Exposition enceinte aux perturbateurs endocriniens : quel lien avec les troubles du comportement chez certains jeunes garçons ?

Une nouvelle étude scientifique publiée dans la revue Environmental Health Perspectives met en lumière le lien entre une exposition à certains perturbateurs endocriniens pendant la grossesse et l’apparition de troubles du comportement chez les petits garçons de 3 à 5 ans. Mais de quoi parle exactement cette étude et y a-t- il un risque avéré pour la santé de mon bébé à naître ? Explications.

Ce que dit l’étude à propos l’exposition aux perturbateurs endocriniens pendant la grossesse

Les auteurs ont étudié pendant plusieurs années l’impact de l’exposition in utero à des perturbateurs endocriniens sur le développement psychomoteur des enfants. Pour cela, ils ont analysé des échantillons d’urine de femmes enceintes pour rechercher la présence d’éventuels perturbateurs endocriniens et ont ensuite recontacté ces femmes pour les interroger sur le comportement de leurs enfants, alors âgés de 3 ou 5 ans. Les résultats ont montré que les femmes les plus exposées aux perturbateurs endocriniens pendant leur grossesse avaient constaté que leurs petits garçons présentaient des troubles du comportement et de l’attention. Plus précisément, il semble que l’exposition in utero au bisphénol A soit en cause dans le développement de troubles relationnels à l’âge de 3 ans et de d’hyperactivité à 5 ans alors que l’exposition au di-n- butyl phtalate induirait des troubles émotionnels et relationnels surtout chez les garçons âgés de 3 ans. Enfin le triclosan semble être lié à une augmentation des troubles émotionnels à 3 à 5 ans.

Phtalates, triclosan, di-n butyl phtalate, c’est quoi ces noms barbares ?

Tous ces noms regroupent des substances chimiques utilisées dans de nombreux produits du quotidien. Les phtalates sont utilisés généralement pour améliorer les caractéristiques des plastiques en les rendant plus souples ou plus résistants. Certains types de phtalates, comme le di-n- butyl phtalate, sont retrouvés dans les vernis à ongles et les laques. Le triclosan est un pesticide utilisé largement dans les produits lavant comme le savon ou les dentifrices. Le bisphénol A est souvent utilisé comme antioxydant dans les plastiques.

Et les petites filles alors ?

Les perturbateurs endocriniens sont fourbes : ils n’ont pas forcément la même action sur l’organisme féminin ou sur l’organisme masculin. En cause : le système hormonal qui fonctionne différemment. Pour l’instant l’étude n’a pas pu être probante chez les petites filles, c’est pour cela qu’une nouvelle étude, comprenant plus de participants est prévue.


Pourquoi il n’y a pas à paniquer ?

Tout d’abord, l’enquête date de 2006, or le bisphénol A est interdit depuis 2015 en France : les contenants alimentaires ne contiennent donc plus ce type de perturbateur endocrinien. Ensuite, en ce qui concerne les phtalates, la réglementation française interdit leur utilisation dans certains produits. Même si on est tous exposés aux perturbateurs endocriniens, ce n’est pas pour autant que notre enfant souffrira de problèmes de santé.

Que faire pour se protéger des perturbateurs endocriniens quand on est enceinte ?

Rester vigilante sans tomber dans la psychose. D’abord on se rappelle que l’étude date de près de 10 ans : les concentrations de perturbateurs endocriniens dans les produits quotidiens ont été revues à la baisse depuis ce temps. Ensuite, on fait le tri dans la salle de bain et on privilégie les cosmétiques bio. Si la liste des composants d’un produit n’en finit plus, il vaut mieux fuir le dit produit. Enfin on opte pour des contenants alimentaires en verre et on évite autant que possible les emballages plastiques si on le peut (et en plus on fera un geste pour l’environnement !).

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire