Pourquoi cette application sur l’adoption a-t-elle créé un tollé ?

Souhaiter adopter un bébé peut être un chemin parsemé d’embûches. Les procédures sont longues mais aussi compliquées. Alors pour simplifier l’adoption, la start-up Adoptly a mis en place une application disponible sur smartphone basée sur le même principe… que Tinder.

Tinder, qu’est-ce-que c’est ?

À l’heure actuelle, nous vivons dans l’ère 2.0 et peut-être avez-vous rencontré l’homme de votre vie sur cette application ? Pour celles qui l’ignorent, Tinder est une application lancée en septembre 2012 par quatre Américains. Sur cette application, il faut alors dévoiler son sexe, sa tranche d’âge, et le niveau de proximité géographique. Et ensuite ? Plusieurs utilisateurs apparaissent. Il suffit alors d’indiquer si on apprécie ce qu’on a en face de nous sur notre smartphone (« swipe right ») ou non (« swipe left »). Si c’est réciproque, alors les deux personnes peuvent communiquer. Et Adoptly ? C’est quasiment la même chose ! Si l’enfant nous plaît, on swipe à droite, et dans le cas contraire, à gauche… Choquant, n’est ce pas ? Et pourtant, les membres de l’équipe pensent bien faire. Interrogés par The Verge, Alex Nawrocki, co-fondateur d’Adoptly a déclaré : « Nous n’essayons pas de ‘gamifier’ ou de nous moquer de l’expérience. Le marché de l’adoption est très peu soutenu par la technologie. Nous avons mis le doigt sur une opportunité unique de la disrupter. » Certes, sauf que lorsqu’on fait un bébé, on ne sait pas l’apparence qu’il aura. Alors pourquoi se baser sur du physique lorsqu’il s’agit d’un enfant ? Toute personne dans l’incapacité d’avoir un bébé est prête à aimer le petit être qu’elle souhaite adopter, non ?

Le projet bloqué

Kickstarter, une entreprise américaine de financement participatif finançait le projet… jusqu’à ce qu’elle décide de le bloquer. La start-up a alors déclaré : « Pour que le projet fonctionne (…) nous devons nous coordonner avec les gouvernements locaux et les agences d’adoption, non seulement pour proposer une expérience d’adoption fluide, mais aussi pour s’assurer que la sécurité des enfants et des parents est respectée. »

Voir Aussi

Le projet, qui avait alors déjà récolté 4 000 dollars ( 3720 euros), a donc été totalement bloqué. Et ce n’est peut-être pas plus non ? Qu’en pensez-vous ?

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire