’échantillons de sang provenant de cordon ombilical, de tissu adipeux ainsi que des tissus placentaires. Les scientifiques britanniques ont alors remarqué que les nourrissons, nés de mères en manque de vitamine B12 présentaient des taux de leptine élevés. À savoir, la leptine, également appelée « hormone de la satiété » est une hormone digestive qui régule les réserves de graisse dans l’organisme et l’appétit en contrôlant la sensation de satiété. Les bébés nés de mères carencées avaient alors plus de risques de présenter une résistance à cette hormone. Ainsi, même si votre enfant mange à sa faim, il n’aura jamais le sentiment d’être rassasié et continuera de manger. Dans son rapport, le Dr Ponusammy Saravanan, principal auteur de l’étude, a expliqué que l’alimentation de la mère du bébé peut tout à fait influencer la santé du bébé surtout si on mange ce qui est interdit durant la grossesse ! Il a également déclaré que les bébés nés de mère sous-alimentée ou en surpoids, risquent de développer un diabète de type 2. Le médecin a alors conclu : « Ainsi, comme nous venons de le montrer, les carences en vitamine B12 peuvent affecter le métabolisme du gras et contribuer à augmenter ce risque ». 

Les experts se demandent alors d’où vient ce taux élevé de leptine. À ce sujet, le Dr Adaikala Antonysuni, autre auteur de l’étude, a révélé qu’il existe deux possibilités : « Soit la faible quantité de B12 induit l’accumulation de gras chez le fœtus, ce qui peut conduire à une production accrue de leptine. Soit les carences modifient les gènes responsables de la synthèse de la leptine au niveau du placenta, ce qui induit une augmentation de la production. »


Lors de la présentation de cette étude, les chercheurs ont alors demandé aux médecins de surveiller les carences en vitamine B12 chez les futures mamans, mais aussi celles qui allaitent leur bébé, en leur recommandant d’avoir environ 3 microgrammes en apports journaliers. Les carences seront alors palliées grâce aux apports contenus dans des aliments choisis pour leur richesse en vitamine B12 : viande, poisson, produits laitiers et œufs. Malheureusement pour les adeptes du végétal, la plupart des aliments d’origine végétale ne contiennent que très peu de vitamine B12.

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire