En train de lire
Allaitement : cette maman adepte du yoga adopte des positions plutôt inhabituelles pour nourrir sa fille !

Allaitement : cette maman adepte du yoga adopte des positions plutôt inhabituelles pour nourrir sa fille !

Quand on devient maman, on devient immédiatement multitâches, ou en tout cas on apprend vite à le devenir. Eh bien pour Carlee Benear, être une maman de trois enfants, n’est pas incompatible avec le fait de faire de l’exercice. Et pour cette maman : rien de mieux que le yoga pour se détendre !

Allaiter bébé et faire du yoga en même temps : une pratique dangereuse ?

Carlee Benear a commencé à faire du yoga à la naissance de son deuxième enfant et nous allons être honnête avec vous, c’est une vraie professionnelle ! Pour cette maman spécialiste du yoga, il était alors pour elle évident de continuer la pratique de ce sport pendant sa troisième grossesse, ainsi qu’après la naissance de sa fille. Attention, si Carlee Benear maîtrise les poses les plus physiques du yoga, ne vous y risquez pas à faire la même chose si vous êtes une débutante et particulièrement si votre petit bout est aux alentours. Vous risqueriez une chute douloureuse pour vous et pour votre bébé. Pour cette pro du yoga, il faut savoir que cela ne la dérange de pratiquer son activité quand sa fille est là et quand il faut lui donner le sein. Pour cette maman, le plus important est de « faire ce qui convient pour votre enfant« . En donnant le sein à sa fille lors de ses moments d’exercice, Carlee Benear affirme qu’une connexion très forte s’est créée entre elle et sa fille. Elle conseille avant tout aux mamans d’essayer le yoga (sans toute fois risquer une blessure on le rappelle, surtout si vous êtes novices. Vous pouvez vous inscrire dans des cours collectifs d’ailleurs), tout simplement parce les mamans ont souvent des tas de choses en tête, et qu’elles aussi ont besoin de souffler. Elle explique qu’il faut prendre soin de soi-même autant que l’on prends soin de ses enfants, cela permet d’être bien dans sa tête et dans son corps et de vivre mieux sa maternité en minimisant les risques de dépression post-partum. Alors, prêtes à essayer le yoga les filles ?

View this post on Instagram

A few days after conception ,the embryo forms a clump of vibrating cells that becomes the new heart. These cells seem to be sound sensitive, in tune to the mother's heart beating and breath, which appear to be necessary for further forming the infant heart. The mothers emotional state and any repetitive patterns of behavior are imprinted on the fetus hormonally and through the tone of her voice ,after the infant is born and it's body is still loaded with adrenal hormones. The mothers instinct and the fathers as well is to hold a newborn to the left, close to the heart. The parents heart stimulate the babies heart which activates the brain and reassures the child that it is safe. It is common knowledge that playing a recorded heartbeat can reduce babies crying by 40 to 50%. Newborns still live in a subtle world ,almost completely connected to the mothers body. When the mothers subtle sphere overlaps the infants ,a major communication takes place. This subtle communication might be below the level of awareness for the mother ,but it is the only level of awareness fully active in the infant. So, the heart to heart scale of feeling into ,child to mother and mother to child, is our original method of growth and survival. In his book 'Emotional Intelligence ',Daniel Coleman describes how infants and young children commonly display empathic connections to each other virtually from the day they are born. Infants are upset when they hear another child crying. Coleman reports,"and they react to a disturbance in those around them ,as though it were their own". Crying when they see another child's tears. Children often imitate the distress they see in another child ,for example, when another child hurts her fingers, a one year old child might put her own fingers in her mouth to see if she hurts to. A toddler might try to give the baby a toy when it cries,or stroke its head. "In later childhood ",Colman says that ,"children begin to understand that someone's distress can be related to their situation in life and they can feel sympathetic toward an entire group ,like the poor or the outcast. (Continued in comments)👇🏼

A post shared by Carlee Benear (@carleebyoga) on


 


Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire