Neufmois.fr » Ma Grossesse » Et si je n’arrivais pas Ă  devenir une bonne mĂšre ?

Et si je n’arrivais pas Ă  devenir une bonne mĂšre ?

Allez, avoue, « et si je n’arrivais pas Ă  ĂȘtre une bonne mĂšre ? » Cette angoisse, tu la nourris depuis que tu sais que tu es enceinte ! Et ça ne va pas te lĂącher au moins pour les 25 annĂ©es Ă  venir ! Si on t’avoue Ă  l’oreille que la « mĂšre parfaite » est un mythe, au mĂȘme titre que le PĂšre NoĂ«l. Tu ne te sens pas mieux pour vivre ta grossesse, là ? Alors, oui, on te le dit et on t’explique aussi pourquoi il vaut mieux ne pas virer « perfect mum ». Ni avant ni aprĂšs l’accouchement


La mĂšre parfaite : un mythe

Quand nous Ă©tions encore cĂ©libataires et « le ventre vide », la facilitĂ© avec laquelle notre voisine du dessous se laissait dĂ©border par ses garnements nous gonflait un max. Et voilĂ , paf, on est enceinte
 PassĂ© les premiĂšres semaines de grossesse, devant notre incapacitĂ© Ă  prendre le dessus sur de banales nausĂ©es, on commence Ă  se demander si on sera vraiment Ă  la hauteur de la maternitĂ©. Et surtout si on sera une bonne mĂšre.

Et puis notre sƓur (celle qui a toujours rĂȘvĂ© d’ĂȘtre la premiĂšre en tout) nous confie sa tentation de se shooter aux antidĂ©presseurs, depuis que son hĂ©ritier, 5 ans au compteur, a lancĂ© une obscĂ©nitĂ© Ă  la maĂźtresse. Cela aprĂšs avoir copieusement rossĂ© son petit camarade et pris le mur extĂ©rieur de la classe pour une pissotiĂšre
 Selon elle, c’est au moins parce qu’elle n’a pas su accoucher sans pĂ©ridurale. Et aussi parce qu’elle n’est pas une « bonne mĂšre ». Alors lĂ , on se dit que si mĂȘme Miss Parfaite n’y arrive pas, au point que son gamin vire galopin, alors, lĂ , nous, on est mal barrĂ©e
 Et si on avait envie de l’étrangler tout net au premier dĂ©rapage, ce mĂŽme ?

Pile poil quand on se pose cette Ă©pineuse question qui remet en cause notre rĂȘve de grossesse, notre copine Margaux, maman depuis deux mois, nous « skype ». Pour nous dire qu’elle va rendre le bĂ©bĂ© Ă  la mater. Parce qu’il braille depuis trois plombes et qu’à partir de plus Ă  120 dĂ©cibels, elle ne rĂ©pond plus de rien. Bref
 y a pas que les femmes enceintes qui se demandent qui peut ĂȘtre une (bonne) mĂšre ! Simple confirmation de ce que je te chuchotais Ă  l’oreille il n’y a pas deux minutes : la « mĂšre parfaite », enceinte ou pas, c’est un mythe !

Et si le minimum syndical suffisait pour ĂȘtre une bonne mĂšre ?

PlutĂŽt que de regarder notre bidon d’un air dubitatif, si on jetait un coup d’Ɠil Ă  notre propre mĂšre ? Bon ok, elle n’a pas toujours Ă©tĂ© cool, patiente, responsable et tout et tout
 mais finalement, c’est plutĂŽt une bonne mĂšre, non ? Attends, je te dis un autre truc Ă  ne pas trop Ă©bruiter : ta mĂšre, comme la plupart des mĂšres, a Ă©tĂ© une mĂšre « suffisamment bonne » comme disait un pĂ©dopsychiatre cĂ©lĂšbre, Donald W. Winicott.

Selon ce psychiatre, la mĂšre « suffisamment bonne » est tout simplement celle qui peut accepter de vivre les premiers temps (allez, maxi 6 mois) au rythme des besoins de son enfant sans toutefois les anticiper. C’est-Ă -dire, ce que ferait la « mĂšre parfaite », si elle existait. Parce que cela aurait pour effet de donner Ă  bĂ©bĂ© l’illusion qu’il est le maĂźtre du monde. Et aprĂšs ça, tu vois pas le spectacle ? On te le fait court : les gros mots, les coups de pied au copain, le pipi sur le mur…

La mĂšre « suffisamment bonne » doit assez vite se recentrer un minimum sur son amoureux, son job, ses copines aprĂšs son congĂ© maternité  Comme bĂ©bĂ© devra bien s’en accommoder, de sa capacitĂ© Ă  s’adapter naĂźtra son sentiment de confiance en la vie et en ses propres possibilitĂ©s puisqu’il constatera, comme tu l’as fait toi aussi en ton temps, qu’il a survĂ©cu pas trop mal Ă  tout ce binz.

Qui aime bien frustre bien

La « mĂšre parfaite », c’est celle qui culpabilise de ne pas apporter Ă  son enfant tout ce qu’il dĂ©sire. Depuis l’utĂ©rus jusqu’à son dernier souffle. Et une mĂšre parfaite, c’est terrifiant, comme le signale souvent la psychanalyste Claude Hamos. Parce que culpabiliser de ne pas donner satisfaction Ă  son enfant, c’est vouloir Ă©viter de le confronter Ă  la frustration. Tu parles d’un cadeau ! Et il fera comment quand il moisira dans la case prison au jeu de l’Oie ? Ou encore (rassure-toi, dans 1000 annĂ©es lumiĂšre seulement) quand une fille (ou un garçon) lui dira non
 ?

Et puis comment apporter Ă  son enfant le meilleur (comme le ferait la « mĂšre parfaite ») sans se substituer Ă  lui dĂšs sa naissance pour dĂ©cider de ce qui est le meilleur pour lui et le priver de la libertĂ© d’ĂȘtre lui-mĂȘme ? La mĂšre « suffisamment bonne », c’est celle qui sait frustrer juste ce qu’il faut son petit prince. Et ainsi en faire un jour un adulte autonome et responsable. Et pour t’aider Ă  le devenir, pense Ă  aller parler un peu avec une sage-femme si ça coince ou mĂȘme avec un psychologue, s’il le faut
 DerniĂšre confidence au creux de l’oreille : si tu te contentes juste d’ĂȘtre cette mĂšre « suffisamment bonne », on sera super fiĂšres de toi !

Ces livres sur le mĂȘme thĂšme peuvent vous intĂ©resser :

La mĂšre suffisamment bonne – Donald W. Winicott

Grandir, les Ă©tapes de la construction de l’enfant – Claude Hamos

À lire absolument