Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Actus bĂ©bĂ© » DĂ©cĂšs d’un nourrisson : faut-il incriminer la vitamine D ?

DĂ©cĂšs d’un nourrisson : faut-il incriminer la vitamine D ?

Le dĂ©cĂšs d’un nourrisson de 10 jours Ă  qui l’on venait d’administrer de l’UvestĂ©rol D relance la polĂ©mique autour de cette vitamine. Depuis plusieurs annĂ©es, la revue indĂ©pendante de rĂ©fĂ©rence pour les professionnels de santĂ©, Prescrire, Ă©met des rĂ©serves sur ce produit, en cause dans diffĂ©rents malaises de nourrissons depuis 1996. Mais le dĂ©cĂšs de ce bĂ©bĂ©, le 21 dĂ©cembre, est le premier enregistrĂ©. Ceci Ă©tant, est-ce tant le produit ou son administration compliquĂ©e pour les parents qui est en cause ?

Un bĂ©bĂ© est donc dĂ©cĂ©dĂ© le 21 dĂ©cembre, aprĂšs l’administration d’une dose d’UvestĂ©rol D. Une enquĂȘte est en cours pour connaĂźtre les causes du dĂ©cĂšs. Mais ce dĂ©cĂšs, le premier suite Ă  administration de cette vitamine, rappelle les antĂ©cĂ©dents fĂącheux qui entourent ce produit : en effet, plusieurs cas de malaise vagal ou de fausse route provoquant des Ă©touffements avaient Ă©tĂ© signalĂ©s, notamment par la revue de rĂ©fĂ©rence Prescrire. Le laboratoire avait alors revu son mode d’administration, passant de 1 ml Ă  0,35 ml, une dose moins invasive pour la cavitĂ© buccale d’un nouveau-nĂ©. Les notices ont bien prĂ©cisĂ© aussi la nĂ©cessitĂ© de ne pas administrer cette vitamine en position couchĂ©e, pour Ă©viter les fausses routes. « La composition du produit n’a jamais Ă©tĂ© mise en cause, souligne le Dr Sylvie Hubinois, prĂ©sidente de l’Association Française de PĂ©diatrie Ambulatoire. C’est son mode d’administration qui semble poser problĂšme Ă  certains parents. » La solution la plus sĂ©curisante, prĂ©cise la pĂ©diatre, consiste Ă  dĂ©poser le produit dans la tĂ©tine d’un biberon, avec 2 ml d’eau, ou Ă  la petite cuillĂšre, et de le faire boire ainsi au bĂ©bĂ©, ce qui Ă©vite le risque de fausse route. Ou de choisir un autre produit, avec un mode d’administration diffĂ©rent, par exemple 4 gouttes Ă  dĂ©poser sur la langue de bĂ©bĂ©, ce qui est sans risque de fausse route.

Pourquoi la vitamine D est essentielle ?

« La vitamine D sert Ă  absorber le calcium qu’on ingĂšre et le calcium va ensuite minĂ©raliser les os de l’organisme pour Ă©viter le rachitisme, explique le Dr Sylvie Hubinois. On l’oublie, mais le rachitisme peut ĂȘtre mortel. MĂȘme si nous n’en sommes pas lĂ  en France, il est important que les bĂ©bĂ©s jusqu’à 2 ans reçoivent de la vitamine D, ainsi qu’une dose rĂ©guliĂšrement pour les enfants jusqu’Ă  au moins 5 ou 6 ans et Ă  l’adolescence oĂč on enregistre des pics de croissance. La vitamine D Ă©vite que les enfants en carence aient des os dĂ©formĂ©s, avec risque de cassure. On ne sait pas encore tout sur les bĂ©nĂ©fices de la vitamine D mais c’est aussi un booster de dĂ©fenses immunitaires. Sans doute que la vitamine D protĂšge Ă  l’ñge adulte de certaines pathologies, et, cela est certain, elle limite le risque d’ostĂ©oporose dans le grand Ăąge. »

Pourquoi une supplémentation ?

Tout simplement parce que la vitamine D ne se trouve pas dans l’alimentation sauf dans quelques poissons gras, un peu dans l’Ɠuf. C’est surtout l’action du soleil sur la peau qui permet de la synthĂ©tiser. Or, les bĂ©bĂ©s ne peuvent pas ĂȘtre exposĂ©s au soleil et tout le monde n’habite pas dans une rĂ©gion ensoleillĂ©e toute l’annĂ©e. Qui plus est, les peaux dites de couleur ne mĂ©tabolisent pas bien la vitamine D. La supplĂ©mentation est donc nĂ©cessaire pour beaucoup d’entre nous mĂȘme Ă  l’ñge adulte.

Et pour les bĂ©bĂ©s, serait-ce un choix risquĂ©, alors qu’un nourrisson est mort ? Ne faisons de raccourci trop rapide : personne ne sait aujourd’hui pourquoi ce dĂ©cĂšs est arrivĂ©. Est-ce dĂ» Ă  un composant du produit, au mode d’administration inadaptĂ©, Ă  un hasard malheureux et que l’UvestĂ©rol D n’y est pour rien ? L’enquĂȘte en cours devrait Ă©claircir les causes. « En attendant le mieux consiste Ă  poursuivre les apports en vitamine D, avec un autre produit, Ă  l’administration plus simple et ne prĂ©sentant pas de risque de fausse route », conseille le Dr Sylvie Hubinois, qui le rĂ©pĂšte, la vitamine D, c’est essentiel pour la santĂ© prĂ©sente et future de nos enfants.

À lire absolument