Allergies et intolérances alimentaires : le Bisphénol A en cause ?

Une étude de l’Inra (Institut national de la recherche agronomique) réalisée dans le cadre du projet Périnatox et publiée dans la revue Faseb s’est intéressée aux effets du Bisphénol A quant aux risques d’allergies et d’intolérances alimentaires. L’étude a été réalisée sur des rats mais pourrait valoir pour les humains.

Le BPA c’est quoi ?

Le Bisphénol A est un produit utilisé dans l’industrie plastique. On en retrouve dans les biberons mais aussi dans les emballages alimentaires, les eaux en bouteilles plastiques, les canettes… Ce produit fait l’objet de débats. Il serait un « perturbateur endocrinien », c’est-à-dire qu’il pourrait affaiblir l’appareil reproducteur en agissant sur les hormones. Il aurait aussi des effets négatifs sur le cerveau, notamment pour les foetus, les bébés et les enfants.

Expérience

Pour cette étude, deux groupes de rates qui attendaient des petits ont été analysés. L’un des deux groupes a reçu de façon journalière une dose de Bisphénol A, et l’autre groupe n’a rien reçu. Les ratons nés des mères du groupe 1 ont développé plus tard une allergie ou intolérance à une protéine de blancs d’œufs, tandis que les autres ratons n’ont rien développé.

Les chercheurs français ont ainsi décelé un rapport entre l’exposition au Bisphénol A pendant la grossesse et les risques d’être sujet à une allergie ou une intolérance alimentaire une fois adulte. L’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) estime qu’une dose quotidienne de Bisphénol A ne doit pas dépasser 5 microgrammes par kilo de poids corporel pour qu’elle soit « sans risque pour l’homme« . Cependant, l’étude remet en cause la dose tolérable fixée : « On s’est aperçu que le Bisphénol A avait des effets plus puissants sur le système immunitaire de l’animal à cette dose qu’à la dose de 50 microgrammes par kilo de poids corporel » a expliqué Eric Houdeau, directeur de recherche à l’Inra. Avec ces informations, difficile de s’y retrouver !


Le BPA ne semble en tout cas pas bon pour la santé. Heureusement, sa présence dans les biberons a été interdite en Union européenne depuis 2011. Depuis 2013, le Bisphénol A est également interdit en France dans les contenants alimentaires destinés aux enfants de moins de 3 ans, et s’étendra à tous les contenants alimentaires en 2015 car rappelons en effet que le Bisphénol A est encore présent dans l’alimentation des jeunes enfants après l’âge des petits pots.

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire