Le yoga prénatal : quand, comment et avec qui ?

Le yoga prénatal est de plus en plus conseillé aux femmes durant leur grossesse. Il est devenu au fil des années un incontournable dans les choix de préparation à la naissance, permettant de vivre une grossesse sereine et un accouchement plus naturel.

Le yoga prénatal permet d’apprendre à apprivoiser la grossesse

Lorsqu’une femme tombe enceinte, c’est tout son monde qui change. Aussi bien au sein de son propre corps, que tout l’environnement qui l’entoure. Le yoga prénatal, c’est tout d’abord un moyen d’apprendre à rester connectée à soi-même, pour ensuite pouvoir se connecter à l’autre. Cette méthode invite les femmes à apprivoiser leur corps en changement. A apprendre à réadapter les postures du quotidien pour que les neuf mois de la grossesse se déroule au mieux. Il permet aussi que l’accouchement se fassent plus sereinement et avec plus de respect pour leur corps et leur féminité.

Le yoga prénatal : à quel moment ?

Le yoga prénatal se pratique à tout moment de la grossesse. (Même au 9ème mois, il n’est jamais trop tard pour se faire du bien !). Evidemment, pour que tous ces exercices soient mieux intégrés et puissent être une aide lors accouchement, mieux vaut commencer au plus tôt. Un grand nombre de femmes, lorsqu’il n’y a pas de contre-indication de la part de leur gynécologue, garde leur activité physique habituelle lors des trois premiers mois de la grossesse.

Le yoga prénatal est donc souvent commencé lors du 4ème mois de grossesse. C’est-à-dire lorsque le corps commence à changer et à s’arrondir et que le quotidien a besoin d’être adapté. La discipline peut se pratiquer jusqu’au terme de la grossesse, à hauteur d’une ou deux séances par semaine. Il est important de rappeler que le yoga prénatal est adapté à toutes les femmes. Que vous soyez une grande yogi ou que vous n’ayez jamais mis les pieds dans un studio de yoga.

La respiration, le souffle de la vie

Alors avant tout, on respire. Car oui, quel meilleur moyen d’utiliser sa respiration pour se connecter au présent et venir concentrer son attention sur ce qu’il se passe à l’intérieur ? La respiration est le premier ancrage dans le ici et maintenant utilisé dans toutes les techniques de méditation pleine conscience. En France, les cours de yoga pour femmes enceintes sont le plus souvent inspirés de la méthode certifiée de Gasquet. Dans ces cours on apprend à respirer en utilisant correctement son diaphragme et en intégrant le travail du périnée.

Cette respiration apprise et perfectionnée au fil des cours permet de rendre le périnée plus élastique (contrairement au simple exercice de « stop pipi » car il serait inutile d’avoir un muscle très fort que l’on ne peut pas bouger), lui permettant d’être prêt pour laisser sortir bébé en réduisant les risques de dommage, et surtout de se remettre plus vite après l’accouchement. On prépare le corps dans son meilleur potentiel pour un accouchement plus physiologique. Apprendre à respirer correctement permettra d’accompagner les contractions lors de l’accouchement et mieux gérer la douleur.

Des postures pour soulager les maux

Le yoga prénatal, c’est aussi et surtout une grande boite à outil que les femmes enceintes peuvent ramener à la maison et ressortir lorsqu’elles en auront besoin. Car oui la grossesse ce n’est pas toujours tout rose. Le chemin pour créer la vie est aussi parsemé de maux et de bobos pas toujours très agréables. Grâce à la méthode de yoga prénatal, chaque « mal » de grossesse peut être soulagé grâce à une ou plusieurs postures (toujours reliées à la respiration et au travail périnéal).

On aide à soulager une sciatique, des problèmes de digestion, les tensions dans le dos et les ligaments qui tirent dans le bas du ventre par exemple… Les cours commencent généralement par un échange entre le professeur et les femmes enceintes sur leur ressentit physique et moral. Un temps de partage qui permet d’orienter le cours vers ce qui sera le plus nécessaire pour soulager chacune, dans la mesure du possible !


Après l’apprentissage de la respiration, on entre dans une phase plus active du cours, avec du renforcement musculaire. Le dos par exemple pour aider à supporter le poids du ventre qui va grandir et s’alourdir, mais aussi les jambes et les bras… puis on étire, on soulage, on fait de la place ! Et on corrige également les postures « simples » de tous les jours ! Comment bien s’assoir pour éviter les lordoses, comment se relever sans tirer sur son dos, la posture debout etc. Enfin on apprend les postures qui soulageront pendant le travail et les positions pour favoriser l’arrivée de bébé le plus naturellement possible. Une boite à outils du quotidien vous a-t-on dit …

Avec qui pratiquer ?

Il est important de savoir qu’il n’est pas nécessaire que votre professeur de yoga soit également sage-femme ou issu du milieu médical. Un excellent moyen de trouver le bon cours de yoga avec la bonne professeure pour vous est d’abord le bouche à oreille. Demander à votre sage-femme justement. Ou bien à une amie qui a suivi des cours lors de sa grossesse et même à votre ostéopathe. Ensuite écoutez-vous ! Vous ne signez pas de contrat avec votre professeur de yoga !

Si ce cours ne vous convient pas vous avez tous les droits d’essayer avec un autre professeur. L’important étant de vous sentir bien ! Choisissez un professeur qui sait vous écouter, et s’adapter à vos besoins autant qu’à ceux de la classe. Enfin favorisez les petits effectifs. Ainsi, les classes auront plus de chances d’être adaptée et chacune pourra prendre le temps de comprendre et d’intégrer chaque exercice dans une relation privilégiée avec son corps et son bébé.