Rougeole : attention au retour de l’épidémie !

Mise à jour du 11 mars 2019 : L’hiver pointe son nez et avec lui les infections virales vont s’en donner à cœur joie à cause du confinement des enfants et personnes dans les lieux chauffés. Parmi les infections à surveiller, il y a la rougeole. Hier, l’OMS a publié un communiqué de presse indiquant que les cas de rougeole avaient augmenté partout dans le monde en 2017. Notre pays fait même partie du peu glorieux palmarès des pays où sévit le plus la rougeole avec pas moins de 2269 cas répertoriés en 2018. En cause : une couverture vaccinale encore insuffisante pour protéger toute la population.

Les cas de rougeole sont en augmentation partout dans le monde : l’OMS et L’UNICEF tirent la sonnette d’alarme

Jeudi 29 novembre, l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) à déclaré dans un communiqué de presse que les cas de rougeole avaient augmentés en 2017. Il y aurait ainsi une augmentation de près de 30% des cas par rapport à l’année précédente. Les hausses enregistrées concernent l’Amérique, la Méditerranée Orientale et l’Europe. L’OMS précise également que plusieurs pays ont connu des « flambées sévères et prolongées de la maladie ». En cause ? La couverture vaccinale insuffisante : celle-ci doit être de 95%, or, elle ne plafonne (que pour la première dose) qu’à 85% ce qui est insuffisant pour protéger les populations. Si depuis les années 2000 près de 21 millions de personnes ont pu être sauvées grâce à la vaccination, la rougeole continue de sévir à cause de manque de vaccination, on compte d’ailleurs près de 110 000 décès imputables à la rougeole.

Le Dr Dre Soumya Swaminathan, Directrice Générale adjointe chargée des programmes de l’OMS tire ainsi la sonnette d’alarme : «La résurgence de la rougeole est un grave motif de préoccupation: des flambées prolongées sont observées dans toutes les Régions, en particulier dans des pays qui avaient éliminé cette maladie ou étaient sur le point d’y parvenir». Le Dr Seth Berkley, Directeur Exécutif de Gavi, l’Alliance du Vaccin explique que cette baisse de la vaccination est très inquiétante mais n’est pas surprenante, et qu’en Europe, elle est due au relâchement de la vigilance à l’égard de la maladie et la diffusion de fausses informations sur le vaccin.

Au mois de Mars, c’est l’Unicef qui, à son tour a réagit sur l’inquiétante recrudescence de cas de rougeole dans le monde. Ces tristes chiffres reflètent une baisse des progrès dans la lutte contre la maladie. Si l’Ukraine ou le Brésil voient le nombre de cas de rougeole augmenter drastiquement, la France aussi est concernée : avec 2269 cas de rougeole en plus en un an (entre 2017 et 2018), la France se classe au 10 eme rang des pays qui ont connu la plus grosse progression du nombre de cas.

Henrietta H. Fore, Directrice de l’Unicef, rappelle que le vaccin est sûr et sauve chaque année près d’un million de vies. L’Unicef rappelle également que la rougeole est une maladie potentiellement mortelle et qu’elle est particulièrement contagieuse : elle est d’ailleurs plus contagieuse que le virus Ebola ou celui de la grippe et peut encore contaminer 2 heures après qu’une personne infectée ait quitté une pièce… de quoi faire réfléchir.

Qu’est ce que la rougeole ?

Il s’agit d’une maladie virale. C’est une maladie dite éruptive car elle provoque l’éruption de plaques rouges caractéristiques associées à de la fatigue. Le virus de la rougeole est extrêmement contagieux et peut se transmettre par voie aérienne (gouttelettes de salive…) ou contact direct avec une personne infectée. Mais si cette maladie est caractérisée de « maladie de l’enfance » il ne faut pas se fier à ce nom : derrière cette gentille caractérisation se cache un virus potentiellement très dangereux qui peut provoquer des complications graves neurologiques ou respiratoires. En France, alors que la maladie régressait, le nombre de cas a commencé à augmenter en 2017, ce qui a provoqué 37 décès.


Que faire pour lutter contre la rougeole ?

Ici pas d’hésitation c’est la vaccination qui reste le seul moyen d’éviter la maladie. La vaccination des bébés est obligatoire depuis le premier janvier 2018 et doit se faire avant l’âge de deux ans. D’après le calendrier vaccinal, il faut deux doses pour que le vaccin soit efficace à quasi 100% : une première dose avant 12 mois et une deuxième dose entre 16 et 18 mois. Il faut donc être très vigilant sur la régularité des vaccins. Si vous n’avez pas eu la rougeole il est très fortement conseillé de se faire vacciner car les conséquences de cette maladie à l’âge adulte peuvent être dramatiques. Attention cependant, si vous êtes enceinte vous ne pouvez pas vous faire vacciner, de même la grossesse doit être évitée pendant le mois qui suit la vaccination.

Ici pas d’hésitation c’est la vaccination qui reste le seul moyen d’éviter la maladie. La vaccination des bébés est obligatoire depuis le premier janvier 2018 et doit se faire avant l’âge de deux ans. D’après le calendrier vaccinal, il faut deux doses pour que le vaccin soit efficace à quasi 100% : une première dose avant 12 mois et une deuxième dose entre 16 et 18 mois. Il faut donc être très vigilant sur la régularité des vaccins. Sachez également qu’une vaste étude d’une très grande ampleur sur plus de 650 000 enfants  et publiée dans Journal Annals of Internal Medicine a démontré que le vaccin ROR (Rougeole Oreillons Rubéole) n’avait absolument aucun lien avec l’autisme, alors il n’est plus question d’attendre.

Si vous n’avez pas eu la rougeole il est très fortement conseillé de se faire vacciner car les conséquences de cette maladie à l’âge adulte peuvent être dramatiques. Attention cependant, si vous êtes enceinte vous ne pouvez pas vous faire vacciner, de même la grossesse doit être évitée pendant le mois qui suit la vaccination.