Dorloter bébé est bon pour son cerveau !

Une récente étude américaine du NYU Langone Medical Center et publiée dans la revue Current Biology démontre que lorsque la maman materne son petit, le cerveau de celui-ci travaille et se développe ! Par ici pour en savoir un peu plus sur ce phénomène…

Parlons de l’expérience

Les chercheurs ont réalisé une expérience sur des rats. Pour cela, ils ont visionné des centaines d’heures de vidéo où l’on voit six rates en train de s’occuper de leurs bébés, par exemple les nourrissant ou les réchauffant. Les scientifiques ont démontré que le comportement de la rate et ses interactions avec ses petits agit sur l’activité cérébrale et le développement du cerveau de ses ratons. C’est dans les moments d’interaction avec la mère que les neurones se développent chez le petit, et créent notamment la myéline, une substance qui isole et protège les fibres nerveuses. Pour l’histoire, ces ondes sont associées chez les hommes à la méditation et à la concentration.

Les scientifiques ont également prouvé que la présence de la maman envoie aux ratons un signal électrique directement à leur cerveau. A l’inverse donc, l’absence de la mère alors que le cerveau et les capacités du petit sont en cours de développement, peut lui causer des désordres neurologiques. Les relations entre maman et bébé influent donc sur l’activité cérébrale du nouveau-né.

La suite des recherches

D’autres études s’étaient concentrées sur le développement cérébral de l’enfant et les relations mère-nourrisson, mais celle-ci est la première à s’intéresser de si près aux interactions les plus naturelles comme nourrir bébé, le protéger, etc… Les chercheurs veulent continuer les investigations sur ce sujet, notamment pour voir comment les différences de comportements des mères affectent le développement du cerveau des rats. Si les résultats sont concluants, cela pourrait peut-être permettre de mettre au point des traitements pour les personnes dont les facultés cérébrales ont été affaiblies durant l’enfance.

Voir Aussi

 

Voilà une raison de plus pour ne pas hésiter à choyer son tout-petit !

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire